Jalonkés

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jalonké.
Jalonkés
Description de cette image, également commentée ci-après

« Djalonke » (gravure de 1861)

Populations significatives par région
Drapeau de la Guinée Guinée 86 000
Drapeau de Sierra Leone Sierra Leone 31 000
Drapeau du Sénégal Sénégal 10 000
Drapeau du Mali Mali 9 300
Population totale 136 000
Autres
Langues Jalonké
Religions Islam, Religion Traditionnelle
Ethnies liées Mandingues

Les Jalonkés (ou Dialonké ou Yalunka) sont un peuple d'Afrique de l'Ouest, présent notamment en Guinée, en Sierra Leone, au Sénégal et au Mali.

Histoire[modifier | modifier le code]

À l'époque de l'empire du Mali, les Diallonkés vivaient sur les plateaux de l'actuel Fouta-Djalon, avec les Soussous, quelques Coniaguis, Bassaris, Nalous, Malinkés. Ils étaient agriculteurs et pratiquaient en paix leur Religion traditionnelle. Au XVe siècle, des Peulhs venus du Fouta-Toro sénégalais s'installent avec leurs troupeaux de vaches au Fouta-Djalon où ils cohabitent en paix avec les Diallonkés qui dominaient la région.

Au XVIe siècle, Koli Tenguella, dans sa remontée guerrière vers la vallée du fleuve Sénégal, traverse le Fouta-Djalon et incorpore dans son armée de nombreux Mandingues diallonké. Au XVIIe siècle, une deuxième vague peulh venue à la fois du Fouta-Toro et du Macina au Mali, arrive au Fouta-Djalon par petites vagues successives. Contrairement à ceux de la première vague, ces peuls sont musulmans et ont des ambitions guerrières. Ils mènent contre les Diallonké de nombreux raids, djihads, dans le but de leur imposer l'islam. Les Diallonkés qui résistent à leurs attaques pendant un bon moment finissent par être vaincus, et bon nombre d'entre eux quittent les plateaux du Fouta-Djalon pour s'installer vers le littoral, où vivaient d'autres peuples, les Toma, les Baga et quelques Malinkés. Les Soussous quittent aussi le Fouta-Djalon pour le littoral où ils fondent plusieurs puissants royaumes. Pour les Diallonkés qui restent au Fouta-Djalon, certains se sont convertis à l'islam. Ceux qui ont refusé ont été réduits en captifs par les Peuls qui règnent désormais sur la région.

Aujourd'hui les Diallonkés pratiquent encore quelques rites anciens qu'ils ont conservés et sont presque tous musulmans. Étant mandingues, ils portent des patronymes tels que Cissé, Camara, Touré, Doucouré, Souaré, Soumaré, Diakité, Soumah etc. Mais en raison des brassages ethniques avec les Baga, les Nalou, les Toma et les Peuls, les Diallonké portent aussi d'autres patronymes.

La hiérarchie sociale est la même que pour la plupart des ethnies mandingues, avec la noblesse, les artisans castés, les griots et autrefois les captifs. Il y a aussi les sociétés secrètes de chasseurs, et ceux maîtrisant les pouvoirs mystiques. Comme toutes les ethnies africaines, les Djallonké pratiquent le culte des ancêtres.

Langue[modifier | modifier le code]

Article détaillé : jalonké (langue).

Ils parlent le jalonké, une langue mandée.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) C. Magbaily Fyle, The Yalunka Kingdom: pre-colonial politics, economics and society, Nyakon Publishers, Freetown, 1979, 169 p.
  • Jean-Pierre Chrétien et Gérard Prunier, Les ethnies ont une histoire, Karthala, Paris, 2003, 435 p. (ISBN 2-84586-389-6)
  • Danièle Fouchier, « Le déclin social du Forgeron Diallonké au Sénégal Oriental », Journal des Africanistes, t. 33, fasc.1-2, Paris, 1983, p.159-166
  • Danièle Fouchier, Les Diallonké du Sénégal Oriental, Les habitants du département de Kédougou, Sénégal, Ed. C.R.A.M.H., p. 45-55
  • Danièle Fouchier D., Les activités économiques des Diallonké de Fongolimbi (une tentative d'adaptation à l'appauvrissement des sols), Documents du C.R.A.M.H, n° 11, Actes du 2e colloque de Kédougou, 1987, p. 141-158
  • Marie-Thérèse de Lestrange, Monique Gessain, Danièle Fouchier et Guilaine de Montal, « Stratégies de lutte contre la disette au Sénégal Oriental », Journal des Africanistes, 1986, tome 56, fasc.1, p. 35-51

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :