Politique au Vanuatu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le Vanuatu est une république parlementaire multipartite où le chef de l’État est le président et le chef du gouvernement le Premier ministre. Le pouvoir exécutif est exercé par le gouvernement tandis que le pouvoir législatif est partagé entre le gouvernement et le parlement. Le pouvoir judiciaire est indépendant des deux premiers.

L'actuel Premier ministre est Charlot Salwai, élu à ce poste par le parlement le 11 février 2016. Tallis Obed Moses est président depuis le 6 juillet 2017.

Répartition des pouvoirs[modifier | modifier le code]

Pouvoir exécutif[modifier | modifier le code]

Le président est élu par un collège électoral constitué des membres du parlement et des présidents des conseils régionaux, à la majorité des deux tiers, pour un mandat de cinq ans. Son pouvoir est essentiellement représentatif. Il peut être déchu par le même collège électoral en cas de faute grave ou d’incapacité.

Le premier ministre est élu à la majorité absolue par le parlement. Il nomme les ministres, dont le nombre ne doit pas excéder le quart du nombre de parlementaires. Le Premier ministre et le conseil des ministres forment le gouvernement.

Le conseil national des chefs, ou Malvatu Mauri, est élu par les conseils de chefs de districts depuis 1976. Il est consulté par le parlement pour tout ce qui concerne la langue et la culture vanuatu.

Pouvoir législatif[modifier | modifier le code]

Bâtiment du Parlement du Vanuatu.

Le parlement compte 52 membres élus pour quatre ans dans des circonscriptions à sièges multiples. Le parlement peut être dissous à la majorité des trois-quarts de ses membres ou par une directive du président, sur conseil du premier ministre.

Composition du Parlement du Vanuatu après les élections législatives de 2016
Résultats des législatives vanuataises de 2016[1]
Partis Voix % Sièges +/-
Terre et justice 8 376 7,41 7 Increase2.svg 3
Vanua'aku Pati 13 463 11,91 6 Decrease2.svg 2
Union des partis modérés 10 999 9,73 6 Increase2.svg 1
Parti national unifié 6 196 5,48 4 Steady.svg
Groupe Iauko 4 979 4,40 4 Increase2.svg 1
Nagriamel 4 128 3,65 3 Steady.svg
Réunification des mouvements pour le changement 3 887 3,44 3 Steady.svg
Parti du développement national 4 942 4,37 2 Nv
Confédération verte 2 851 2,52 2 Decrease2.svg 1
Parti progressiste populaire 5 469 4,84 1 Decrease2.svg 5
Parti présidentiel 4 234 3,74 1 Increase2.svg 1
Parti Natatok démocrate populaire et autochtone 3 024 2,67 1 Decrease2.svg 1
Parti des dirigeants 2 459 2,17 1 Nv
Parti travailliste 1 780 1,57 1 Increase2.svg 1
Parti fraternel mélanésien 1 465 1,30 1 Increase2.svg 1
Parti des services populaires 1 032 0,91 1 Steady.svg
Indépendants 20 904 18,49 8 Increase2.svg 4
Total 114 204 100 52 Steady.svg
Nombre d'inscrits / participation 200 159 57,06

Pouvoir judiciaire[modifier | modifier le code]

La Cour suprême est composée d’un président et de trois juges. Deux de ses membres ou plus peuvent former la cour d’appel. Les tribunaux de district sont chargés de la plupart des litiges ordinaires. Au niveau local, les tribunaux traditionnels sont compétents pour les affaires relevant de la coutume. Le droit écrit est inspiré du droit britannique.

Contexte politique[modifier | modifier le code]

La société et le paysage politique du Vanuatu tendent à se partager entre francophones et anglophones. Historiquement, les politiciens anglophones comme Walter Lini[2] ou Donald Kalpokas, ainsi que d’autres leaders du Vanua'aku Pati revendiquaient l’indépendance alors que les francophones soutenaient davantage la continuation de l’association avec les administrateurs coloniaux, en particulier la France.

À la veille de l’indépendance, en 1980, le mouvement Nagriamel emmené par Jimmy Stevens, allié de la France, déclara l’île d’Espiritu Santo indépendante du nouveau gouvernement. Une fois l’indépendance officielle, le Vanuatu fit appel à la Papouasie-Nouvelle-Guinée pour restaurer l’ordre du Santo. Le Vanua’aku Pati, majoritairement anglophone, allait dominer le gouvernement du Vanuatu jusqu’en 1991.

En décembre 1991, après une scission au sein du Vanua’aku Pati, Maxime Carlot Korman, leader de l’Union des partis modérés, francophone, fut le premier francophone élu au poste de Premier ministre. Il forma un gouvernement de coalition avec le Parti national unifié, faction de Walter Lini issue du Vanua’aku.

Après les élections parlementaires du 30 novembre 1995, Serge Vohor, dissident de l’UPM, succéda à Korman. Des coalitions instables au sein du parlement furent la source de nombreux changements à la tête du gouvernement au cours des deux années qui suivirent. Le président dissout le parlement en novembre 1997. Les élections qui suivirent, le 6 mars 1998, virent l’élection de Donald Kalpokas, leader du Vanua’aku Pati, au poste de Premier ministre. Un vote de défiance du parlement en novembre de l’année suivante porta Barak Sopé à la tête du gouvernement. En mars 2001, un nouveau vote de défiance le remplaça par Edward Natapei, réélu en mai 2002. Il dissout le parlement en 2004 et Vohor redevint Premier ministre après les élections nationales de juillet, après que deux membres du Vanu’aku Pati eurent rejoint une nouvelle coalition. Il subit à son tour la défiance des parlementaires après avoir établi des relations diplomatiques avec Taïwan sans les consulter. Ham Lini remplaça Vohor comme premier ministre le 11 décembre 2004.

En mars 2004, Alfred Maseng Nalo fut élu président, succédant à John Bani. Il fut découvert par la suite que Nalo était au bénéfice d’un sursis sur une peine d’emprisonnement de deux ans pour plusieurs délits, notamment de détournement de fonds, et qu’il était de ce fait inéligible. Il refusa de démissionner, mais la Cour suprême invalida l’élection, arrêt qui fut confirmé en appel.

Sources et références[modifier | modifier le code]

  1. "Party results – 2016 Vanuatu General Election", Vanuatu Daily Digest, 1er février 2016
  2. Marc Kurt Tabani, « Walter Uni, la coutume de Vanuatu et le socialisme mélanésien », sur persee.fr,

Articles connexes[modifier | modifier le code]