Pleurotus pulmonarius

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pleurote pulmonaire

Le Pleurote pulmonaire (Pleurotus pulmonarius) est une espèce de champignons du genre Pleurotus, très proche du Pleurote en huître (Pleurotus ostreatus) mais il y a malgré tout quelques différences notables. Le chapeau du Pleurote pulmonaire est plus pâle et plus petit que celui du Pleurote en huître et son pied est plus développé. Il préfère aussi des climats plus chauds et apparaît plus tardivement durant l'été. Par ailleurs, le goût et la culture des deux espèces sont généralement considérées identiques[1]. En Amérique du Nord, il ressemble beaucoup à Pleurotus populinus, qui se développe uniquement sur les trembles et les peupliers[2].

Habitat[modifier | modifier le code]

Le Pleurote pulmonaire est répandu dans les forêts tempérées et subtropicales à travers le monde. Dans l'est des États-Unis, l'espèce est généralement retrouvée sur des feuillus alors que de l'ouest, elle pousse plutôt sur des conifères[1].

Taxonomie[modifier | modifier le code]

  • Décrit pour la première fois sous le nom Agaricus pulmonarius par Fr. en 1821.
  • Distingué de Pleurotus sajor-caju par Pegler en 1975

Description[modifier | modifier le code]

  • Son chapeau fait de 5 à plus de 20 cm, est d'abord convexe avant de s'aplatir.
  • Les lamelles sont décurrentes.
  • La sporée est de couleur blanche à jaunâtre.
  • Le stipe est court et légèrement décalé du centre du chapeau.
  • Les spores sont de couleur blanche à jaunâtre voire gris-lavande lorsqu'elles sont compactées, plus ou moins cylindriques, d'une dimension de 7,5 à 11 sur 3 à 4 µm[1].

Culture[modifier | modifier le code]

Culture de pleurotes pulmonaires
Nam phrik kha, un plat thaïlandais

Le Pleurote pulmonaire est l’espèce de Pleurote la plus cultivée en Europe et en Amérique du Nord. Les variétés les plus populaires pour la culture sont les variétés des climats chauds, souvent commercialisées par les producteurs et les cultivateurs sous le nom erroné « Pleurotus sajor-caju ». Le vrai Pleurotus sajor-caju (Fr.) Singer est en réalité une espèce à part de champignon, qui a été reclassée dans le genre Lentinus par Pegler en 1975 et est désormais appelé Lentinus sajor-caju (Fr.) Fries[1].

Le Pleurote pulmonaire est cultivé dans une optique commerciale en Nouvelle Zélande[3] et est parfois vendu sous le nom « champignon-huître »[4]. Le véritable champignon-huître, Pleurotus ostreatus, ne peut être importé en Nouvelle-Zélande en raison des risques perceptibles pour leur industrie forestière[5].

La culture du Pleurote pulmonaire est très similaire aux méthodes utilisées pour cultiver d'autres espèces de Pleurotes telles que le Pleurote en huître. On transfère le mycélium d'une boîte de Petri sur des céréales, puis, on place les grains ensemencés par la colonisation du mycélium sur un substrat de paille, de copeaux de bois, de sciure, de carton, de marc de café et d'autres substrats contenant de la cellulose.

Recherches médicales[modifier | modifier le code]

Plusieurs études effectuées sur des animaux et in vitro suggèrent que le Pleurote pulmonaire et ses extraits pourraient avoir des applications médicinales pour un grand nombre de pathologies.

Un polysaccharide appelé β-D-Glucanet contenu dans le champignon réduit la sensibilité à la douleur chez les souris[6], et pourrait être une base intéressante pour de nouveaux traitements analgésiques[7]. Dans une autre étude sur les souris, un glucane a montré de puissantes propriétés anti-inflammatoires et analgésiques[8]. Un extrait au méthanol a montré un effet anti-inflammatoire et anti-tumoral comparable aux médicaments de références que sont le diclofénac et le cisplatine, respectivement[9].

Une étude de 2010 a conclu que des extraits de ce champignon pourraient ralentir la prolifération des cellules cancéreuses grâce à un niveau élevé de galectine-3, tandis qu'elle réduisait l'adhérence des cellules tumorales, ce qui est directement lié à la progression et à la propagation du cancer[10]. Des extraits ajoutés à la nourriture des souris retardait la cancérogénèse, ce qui suggère qu'ils pourraient être utiles comme adjuvant pour des thérapies contre le cancer[11].

Un extrait à l'eau chaude administré oralement a eu un effet anti-hyperglycémique significatif, ce qui a arrêté la progression du diabète et réduit de 50% la mortalité de souris atteinte d'un diabète induit par de l'alloxane. Il a montré un effet synergétique avec le glibenclamide, un médicament contre le diabète, ce qui renforce la possibilité d'une thérapie efficace contre le diabète combinant le glibenclamide et le Pleurote pulmonaire[12].

Le Pleurote pulmonaire pourrait être efficace dans le traitement des rhinites allergiques en inhibant la libération d'histamine. Le champignon réduit en poudre et administré avec de l'eau à des souris sensibilisées a réduit de façon important les éternuements et les frictions nasales, bien que les effets aient nécessité plusieurs semaines pour se faire sentir graduellement. Lorsqu'on leur en a donné 500 mg/kg par jour, un effet significatif a été observé après deux semaines, alors que le changement n'a pu être observé qu'après quatre semaines avec une dose de 200 mg/kg par jour[13].

Des extraits de ce champignon ont aussi atténué le développement de colite aiguë sur des souris modèles, ce qui suggère un usage clinique possible pour un traitement des colites[14]. Une étude ultérieure des mêmes auteurs a conclu que les extraits inhibaient aussi la formation du cancer du colon qui était lié aux colites chez les souris[15].

Les extraits ont aussi des propriétés antimicrobiennes et montrent une activité antioxydante in vitro[16].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (en) Paul Stamets, Growing gourmet and medicinal mushrooms = [Shokuyo oyobi yakuyo kinoko no sabai], Berkeley, California, USA, Ten Speed Press, , 316–320 p. (ISBN 978-1-58008-175-7), « Chapter 21: Growth Parameters for Gourmet and Medicinal Mushroom Species »
  2. (en) S. Trudell et J. Ammirati, Mushrooms of the Pacific Northwest, Portland, Oregon, Timber Press, coll. « Timber Press Field Guides », , 134–5 p. (ISBN 0-88192-935-2)
  3. (en) « Pleurotus », Fungal Guide, New Zealand, Landcare Research (consulté le 26 janvier 2012), Pleurotus pulmonarius
  4. « Mytopia Mushrooms Products », Havelock North, New Zealand, Mytopia Mushrooms (consulté le 3 février 2012)
  5. (en) Ian R. Hall, « Growing mushrooms: the commercial reality », Rural Press, Auckland, New Zealand,‎ , p. 42–45 (lire en ligne [PDF]) :

    « ... the grey oyster mushroom (Pleurotus ostreatus) cannot be imported into New Zealand because it could pose a risk to our forest industry. »

  6. Baggio, Cristiane Hatsuko, Freitas, Cristina Setim, Martins, Daniel Fernandes, Mazzardo, Leidiane, Smiderle, Fhernanda Ribeiro, Sassaki, Guilherme Lanzi, Iacomini, Marcello, Marques, Maria Consuelo Andrade et Santos, Adair Roberto Soares, « Antinociceptive Effects of (1→3),(1→6)-Linked β-Glucan Isolated From Pleurotus pulmonarius in Models of Acute and Neuropathic Pain in Mice: Evidence for a Role for Glutamatergic Receptors and Cytokine Pathways », The Journal of Pain, vol. 11, no 10,‎ , p. 965–971 (PMID 20418177, DOI 10.1016/j.jpain.2010.01.005)
  7. Baggio, Cristiane Hatsuko; Freitas, Cristina Setim; Marcon, Rodrigo; Werner, Maria Fernanda de Paula; Rae, Giles Alexander; Smiderle, Fhernanda Ribeiro; Sassaki, Guilherme Lanzi; Iacomini, Marcello; Marques, Maria Consuelo Andrade; Santos, Adair Roberto Soares, « Antinociception of β-D-glucan from Pleurotus pulmonarius is possibly related to protein kinase C inhibition », International Journal of Biological Macromolecules, vol. 50, no 3,‎ , p. 872–7 (PMID 22085751, DOI 10.1016/j.ijbiomac.2011.10.023)
  8. Fhernanda R. Smiderle, Lorena M. Olsen, Elaine R. Carbonero, Cristiane H. Baggio, Cristina S. Freitas, Rodrigo Marcon, Adair R.S. Santos, Philip A.J. Gorin et Marcello Iacomini, « Anti-inflammatory and analgesic properties in a rodent model of a (1→3),(1→6)-linked β-glucan isolated from Pleurotus pulmonarius », European Journal of Pharmacology, vol. 597, no 1–3,‎ , p. 86–91 (PMID 18789924, DOI 10.1016/j.ejphar.2008.08.028)
  9. Nayana Jose, T. A. Ajith et Kainoor K. Janardhanan, « Antioxidant, Anti-inflammatory, and Antitumor Activities of Culinary-Medicinal Mushroom Pleurotus pulmonarius (Fr.) Quél. (Agaricomycetideae) », International Journal of Medicinal Mushrooms, vol. 4,‎ , p. 329–335 (DOI 10.1615/intjmedmushr.v4.i4.60, lire en ligne)
  10. Iris Lavi, Dana Levinson, Irena Peri, Yoram Tekoah, Yitzhak Hadar et Betty Schwartz, « Chemical characterization, antiproliferative and antiadhesive properties of polysaccharides extracted from Pleurotus pulmonarius mycelium and fruiting bodies », Applied Microbiology and Biotechnology, vol. 85, no 6,‎ , p. 1977–1990 (PMID 19830415, DOI 10.1007/s00253-009-2296-x)
  11. Caralyne G.O. Wasonga, Sheila A. Okoth, Joseph C. Mukuria et Charles O.A. Omwandho, « Mushroom polysaccharide extracts delay progression of carcinogenesis in mice », Journal of Experimental Therapeutics and Oncology, vol. 7, no 2,‎ , p. 147–152 (PMID 18771088, lire en ligne [PDF])
  12. Sachin L. Badole, Naimesh M. Patel, Prasad A. Thakurdesai et Subhash L. Bodhankar, « Interaction of Aqueous Extract of Pleurotus pulmonarius (Fr.) Quel-Champ. with Glyburide in Alloxan Induced Diabetic Mice », Evidence-Based Complementary and Alternative Medicine, vol. 5, no 2,‎ , p. 159–164 (PMID 18604261, PMCID 2396481, DOI 10.1093/ecam/nem010)
  13. Yatsuzuka, Rie, Nakano, Yoshiyuki, Jiang, Shuishi, Ueda, Yuhki, Kishi, Yuko, Suzuki, Yuh, Yokota, Emiko, Rahman, Ashequr, Ono, Rie Kohno, Isato et Kamei, Chiaki, « Effect of Usuhiratake (Pleurotus pulmonarius) on Sneezing and Nasal Rubbing in BALB/c Mice », Biological and Pharmaceutical Bulletin, vol. 30, no 8,‎ , p. 1557–1560 (ISSN 1347-5215, PMID 17666820, DOI 10.1248/bpb.30.1557, lire en ligne [PDF])
  14. Iris Lavi, Dana Levinson, Irena Peri, Lili Nimri, Yitzhak Hadar et Betty Schwartz, « Orally administered glucans from the edible mushroom Pleurotus pulmonarius reduce acute inflammation in dextran sulfate sodium-induced experimental colitis », British Journal of Nutrition, vol. 103, no 3,‎ , p. 393–402 (PMID 19772681, DOI 10.1017/S0007114509991760)
  15. Iris Lavi, Lili Nimri, Dana Levinson, Irena Peri, Yitzhak Hadar et Betty Schwartz, « Glucans from the edible mushroom Pleurotus pulmonarius inhibit colitis-associated colon carcinogenesis in mice », Journal of Gastroenterology, vol. 47, no 5,‎ , p. 504–18 (PMID 22187166, DOI 10.1007/s00535-011-0514-7)
  16. Ch. Ramesh et Manohar G Pattar, « Antimicrobial properties, antioxidant activity and bioactive compounds from six wild edible mushrooms of western ghats of Karnataka, India », Pharmacognosy Research, vol. 2, no 2,‎ march–april 2010, p. 107–112 (PMID 21808550, PMCID 3140106, DOI 10.4103/0974-8490.62953, lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]