Placenta accreta

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le placenta accreta est une insertion du placenta (fait de villosités) dans le myomètre ayant pour conséquence un risque élevé de complications lors de l'accouchement (hémorragie de la délivrance)

Épidémiologie[modifier | modifier le code]

Cette situation est fréquente en cas de placenta inséré bas (placenta praevia) ou sur une cicatrice de césarienne[1]. Elle arrive aussi chez les femmes ayant beaucoup d'enfants, avec un antécédent de curetage ou d'intervention sur l'utérus[2]. Son incidence tend à augmenter, probablement favoriser par le nombre accru de césarienne, et atteint un cas pour 700 naissances aux États-Unis[3].

Description[modifier | modifier le code]

On en distingue trois types selon la profondeur d'insertion des villosités dans le myomètre[4],[5] :

  • le placenta accreta proprement dit : les villosités sont en contact du myomètre et pénètrent plus ou moins profondément dans le myomètre ;
  • le placenta increta : les villosités envahissent le myomètre ;
  • le placenta percreta : les villosités dépassent le myomètre, envahissant parfois les organes voisins (vessie).

Le diagnostic est actuellement possible grâce à l'IRM et est confirmé par un diagnostic anatomopathologique en cas d'hystérectomie.

Diagnostic[modifier | modifier le code]

Il est fait à l'échographie du deuxième ou du troisième trimestre[6]. Le diagnostic est cependant souvent difficile, dépendant de l'examinateur[7]. L'IRM pelvienne a une très bonne sensibilité et spécificité pour établir ce diagnostic[8].

Conséquence[modifier | modifier le code]

Le placenta accreta détruisant le myomètre, empêche les mécanismes physiologiques de l'hémostase de l'accouchement. Le risque principal étant l'hémorragie de la délivrance, il oblige souvent à une embolisation des artères utérines voire à une hystérectomie d'hémostase.

Traitement[modifier | modifier le code]

La prise en charge du « placenta accreta » a fait l'objet de la publication de recommandations dans le cadre de la prise en charge des hémorragies de la délivrance. Celles, américaines, datent de 2006[9].

L'accouchement doit être réalisé en milieu spécialisé et par césarienne[6]. Le déclenchement se fait, idéalement, à la trente quatrième semaine[10], sous couverture de corticoïdes en intramusculaire pour favoriser la maturation des poumons du foetus[11]. Après la naissance de l'enfant, le placenta peut être retiré prudemment, mais la moindre adhérence indique une hystérectomie[6]. Une autre technique consiste à couper le cordon près de son origine placentaire et de laisser ce dernier en place en refermant l'utérus. Cette technique permet d'éviter l'hystérectomie dans huit cas sur dix[12], avec la possibilité d'une nouvelle grossesse.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Silver RM, Landon MB, Rouse DJ et al. Maternal morbidity associated with multiple repeat cesarean deliveries, Obstet Gynecol, 2006;107:1226-1232
  2. Baldwin HJ, Patterson JA, Nippita TA et al. Antecedents of abnormally invasive placenta in primiparous women: risk associated with gynecologic procedures, Obstet Gynecol, 2018;131:227-233
  3. Bailit JL, Grobman WA, Rice MM, et al. Morbidly adherent placenta treatments and outcomes, Obstet Gynecol, 2015;125:683-689
  4. Catherine Nessmann et Jeanne Claudie Larroche, Atlas de pathologie placentaire, Masson,
  5. Jacques Lansac, Philippe Descamps, Jean-François Oury et al., Pratique de l'accouchement, Issy-les-Moulineaux, Elsevier Masson, , 5e éd., 594 p. (OCLC 800661421)
  6. a, b et c Silver RM, Ware Branch D, Placenta Accreta spectrum, N Eng J Med, 218;378:1529-1536
  7. Bowman ZS, Eller AG, Kennedy AM et al. Interobserver variability of sonography for prediction of placenta accreta, J Ultrasound Med, 2014;33:2153-2158
  8. D’Antonio F, Iacovella C, Palacios-Jaraquemada J, Bruno CH, Manzoli L, Bhide A, Prenatal identification of invasive placentation using magnetic resonance imaging: systematic review and meta-analysis, Ultrasound Obstet Gynecol, 2014;44:8-16.
  9. American College of Obstetricians and Gynecologists. ACOG practice bulletin: clinical management guidelines for obstetrician-gynecologists number 76, October 2006: postpartum hemorrhage, Obstet Gynecol, 2006;108:1039-1047
  10. Robinson BK, Grobman WA, Effectiveness of timing strategies for delivery of individuals with placenta previa and accreta, Obstet Gynecol, 2010;116:835-842
  11. Gyamfi-Bannerman C, Thom EA, Blackwell SC et al. Antenatal betamethasone for women at risk for late preterm delivery, N Engl J Med, 2016;374:1311-1320
  12. Sentilhes L, Ambroselli C, Kayem G et al. Maternal outcome after conservative treatment of placenta accreta, Obstet Gynecol, 2010;115:526-534