Pipistrel Velis Electro

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Pipistrel Velis Electro
Image illustrative de l’article Pipistrel Velis Electro
Pipistrel Velis Electro

Constructeur aéronautique Drapeau : Slovénie Pipistrel
Motorisation
Moteur Pipistrel E-811-268MVLC (TC No.EASA.E.234)
Puissance 57,6 kW (MTOP) en kW en non pas en ch
Dimensions
Envergure 10,71 m
Longueur 6,47 m
Hauteur 2,08 m
Surface alaire 9,51 m2
Nombre de places 1 pilote + 1 passager
Masses
Masse à vide 428 kg
Masse maximum 600 kg
Performances
Décollage (herbe/alsphate) 245/241 m
Vitesse de croisière 160 km/h
Vitesse de croisière maximale 180 km/h au niveau de la mer
Vitesse maximale (VNE) 200 km/h
Vitesse de décrochage (avec volets) 83 km/h
(sans volet) 94 km/h
Plafond 3 700 m
Distance franchissable 200 km
Autonomie 60 min (plus réserve VFR 30min) h
Facteur de charge +4g -2g

Le Pipistrel Velis Electro est un avion léger biplace monomoteur électrique fabriqué par le constructeur slovène Pipistrel. En 2020, il devient le premier avion électrique au monde à recevoir une certification de l'Agence européenne de la sécurité aérienne (EASA)[1],[2],[3]. Il doit être principalement utilisé comme avion d'entraînement notamment à cause de sa faible autonomie.

Description[modifier | modifier le code]

Résumé[modifier | modifier le code]

Cellule[modifier | modifier le code]

L'avion est basé sur la cellule du Pipistrel Virus et présente une aile haute en porte-à-faux, une configuration à deux sièges côte-à-côte dans une cabine fermée accessible par des portes. Le Virus SW121 est déjà certifié par l'EASA (TC No EASA.A.573).

Il a un train d'atterrissage tricycle fixe et un seul moteur électrique en configuration tracteur.

Moteur[modifier | modifier le code]

Son moteur électrique, est entièrement refroidi par liquide, les batteries incluses, et a pu démontrer sa fiabilité, la résistance à la surchauffe des batteries et aux chocs, lors du processus de certification.

C'est un moteur Pipistrel E-811-268MVLC. Il est refroidi par liquide, et est certifié (TC No.EASA.E.234). Il est développé en partenariat avec EMRAX et EMSISO, et avec l'hélice composite P-812-164-F3A tripale à pas fixe de 18° à 615 mm de l'axe, d'un diamètre de 1,64 m, d'un poids de 4,88 kg, à rotation horaire, et fournit une puissance de 57,6 kW.

La puissance continue maximale est de 49,2 kW à 2 350 tr/min.

La rotation maximale est de 2 500 tr/min, le couple maximal de 220 Nm.

Batteries[modifier | modifier le code]

La puissance est fournie par deux batteries lithium-ion Pipistrel PB345V124E-L connectées en parallèle. L'ensemble fournit 345 VDC (Volt en courant continu), adjoint d'un système de refroidissement liquide et batteries de haute performance. Les batterie sont installées dans une configuration redondante de deux cellules séparées pour un total de 24,8 kWh de capacité. Pour équilibrer l'appareil, une batterie est montée dans le nez, l'autre derrière la cabine. À partir d'une charge de 30%, il faut deux heures de charge atteindre les 100%. La prise électrique femelle pour le chargement est située sur le nez de l'avion, du côté droit. Un chargeur spécifique est fourni par le constructeur.

Historique[modifier | modifier le code]

Certification[modifier | modifier le code]

Ce type d'aéronef a reçu son certificat de type (N°EASA.A.573) de l'EASA pour les opérations de vol à vue de jour le 10 juin 2020 après une période de certification d'un peu moins de trois ans.

C'est la première certification d'un avion électrique attribuée par l'agence européenne.

Dans le détail, il est certifié en tant que variante du Pipistrel Virus : Type: Virus SW 121 ; Modèle Virus SW 128 (Velis Electro)[4].

Cette certification courte a été rendue possible par une coopération étroite entre l'EASA et le constructeur, et le but commun de s'assurer que l'avion atteigne le haut niveau de sécurité requis[5].

Production[modifier | modifier le code]

L'avion est en production et le constructeur a indiqué son intention de livrer 31 exemplaires en 2020[6], et de la doubler en 2021.

Développement[modifier | modifier le code]

Aspect environnemental[modifier | modifier le code]

Le constructeur revendique un niveau sonore de seulement 60 dBa, il est donc moins bruyant que les avions à moteur thermique. Cela permet de réaliser des missions de formation plus proches des endroits urbains sans affecter la qualité de vie dans ces localités. Ainsi, les entraînements au vol parfois interdits le week-end pour cause de nuisance sonore deviennent-ils de nouveau possibles[7].

Pour mémoire, le moteur est électrique et ne produit donc pas directement de gaz à effet de serre. Cependant, comme pour tout moteur électrique, c'est le mode de production, distribution de l'électricité utilisée au total lors du chargement, qui peut en produire. De même, la construction, la maintenance et le recyclage de l'avion sont aussi des causes de pollutions.

Aspect commercial[modifier | modifier le code]

Tarifs[modifier | modifier le code]

En février 2021, il est vendu pour 185000 Euros, IGI non inclus. Cela équivaut à 193 325  avec IGI, livraison et immatriculation non comprises.

Utilisation[modifier | modifier le code]

Le constructeur ne vise pas commercialement à doubler l'autonomie pour la cible initiale des leçons d'une heure en aéroclub. En revanche, pour des plus grandes autonomies, pour une cible commerciale demandant un plus grand rayon d'action, le constructeur étudie des solutions hybrides[8].

La cible commerciale est l'ensemble des aéro-clubs européens qui pourront faire voler un élève pour une leçon de 45 minutes avec réserve de 10 minutes, équivalant globalement à une leçon d'heure avec moteur à essence. En effet, une leçon traditionnelle avec moteur à essence comporte en fait des temps de mise en route, chauffage, de mise à l'arrêt qui consomment du temps et du carburant[9].

Cet avion électrique peut démarrer instantanément, sans préchauffage, s'arrêter sans consommer en cas d'embouteillage ou attente sur le taxiway, et ne nécessite que le brancher pour recharge au retour de vol.

En retour de leçon, la phase de descente peut même servir à récupérer 10% de charge.

Le coût en énergie d'un vol est estimé à dix fois mois moins que le prix en essence : trois euros contre 30 euros le plein d'essence d'un avion équivalent.

Projet de location en coordination avec la FFA[modifier | modifier le code]

En janvier 2021, Green Aerolease[10], filiale du groupe breton W3, et Pipistrel Aircraft annoncent un partenariat pour accélérer le déploiement de l’aviation électrique en France et en Europe. 50 avions biplaces électriques vont être proposés à la location à partir de l’été 2021. 150 de plus dans un second temps. La Fédération Française Aéronautique soutient ce projet[11],[12],[13],[14].

Adoption[modifier | modifier le code]

Controverses[modifier | modifier le code]

Début 2021, des controverses sont apparues entre les membres des aéroclubs et les partisans du projet de location du Velis Electro[15]. Les arguments négatifs évoqués concernent, entre autres sujets :

  • Le temps de recharge qui gênerait la planification des vols des leçons par indisponibilité de l'appareil ;
  • La non-durabilité des batteries face au besoin de recharger au plus vite ;
  • La facture électrique des aéroclubs va augmenter inconsidérément ;
  • La pollution effective globale de la formule électrique et donc une accusation d'écoblanchiment ;
  • Les expériences effectives négatives qui auraient été passées sous silence, comme celle de l'Elektropostal en Suisse[16] ;
  • La mise en doute d'une réduction suffisante du bruit ;
  • La promotion des avions électriques serait un moyen déguisé de parvenir à des interdictions des avions à essence.

Les partisans du Velis répondent :

  • L'activité normale d'un club permet d'étaler les vols sans problème de planification ;
  • Les batteries modernes présentent plus de durabilité, et que la société de location assume le risque de dégradation des batteries ;
  • La consommation d'électricité est compensée par l'économie en carburant et la maintenance moindre sur le Velis ;
  • La pollution des avions à essence est comparable à celle du Velis ;
  • Le bruit est mesurable objectivement et est bien moindre pour le Velis.

Les débats se poursuivent en mai 2021, ces questions ne sont pas tranchées[17].

Premières et records[modifier | modifier le code]
  • Le , le Velis effectue un voyage de 700 km avec arrêts, départ le de l'aéroport international de Zurich (LSZH), arrivée le à l'aéroport de Norderney (EDWY), revendique sept records[18],[19].
    • La plus faible consommation d'énergie (22,76 kWh/100 km) sur 700 km ;
    • La plus grande vitesse moyenne sur 700 km (136 km/h) ;
    • L'altitude atteinte par un avion électrique ;
    • La montée la plus rapide sur : 0-1000 m / 1000-2000 m / 2000-3000 m (m/s) ;
    • La plus grande vitesse moyenne sur 100 km (125 km/h) ;
    • Le plus faible nombre d'arrêts sur une distance de 700 km ;
    • La plus grande distance parcourue en vol électrique en 24 / 48 / 56 heures - (327 km / 608 km / 839 km).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Chroniques du ciel. Le Velis, l'avion électrique », sur Franceinfo, (consulté le 25 mai 2021)
  2. « VIDÉO - Bientôt un avion 100% électrique dans le ciel d’Annecy », sur France Bleu, (consulté le 25 mai 2021)
  3. « Velis Électro - Premier avion électrique certifié - A4Aviation - Pipistrel Andorra - A4 Aviation », sur www.pipistrel.ad (consulté le 25 mai 2021)
  4. a et b (en) European Union Aviation Safety Agency, TYPE-CERTIFICATE DATA SHEET NO. EASA.A.573 For Type Virus SW 121, , 12 p. (lire en ligne)
  5. (en) Kate Sarsfield2020-06-10T18:54:00+01:00, « Pipistrel Velis Electro earns first all-electric aircraft type certification », sur Flight Global (consulté le 25 mai 2021)
  6. (en-US) Kate O'Connor, « Pipistrel Earns First Electric Aircraft Type Certificate », sur AVweb, (consulté le 25 mai 2021)
  7. <Simon Bradley> , (Traduction de l'anglais: Olivier Pauchard), « Avions électriques: une révolution tranquille dans le ciel suisse », sur SWI swissinfo.ch (consulté le 4 juin 2021)
  8. « Trying electric flight - Pipistrel Velis Electro » (consulté le 25 mai 2021)
  9. Louis Neveu, « Le Pipistrel Velis Electro devient le premier avion 100 % électrique de série », sur Futura (consulté le 27 mai 2021)
  10. (en) « Green Aerolease : Louez le premier avion électrique certifié en leasing », sur aerolease.green (consulté le 26 mai 2021)
  11. « La société brestoise Green Aerolease commande 50 avions-écoles électriques au Slovène Pipistrel », sur France 3 Bretagne (consulté le 26 mai 2021)
  12. « Le breton Green Aerolease vise les 200 avions électriques », sur Le Telegramme, (consulté le 26 mai 2021)
  13. (en-US) « Green Aerolease and Pipistrel Aircraft announce a partnership to accelerate the deployment of electric aviation in France and in Europe – Pipistrel Aircraft » (consulté le 26 mai 2021)
  14. « https://twitter.com/pipistreleu/status/1354043067309973504 », sur Twitter (consulté le 26 mai 2021)
  15. « Le Zoe des aéro-clubs », sur Aerobuzz, (consulté le 27 mai 2021)
  16. « Aix-en-Provence : après un voyage Lausanne-Les Milles, l'avion fait son plein au solaire », sur LaProvence.com, (consulté le 27 mai 2021)
  17. « Première pour le Velis Electro d'Avialpes sur le lac d'Annecy », sur Aerobuzz, (consulté le 27 mai 2021)
  18. (en-US) « Velis Electro broke 7 world records in one legendary flight – Pipistrel Aircraft » (consulté le 27 mai 2021)
  19. (en-US) Marc Cook, « Pipistrel Velis Electro Completes Record Flights », sur AVweb, (consulté le 27 mai 2021)

Lien externe[modifier | modifier le code]