Pierre Gonzalez de Gaspard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Pierre Gonzalez de Gaspard
Naissance
Paris
Décès (à 86 ans)
Paris
Profession
Activité principale
Droit pénal et droit commercial
Autres activités
Droit privé

Pierre Gonzalez de Gaspard né le à Paris et mort le dans la même ville[1], est un avocat spécialisé en droit pénal et droit commercial français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Inscrit au Barreau de Paris, depuis 1952 son ancienneté lui permet d’aborder tous les domaines du droit. Homme de gauche passionné d’art et de langues étrangères, Pierre Gonzalez de Gaspard est notamment réputé pour son action en tant qu’avocat de la défense.

Avocat pénaliste sur le tard, il intervient dans l’affaire des disparus de Mourmelon, en tant qu’avocat de Pierre Chanal. De même, il obtient, entre plusieurs condamnations, l’acquittement de Francis Heaulme pour le meurtre de Laurent Bureau[2].

Il participe à la défense de Patrice Padé, un routier accusé à tort du crime de Caroline Dickinson. Le grand public retiendra cette histoire comme celle de la première personne innocentée grâce aux tests ADN.

De plus, il s’est battu pendant vingt-cinq ans pour la reconnaissance des victimes funestement célèbres, les « disparues de l’Yonne », victimes d'Émile Louis.

Il a également plaidé au Cameroun pour le Colonel Édouard Etonde Ekoto.

Récemment, il a défendu avec succès Frédéric Rabiller, le jeune militant ayant créé de toutes pièces et à lui seul un prétendu « Front national anti-radars », obtenant l’abandon des charges de terrorisme.

Enfin, il a été l'avocat de Marie-Angèle Domèce, victime de Michel Fourniret.

Pierre Gonzalez de Gaspard, est mort le dans une clinique parisienne des suites d’un cancer[3].

Publications[modifier | modifier le code]

Pierre Gonzalez de Gaspard a écrit la pièce de théâtre « Les couleurs du papillon », qui a été jouée au Festival d’Avignon.

Il est aussi l’auteur d’un ouvrage philosophique « L’instant », où il développe la théorie de la seule existence, dans ce monde, des faits instantanés, suivant en cela un autre philosophe, Ludwig Wittgenstein.

Notes et références[modifier | modifier le code]