Pierre Ferret (1877-1949)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Pierre Ferret
Présentation
Naissance
Bordeaux
Décès (à 71 ans)
Bordeaux
Nationalité Drapeau de la France France
Diplôme architecte en 1900
Formation École des beaux-arts de Bordeaux

École nationale supérieure des beaux-arts

Pierre Ferret né le à Bordeaux et mort le dans la même ville[1] était un architecte français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un entrepreneur bordelais, il fut l'élève dès 16 ans (1893) de Louis Labbé à la section architecture de l'école municipale des Beaux-Arts de Bordeaux. En 1896, il réussit le concours d'entrée à l'école nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris (la prestigieuse ENSBA). Il rentre dans l'atelier de Jean-Louis Pascal et obtient son diplôme d'architecte DPLG en 1900.

Collaborateur d'Albert Tournaire, il participe à la construction de la villa Arnaga à Cambo-le-Bains (1903-1906) et se fixe à Bordeaux en 1904 comme professeur d'architecture à l'école municipale des Beaux-Arts. Prenant la suite de Louis Labbé, décédé en , il est nommé chef d'atelier et directeur des études[2].

En 1928, il fonde l'école régionale d'architecture dont il assume la direction, tout en restant chef de l'atelier de l'école municipale de Beaux-Arts, jusqu'en 1942. À cette date, Pierre Ferret touché par la maladie quitte sa fonction d'enseignant et c'est son fils Claude qui prend la relève au poste de direction.

Il a été l'ami de Cyprien Alfred-Duprat (1876-1933) et avec Raoul Jourde (1889-1959), ils ont formé, au sein des architectes de cette époque, «le trio bordelais» selon l'expression de Robert Coustet[3].

Très au courant des tendances nouvelles (il fit lire L'Esprit Nouveau à Henry Frugès qui connut Le Corbusier grâce à lui), Pierre Ferret eut une influence considérable dans l'histoire de l'architecture bordelaise autant par son enseignement théorique que par ses réalisations.

Descendance[modifier | modifier le code]

Pierre Ferret I est à l'origine d'une lignée d'architecte : son fils Claude Ferret, né en 1907, son petit-fils Pierre Ferret II, né en 1945 et son arrière-petite-fille Venezia Ferret née en 1984.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • 1910 ; Hôtel Ferret[4], 80 avenue Carnot ; Bordeaux ; labellisé « Patrimoine du XXe siècle » en 2007[5] ; après son divorce, il installe son nouveau ménage dans le bel hôtel Labottière et son atelier dans la maison familiale de la rue Emile-Fourcand avant de le transférer en 1927 plus près de son domicile rue de Tivoli[6].
  • 1913 ; Maison de Paul Duten, 51 avenue Carnot ; Bordeaux ; considérée par l'architecte comme un parfait exemple de l'architecture nouvelle, en rupture avec la tradition passéiste des demeures voisines[7]
  • 1913 ; projet (en collaboration avec Cyprien Alfred-Duprat) de palais des fêtes et de palais des Beaux-Arts sur les Quinconces ; Bordeaux.
  • 1913-1927 ; transformation de l'hôtel Frugès ; Bordeaux ; classé aux Monuments historiques en 1992.
  • 1920 ; Hôtel Despax, 41 rue Durieu-de-Maisonneuve ; Bordeaux ; hôtel particulier construit pour l'entrepreneur Marcel Despax ; adroit pastiche du XVIIIe siècle en harmonie avec le château Labottière auquel il fait face[8].
  • 1920-1923 ; Compagnie algérienne, 2 cours du XXX-Juillet (actuelle banque Courtois, en angle de rue, face au Grand Théâtre) ; très haut édifice de style néo-XVIIIe siècle[9].
  • 1921 ; projet d’hôtel des voyageurs sur la place des Quinconces.
  • 1922 ; Hôtel particulier Guilhem[10], 15 rue Claude-Boucher (détruit par l'extension de la nouvelle Polyclinique Bordeaux-Nord).
  • 1925 ; aménagement de la tour des vins de Bordeaux[11] à l'exposition des Arts décoratifs de 1925 à Paris.
  • 1925 ; transformation de l'Hôtel Delor[12], 15 place Charles-Gruet ; Bordeaux.
  • 1930-1934 ; groupe scolaire Jean-Jaurès au Bouscat (Gironde)[13].
  • 1934 ; crèche et bains-douches, place Adophe-Buscaillet[14] ; Bordeaux-Bacalan ; édifices de style Art déco, labellisé Patrimoine du XXe siècle en 2007.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Robert Coustet et Marc Saboya, Bordeaux la conquête de la modernité, architecture et urbanisme à Bordeaux et dans l'agglomération de 1920 à 2003, Bordeaux, Mollat, , 402 p. (ISBN 2-909351-85-8, présentation en ligne)
  • Collectif, Bordeaux et l'Aquitaine, 1920-1940 ; Urbanisme et architecture, Paris, Éditions Regirex France, , 298 p. (ISBN 2-904392-04-1)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bordeaux et l'Aquitaine, 1920-1940 ; répertoire des architectes, p.274
  2. Les Ferret ; un siècle d'architecture... ; p.59
  3. Coustet & Saboya, 2005, p. 26
  4. Coustet & Saboya, 1999, p. 255
  5. « notice de la maison-agence Ferret, avenue Carnot au label de Patrimoine du XXe siècle », notice no EA33000001, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 29 mars 2016.
  6. Coustet & Saboya, 2005, p. 27
  7. Nouveau viographe de Robert Coustet, p.98
  8. Nouveau viographe de Robert Coustet, p.166
  9. Coustet & Saboya, 2005, p. 35-36 et Bordeaux et l'Aquitaine, 1920-1940, p.195
  10. Coustet & Saboya, 2005, p. 152-153
  11. Coustet & Saboya, 2005, p. 42
  12. Coustet & Saboya, 2005, p. 147
  13. Coustet & Saboya, 2005, p. 97
  14. Coustet & Saboya, 2005, p. 105-106