Philippe Collot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Philippe Collot
Philippe Collot Gérard Edelinck.jpg
Philippe Collot
par Gérard Edelinck
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Chirurgien spécialisé dans l'opération de la pierre

Philippe Collot[1] est un chirurgien français, né en 1593 et mort en 1656 à Luçon[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Philippe Collot appartient à une famille de chirurgiens spécialisés dans l'opération de la maladie de la pierre ou lithotomistes. Son aïeul, Laurent Collot, ont été de très habiles opérateurs pour les maladies de la pierre, mais il les a surpassés. Ses fils et petit-fils ont continué à pratiquer cette opération.

L'opération de la maladie de la pierre est connue depuis les temps les plus anciens. Hippocrate a écrit qu'il l'avait trouvé dangereuse et qu'il s'interdisait de la faire. Il en limitait la pratique qu'à ceux qui en faisaient profession.

Jean des Romains, natif de Crémone a inventé en 1525 l'opération en grand appareil[3]. Il a communiqué cette méthode secrète à Marianus-Sanctus des Barlettes[4] qui lui-même l'a enseigné à Octavius de Ville, chirurgien à Rome. Ce dernier voyageant à l'étranger pour pratiquer l'opération a connu au cours d'un de ses voyages Laurent Collot qui exerçait la médecine à Traînel (aussi écrit Tresnel ou Traisnel) en Champagne. Ce dernier a fait un grand nombre d'opérations qui l'ont rendu célèbre. Cette célébrité a fait oublier qu'il n'était pas l'inventeur de cette méthode d'opération[5]. En 1556, le roi Henri II lui a commandé de s'établir à Paris. Il lui a fait un don considérable, l'a fait chirurgien ordinaire du roi et a créé pour lui une charge d'opérateur pour la pierre qui a été possédée par ses descendants. Depuis la mort d'Octavius de Ville, il était le seul à connaître la méthode de l'opération en grand appareil. Ambroise Paré, premier chirurgien du roi, qui l'a connu et admiré, a décrit sa méthode d'extraction de la pierre dans ses ouvrages. Il a été maintenu dans ses fonctions par François II et Charles IX. Il apparaît dans les comptes de la maison de Charles IX, en 1572, ainsi que son fils Laurent Collot II. Ambroise Paré cite aussi son frère, Jean.

Laurent Collot est mort novembre 1585[6].

Jean et Laurent Collot II, ont suivi les traces de leur père. Ambroise Paré cite une opération faite par eux en 1566 sur Pierre Cocquin en tirant une pierre d'une grosseur d'une noix et a survécu à l'opération. En 1570, la duchesse de Ferrare a demandé à Jean Collot de venir à Montargis pour opérer un pâtissier. En 1566, Laurent Collot, frère de Jean, a opéré un homme nommé Tirevit à Paris et lui a retiré trois pierres de la grosseur d'un œuf de poule[7].

Philippe Collot, fils de Laurent Collot II, a hérité des méthodes de ses pères et l'a amélioré en diminuant tout ce qu'elle avait de rude et de difficile, ce qui a permis que peu de personnes opérées sont mortes pendant l'opération ou à la suite. Le grand nombre de personnes qu'il avait à opérer à Paris et son obligation à suivre la cour du roi Henri IV.

Ayant une clientèle très important, il a formé deux élèves, Restitut Girault qui s'est marié à la fille aînée de Philippe Collot, et Séverin Pinau qui a épousé Geneviève Collot, sa cousine et fille de Philippe Collot. Restitut Girault s'est engagé à former le fils de Philippe Collot, Philippe Collot II, alors très jeune. Séverin Pinau qui n'avait pas d'enfants a été engagé par Henri IV, sur la recommandation d'André du Laurens, son premier médecin, à former dix jeunes chirurgiens en lui donnant une récompense convenable de 6 000 écus. Mais il semble que Séverin Pinau soit mort avant d'avoir pu amener à son terme ce projet ce qui eu pour conséquence que seuls Restitut Girault, Jacques Girault, son fils, et Philippe Collot II sont restés les seuls à conserver la méthode de l'opération de la pierre et ont travaillé en association. Ses obligations ne lui a pas permis de venir opérer le cardinal Chigi qui se trouvait alors nonce à Cologne et lui a envoyé Restitut Girault.

Les Collot ont obtenu de pratiquer l'opération de la taille à l'hôpital de la Charité. C'est probablement là que les chirurgiens ont surpris le secret pendant une opération que faisait Jérôme Collot (†1684) et se sont aperçus que le grand appareil était connu de tous mais légèrement modifié[8],[9].

François Collot (mort le 25 juin 1706) est le fils de Jérôme Collot et a été formé à l'opération de la pierre par le grand appareil par son père et Jacques Girault. D'après Charles Perrault, il a mis une modification de l'opération de la taille en opérant en deux temps, en faisant l'incision un premier jour et en tirant la pierre huit jours plus tard. Le secret de l'opération de la pierre est déjà divulgué quand a été publié en 1727 le Traité de l'opération de la taille qu'il avait écrit.

À la suite de la mort de Jérôme Collot, son fils a perdu la charge de l'opérateur du roi pour l'extraction de la pierre qui a été reprise par François Tolet[10].

Tableau généalogique[modifier | modifier le code]

Le docteur Édouard Turner a proposé un tableau généalogique de la famille Collot qui diffère de celui présenté par Achille Chéreau qui présente des invraisemblances par rapport aux informations données par Ambroise Paré et Charles Perrault. Il n'a pas pu donner plus d'informations sur la deuxième branche de la famille Collot. Il suppose que Charles et Jacques Collot sont probablement les enfants de X... Collot. Jacques Collot serait le père de Pierre Collot né en 1635 et François né en 1637 et d'un Philippe mort en bas âge chez son père, rue Quincampoix, en 1648. Il reste encore trois Collot :

  • Jérôme Collot, un cousin qui vient de Bordeaux « brusquer fortune » à Paris, mort en 1684,
  • Armand-Joseph Collot, docteur-régent, mort en 1726,
  • un « Collot lithotomiste » à Aix en 1726.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Laurent Collot I
Médecin à Traînel
Il vient à Paris en 1556
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Laurent Collot II
Il opère en 1566 d'après Ambroise Paré
(mort en 1585)
 
 
 
 
 
Jean Collot
Il opère en 1570
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Philippe Collot I
(1566-1608)
 
 
 
Geneviève Collot
mariée à Séverin Pineau
 
X... Collot
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
N...Collot
née avant 1593
Épouse Restitut Girault
 
 
 
Philippe Collot II
(1593-1656)
Épouse Marie Boucherat
(mort à Luçon où il était venu en mars faire une opération de la taille)
 
 
 
 
Charles Collot
Jacques Collot
Jérôme Collot
(mort en 1684)

.....
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Jacques Girault
(Mort en 1656)
 
 
 
François Collot
(Mort en 1706)
Auteur du livre posthume (1727)
"Traité de l'opération de la taille"
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Philippe-François Collot
Thèse de philosophie en 1673
 

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Note : Ambroise Paré a d'abord écrit le nom de la famille Collot, puis a corrigé en Collo. Le nom s'est aussi écrit Colot.
  2. Voir Louis Moréri
  3. Cette méthode du grand appareil mise au point en remplacement de la méthode du petit appareil ou méthode de Celse a pu être mise au point par un médecin d'origine génoise, Battista de Rapallo, qui enseignait la médecine à Ferrare à la fin du XVe siècle (Sous la direction du docteur Fabre, Bibliothèque du médecin praticien, tome 3, Maladies de l'appareil urinaire, p. 235-238, Gazette des hôpitaux, Paris, 1845)
  4. Marianus Sanctus a décrit l'opération dans Libellus amens de lapide a vesica per incisionem extrahendo, en 1555.
  5. Pierre Franco a publié en 1556 le "traité contenant une des parties principalles de Chirurgie, laquelle les Chirurgiens hernieres exercent, ainsi quil est montr' en la page suivante", et en 1561 le "Traité des hernies" où il décrit des opérations d'extraction de la pierre. Il a inventé l'opération de la taille vésico-prostatique.
  6. Archives nationales : Inventaire après décès de Laurent Collo, chirurgien, valet de chambre ordinaire du roi, en la maison du Croissant, rue des Juifs. 5 novembre 1585
  7. Ambroise Paré, chapitre XV, Des pierres qui s'engendrent au corps humain, p. 443-448, dans Deux livres de chirurgie. Second livre, des monstres et prodiges, chez André Wechel, Paris, 1573 (lire en ligne)
  8. Thomas Alghisi, académicien de Florence, Art. LXXI, Lithotomie, ou Traité de l'extraction de la pierre, p. 882-883, dans Mémoires pour l'histoire des sciences et des beaux arts, chez Étienne Ganeau, Trévoux, mai 1710 (lire en ligne)
  9. Pierre Franco, Chirurgie. Nouvelle édition avec une introduction historique, une biographie et l'histoire du collège de chirurgie par E. Nicaise, p. XLVII, Slatkine reprints, Genève, 1972 (aperçu)
  10. François Tolet, Traité de la lithotomie ou de l'extraction de la pierre hors la vessie, préface, chez H. Muguet, Paris, 1708 (lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ambroise Paré, Œuvres complètes d'Ambroise Paré par J.-F. Malgaigne, tome 2, p. 495-496, , 667, J.-B. Baillière, Paris, 1841 (lire en ligne)
  • Ambroise Paré, Œuvres complètes d'Ambroise Paré par J.-F. Malgaigne, tome 3, p. 29-31, J.-B. Baillière, Paris, 1841 (lire en ligne)
  • Philippes Collot, opérateur pour les maladies de la pierre, dans Charles Perrault, Des hommes illustres qui ont paru en France pendant ce siècle, avec leurs portraits au naturel, tome 2, p. 87-88, Chez Antoine Dezallier, Paris, 1700 (lire en ligne)
  • Louis Moréri, Le grand dictionnaire historique, ou le mélange curieux de l'histoire sacrée et profane, tome 3, p. 829, Chez les libraires associés, Paris, 1759 (lire en ligne)
  • Antoine Portal, Histoire de l'anatomie et de la chirurgie, tome 4, p. 676-679, Chez P. Fr. Didot le jeune, Paris, 1770 (lire en ligne)
  • Par une société de médecins, Collot, Armand-Joseph, Germain, Laurent, François, Philippe, dans Encyclopédie méthodique. Médecine, tome 5, p. 50-54, chez Panckoucke, Paris, 1792 (lire en ligne)
  • Achille Chéreau, Colot (Les), p. 215-217, dans Sous la direction de A. Dechambre, Dictionnaire encyclopédique des sciences médicales. Première série, A-E, tome 19, COL-CON, Masson, Paris, 1876 (lire en ligne)
  • E. Turner, Philippe-François Collot et les Collot, p. 33-41, dans Gazette hebdomadaire de médecine et de chirurgie, 16 janvier 1880, série 2, tome 17, no 3 (lire en ligne), p. 49-55, 23 janvier 1880, no 4 (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]