Phare des Mamelles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mamelle (homonymie).
Phare des Mamelles
PhareMamelles4.JPG
Localisation
Coordonnées
Adresse
Histoire
Construction
Visiteurs
Oui
Architecture
Hauteur
16 m
Élévation
126 m
Équipement
Lanterne
Lampe halogène 1 000 W
Optique
Lentille de Fresnel sur bain de mercure
Portée
53 km
Feux
Feu à 4 éclats blancs en 20 s
Identifiants
Amirauté
D3004Voir et modifier les données sur Wikidata
NGA
113-24392Voir et modifier les données sur Wikidata
Localisation sur la carte d’Afrique
voir sur la carte d’Afrique
Red pog.svg
Localisation sur la carte du Sénégal
voir sur la carte du Sénégal
Red pog.svg

Le phare des Mamelles est un phare situé sur la presqu'île du Cap-Vert, à environ 4 km au sud-est de la pointe des Almadies — l'extrémité occidentale du continent africain — dans la ville de Dakar (Sénégal), sur la plus occidentale et la plus grande des deux collines volcaniques coniques nommées les Mamelles.

La colline du phare vue depuis le Monument de la Renaissance africaine

C'est le plus ancien phare de Dakar, considéré comme le plus puissant d'Afrique avec celui du cap de Bonne-Espérance[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Sa construction a été achevée en 1864, comme le rappelle l'inscription sur le fronton, modifiée en 1911[1]. En 1954 la puissance du phare a été doublée et portée à 6 000 watts sous 115 volts[1].

En 1960, un accident d'avion, pour des raisons indéterminées, à 2 400 m du phare a coûté la vie aux 63 passagers d'un Lockheed L-1049G Super Constellation d'Air France[2].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

L'édifice entièrement peint en blanc comprend une tour cylindrique accolée à l'avant de la maison du gardien qui assure une permanence nocturne dans la salle de veille du deuxième étage.

Au rez-de-chaussée, une salle des machines abrite un groupe électrogène et le jeu de batteries de secours.

D'abord alimenté au pétrole, le phare est désormais électrifié, mais son allumage reste manuel. Avant l'électrification, un système de balanciers faisait tourner la lentille.

Équipé d'une lampe à arc de 200 watts (type MSD) d'une durée de vie de 3 000 heures et fonctionnant sur du courant alternatif à 220 volts, le phare produit un puissant éclat blanc toutes les cinq secondes. Une grande lentille de Fresnel sur bain de mercure joue le rôle d'amplificateur et lui confère une portée de 53 km.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Tourisme[modifier | modifier le code]

La pointe des Almadies depuis le phare des Mamelles

L'accès au phare est gratuit. Une visite guidée est proposée par le gardien de service.

De là, mais aussi de la colline rocheuse elle-même — point culminant de Dakar et du Sénégal occidental — le promeneur bénéficie d'une vue panoramique sur l'ensemble de la presqu'île, notamment la pointe des Almadies, N'Gor, Ouakam, le Monument de la Renaissance africaine ou les îles de la Madeleine, sans parler de la capitale elle-même. On aperçoit notamment l'aéroport international Léopold Sédar Senghor.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Diégo de Selva, Dakar et le Sénégal, Paris, Hachette, 1972, p. 47
  2. Base de données sur les accidents d'avions

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Admiralty List of Lights and Fog Signals, vol. D 3004 (répertoire en 11 volumes, la référence de la Marine britannique)
  • (fr) Jacques Charpy (dir.), La Fondation de Dakar (1845-1857-1869), Paris, Larose, 1958, 596 p. (nombreuses références)

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :