Phare des îles Sanguinaires

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Phare des Îles Sanguinaires)
Phare des îles Sanguinaires
Image dans Infobox.
Le phare des îles Sanguinaires.
Localisation
Coordonnées
Adresse
Histoire
Construction
Automatisation
oui
Patrimonialité
Recensé à l'inventaire généralVoir et modifier les données sur Wikidata
Gardienné
non
Visiteurs
non
Architecture
Hauteur
18,5 m
Élévation
98 m
Équipement
Lanterne
Lampe halogène 180 W
Portée
24 milles (44 km)
Feux
blanc à 3 éclats groupés / 15 s
Identifiants
ARLHS
Amirauté
E0902Voir et modifier les données sur Wikidata
NGA
113-8036Voir et modifier les données sur Wikidata
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Corse
voir sur la carte de Corse
Red pog.svg

Le phare des îles Sanguinaires[a], ou phare du golfe d'Ajaccio[a], est un phare qui domine le point le plus haut de la Grande Sanguinaire, l'île principale de l'archipel des Sanguinaires. Il se trouve à 18 km à l'ouest d'Ajaccio. Il balise la côte sud-ouest de la Corse et l'entrée du golfe d'Ajaccio.

Historique[modifier | modifier le code]

Le programme d'illumination de la Corse n'avait pas été étudié en 1825 par Augustin Fresnel. C'est en 1838 qu'il est décidé d'implanter cinq phares de premier ordre pour « ceinturer » l'île. Le phare des Sanguinaires est le premier construit ; il est suivi par celui de Pertusato, près de Bonifacio. Mis en service en , le phare succède à un feu allumé en . Trois autres phares suivent autour de la Corse : ceux de la Chiappa au sud-est de l'île (Porto-Vecchio), de la Revellata au nord-ouest (Calvi), et de la Giraglia à l'extrême nord (au cap Corse).

Description[modifier | modifier le code]

Le phare est constitué d'une tour carrée en maçonnerie lisse, centrée sur un bâtiment rectangulaire d'allure médiévale — Viollet-le-Duc, par ses multiples restaurations pendant le Second Empire, avait probablement contribué à populariser ce style[1]. Le phare est automatisé en 1984 et son gardiennage supprimé l'année suivante.

Le phare dans les arts[modifier | modifier le code]

En 2019, la Poste a émis un carnet de douze timbres à validité permanente, intitulé « Repères de nos côtes , parmi lesquels figure le phare des Sanguinaires[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Typographie correspondant à une dénomination descriptive.

Références[modifier | modifier le code]

  1. René Gast (photogr. Jean Guichard), Tous les phares de France, Rennes, Éditions Ouest-France, , 144 p. (ISBN 978-2-7373-4681-1), p. 137.
  2. « Carnet de 12 timbres - Repères de nos côtes 2019 - Lettre prioritaire », sur laposte.fr (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

  • Alphonse Daudet, « Le phare des Sanguinaires », dans Lettres de mon moulin, Paris, Librairie générale française, coll. « Le Livre de poche / Classiques », , 236 p. (ISBN 978-2-253-00525-4), p. 68-74 — Septième récit des Lettres de mon moulin.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]