Phénylalanine hydroxylase

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Phénylalanine hydroxylase
Image illustrative de l'article Phénylalanine hydroxylase
Domaine catalytique de phénylalanine hydroxylase humaine liée à la BH4 (PDB 1KW0[1])
Caractéristiques générales
Symbole PAH
N° EC 1.14.16.1
Homo sapiens
Locus 12q23.2
Masse moléculaire 51 862 Da[2]
Nombre de résidus 452 acides aminés[2]

Liens accessibles depuis GeneCards et HUGO.

La phénylalanine hydroxylase est une oxydoréductase qui catalyse la réaction :

L-phénylalanine + tétrahydrobioptérine + O2    L-tyrosine + 4a-hydroxytétrahydrobioptérine.

La phénylalanine hydroxylase est l'enzyme limitante de la voie métabolique de dégradation de l'excès de phénylalanine. Des mutations de cette enzyme qui en réduisent l'activité sont à l'origine d'une maladie, la phénylcétonurie. Les autres substrats de la réaction sont l'oxygène moléculaire et la tétrahydrobioptérine. Cette dernière fait partie des ptéridines, un groupe de molécules oxydo-réductrices (redox).

La phénylalanine hydroxylase est un tétramère de quatre sous-unités. Chaque sous-unité est à son tour composée de trois domaines : un domaine de régulation, un domaine catalytique et un domaine de tétramérisation. Le premier domaine, composé d'environ 115 acides aminés, est situé à l'extrémité N-terminale de la protéine. Le domaine suivant est le domaine catalytique, composé d'environ 300 acides aminés. Le troisième domaine constitué des acides aminés restants forme une hélice superenroulée qui maintient les quatre sous-unités ensemble. La phénylalanine hydroxylase contient un cation de fer par sous-unité, indispensable à l'activité enzymatique.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Ole Andreas Andersen, Torgeir Flatmark, Edward Hough, « Crystal Structure of the Ternary Complex of the Catalytic Domain of Human Phenylalanine Hydroxylase with Tetrahydrobiopterin and 3-(2-Thienyl)-L-alanine, and its Implications for the Mechanism of Catalysis and Substrate Activation », Journal of Molecular Biology, vol. 320, no 5,‎ , p. 1095-1108 (PMID 12126628, DOI 10.1016/S0022-2836(02)00560-0, lire en ligne)
  2. a et b Les valeurs de la masse et du nombre de résidus indiquées ici sont celles du précurseur protéique issu de la traduction du gène, avant modifications post-traductionnelles, et peuvent différer significativement des valeurs correspondantes pour la protéine fonctionnelle.