Théorie de la personnalité de type A et de type B

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Personnalité de type A)
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour voir d'autres.
Des informations de cet article ou section devraient être mieux reliées aux sources mentionnées dans la bibliographie, sources ou liens externes. (novembre 2012).

Améliorez sa vérifiabilité en les associant par des références.

La personnalité de type A a été définie par Meyer Friedman (en) et Ray Rosenman en 1959 comme une conduite caractérisée par une hyperactivité, un sentiment d'urgence, un énervement facile, ou un hyper-investissement professionnel.

L'individu au comportement de type A se caractérise par le besoin de contrôler son environnement afin de réduire son incertitude[1] . Ces attitudes augmentent les risques de vivre des conflits interpersonnels. Souvent, il place la barre haut: il a des exigences élevées tout en manifestant un sens de l'autocritique très poussé par rapport à ses accomplissements. On dénote des attentes irréalistes de perfection incompatibles avec le droit à l'erreur (croyance irrationnelle établie par Ellis).

Ces sujets semblent avoir un risque de maladies cardio-vasculaires (notamment l'insuffisance coronarienne avec un risque d'infarctus du myocarde) multiplié par deux par rapport aux personnalités normales. Le risque est plus élevé s'il y a une coexistence avec d'autres facteurs de risque tels que le tabagisme, l'hypertension artérielle, l'obésité, etc.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nicole Rascle et Sandrine Irachabal, « Médiateurs et modérateurs : implications théoriques et méthodologiques dans le domaine du stress et de la psychologie de la santé », Le travail humain, vol. 64, no 2,‎ , p. 97-118 (DOI 10.3917/th.642.0097, lire en ligne)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour voir d'autres.
Nuvola apps bookcase.svg
Cette bibliographie recense trop d'ouvrages (décembre 2014).
Les ouvrages doivent être « de référence » dans le domaine du sujet de l'article dans lequel ils apparaissent. Il est souhaitable — si cela présente un intérêt — de les citer comme source et de les enlever de la section « bibliographie ».
  • (en) S. Booth-Kewley & H.S. Friedman, « Psychological predictors of heart disease: A quantitative review », Psychological Bulletin, no 101 (1987), p. 343-362.
  • (en) M. Friedman & R.H. Rosenman, « Association of specific overt behavior pattern with blood and cardiovascular findings », Journal of the American Medical Association, no 169 (1959), p. 1286-1296.
  • (en) M. Friedman, C.E. Thoresen, J.J. Gill, L.H. Powell, D. Ulmer, L. Thompson, V.A. Price, D.D. Rabin, W.S. Breall, T. Dixon, R. Levy & E. Bourg, « Alteration of type A behavior and reduction in cardiac recurrences in postmyocardial infarction patients », American Heart Journal, no 108 (1984), p. 237-248.
  • (en) K.A. Matthews, « Psychological perspectives on the Type A behavior pattern », Psychological Bulletin, no 91 (1982), p. 293-323.
  • (en) T.Q. Miller, C.W. Turner, R.S. Tindale, E.J. Posavac & B.K. Dugoni, « Reasons for the trend toward null findings in research on Type A behavior », Psychological Bulletin, no 110 (1991), p. 469-485.
  • Karen Huffman (trad. Sébastien Bureau, Alain Huot, Luce Marinier), Psychologie en direct, Montréal, Groupe Modulo,‎ , 4e éd., 364 p. (OCLC 893601806), p. 69