Théorie de la personnalité de type A et de type B

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La personnalité de type A (Ihsane)[réf. nécessaire] a été définie par Meyer Friedman (en) et Ray Rosenman en 1959 comme une conduite caractérisée par une hyperactivité, un sentiment d'urgence, un énervement facile, ou un hyper-investissement professionnel.

L'individu au comportement de type A se caractérise par le besoin de contrôler son environnement afin de réduire son incertitude[1]. Ces attitudes augmentent les risques de vivre des conflits interpersonnels. Souvent, il place la barre haut : il a des exigences élevées tout en manifestant un sens de l'autocritique très poussé envers ses accomplissements. On dénote des attentes irréalistes de perfection incompatibles avec le droit à l'erreur (croyance irrationnelle établie par Ellis).

Ces sujets semblent avoir un risque de maladies cardio-vasculaires (notamment l'insuffisance coronarienne avec un risque d'infarctus du myocarde) multiplié par deux par rapport aux personnalités normales. Le risque est plus élevé s'il y a une coexistence avec d'autres facteurs de risque tels que le tabagisme, l'hypertension artérielle, l'obésité, etc.[2],[3],[4]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nicole Rascle et Sandrine Irachabal, « Médiateurs et modérateurs : implications théoriques et méthodologiques dans le domaine du stress et de la psychologie de la santé », Le travail humain, vol. 64, no 2,‎ , p. 97-118 (DOI 10.3917/th.642.0097, lire en ligne)
  2. Stephanie Booth-Kewley et Howard S. Friedman, « Psychological predictors of heart disease: A quantitative review. », Psychological Bulletin, vol. 101, no 3,‎ , p. 343–362 (ISSN 1939-1455 et 0033-2909, DOI 10.1037/0033-2909.101.3.343, lire en ligne, consulté le 2 février 2020)
  3. Meyer Friedman, « ASSOCIATION OF SPECIFIC OVERT BEHAVIOR PATTERN WITH BLOOD AND CARDIOVASCULAR FINDINGS », Journal of the American Medical Association, vol. 169, no 12,‎ , p. 1286 (ISSN 0002-9955, DOI 10.1001/jama.1959.03000290012005, lire en ligne, consulté le 2 février 2020)
  4. Meyer Friedman, Carl E. Thoresen, James J. Gill et Lynda H. Powell, « Alteration of type A behavior and reduction in cardiac recurrences in postmyocardial infarction patients », American Heart Journal, vol. 108, no 2,‎ , p. 237–248 (ISSN 0002-8703, DOI 10.1016/0002-8703(84)90606-9, lire en ligne, consulté le 2 février 2020)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) K.A. Matthews, « Psychological perspectives on the Type A behavior pattern », Psychological Bulletin, no 91 (1982), p. 293-323.
  • (en) T.Q. Miller, C.W. Turner, R.S. Tindale, E.J. Posavac & B.K. Dugoni, « Reasons for the trend toward null findings in research on Type A behavior », Psychological Bulletin, no 110 (1991), p. 469-485.
  • Karen Huffman (trad. Sébastien Bureau, Alain Huot, Luce Marinier), Psychologie en direct, Montréal, Groupe Modulo, , 4e éd., 364 p. (OCLC 893601806), p. 69