Pereskia bleo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Pereskia bleo (Kunth) DC est une espèce de cactus appartenant à la famille des Cactaceae, à la sous-famille des Pereskioideae et au genre Pereskia Mill., qui comprend 11 espèces originaires des zones tropicales d'Amérique, notamment du Panama et de la Colombie. Ce genre a la particularité rare chez les cactacées de porter de véritables feuilles ce qui est un aspect tout à fait original pour un cactus. On la trouve en beauté dans les jardins tropicaux. [1]

Synonymes[modifier | modifier le code]

cf: "The Plant List" 23 avril 2012 :

  • Cactus bleo Kunth
  • Pereskia corrugata Cutak
  • Pereskia cruenta Pfeiff.
  • Pereskia panamensis F.A.C. Weber
  • Rhodocactus bleo (Kunth) F.M.Knuth
  • Rhodocactus corrugatus (Cutak) Backeb.

Description générale[modifier | modifier le code]

Appareil végétatif[modifier | modifier le code]

Pereskia bleo est un cactus arborescent, rameux, épineux pouvant atteindre 2 à 8 m  de hauteur. Le tronc peut avoir un diamètre de 15 cm ou moins. Il est lisse avec une coloration qui a du vert olive au brun gris. Lorsqu’il est vieux, le tronc devient nu mais lorsqu’il est jeune celui-ci porte souvent de grands faisceaux d’épines (parfois jusqu'à 40) qui font jusqu’à 25 mm de long.

Les rameaux cylindriques, érigés, verts possèdent des aréoles (zone en creux de la plante à partir de laquelle partent en faisceau les épines) distancées, cotonneuses rousses. Les aiguillons sont inégaux, noirs, raides et réunis en faisceau .[2]

Les feuilles sont vertes, pétiolées, mince, elliptique et oblongue à oblancéolées. Le pétiole de 2 à 3 cm est muni à sa base de quelques épines tendres. Le limbe de 6 à 20 cm de long et de 2 à 7 cm de large est de forme elliptique, ovale, acuminée.

Appareil reproducteur[modifier | modifier le code]

L’inflorescence est axillaire ou terminale en racème. La fleur rouge, hermaphrodite, d'environ 4 à 6 cm de diamètre est portée par un pédicelle de 5 à 10 mm de long. Les bractées sont absentes. Les sépales sont courts, verts. Le périanthe est radié avec des pétales obovés au nombre de 12 à 15. Les étamines sont rouges, blanches à la base.[1]

Les fruits comestibles mais aigres sont turbinés à apex tronqué de 4 à 5 cm de diamètre, ils deviennent jaunes à maturité. Chaque fruit contient 10 à 20 graines noires et lisses, généralement obovées, plates ou légèrement concaves sur une face

Ecologie[modifier | modifier le code]

Régions d'origine et régions où la plante s'est naturalisée[modifier | modifier le code]

Pereskia bleo est un cactus originaire d'Amérique du Sud, principalement du Panama et de la Colombie où il croît du niveau de la mer à une altitude de 1300 mètres. L'espèce est largement distribuée et cultivée comme plante ornementale dans de nombreux pays subtropicaux et tropicaux. Par exemple, Pereskia bleo est une espèce présente à La Réunion uniquement à l'état cultivé pour l'ornement.[1]

Habitat[modifier | modifier le code]

De par la préférence de Pereskia bleo pour des climats tropicaux et subtropicaux, elle est capable de tolérer la sécheresse, le froid et de s’adapter à des conditions pédoclimatiques très diverses. Presque indestructible, Pereskia bleo nécessite le plein soleil ou un peu d’ombre et des sols bien asséchés, de préférence des sols neutres riches en matière organique, mais peut tolérer des sols acides.

Cycle de vie[modifier | modifier le code]

La multiplication de ce cactus se fait soit par reproduction sexuée (graines), soit par multiplication végétative rapide en milieux tropicaux et subtropicaux. Contrairement à la plupart des cactus, Pereskia bleo se propage très facilement grâce à ses boutures ou ses graines. Les boutures doivent être plantées immédiatement sans subir de période sèche.[1] 

Interactions avec autres organismes[modifier | modifier le code]

Les biologistes ont découvert depuis un certain temps que les fourmis peuvent perturber et améliorer la reproduction des plantes. Pour Pereskia bleo, Les fourmis peuvent réduire la fréquence des visites des insectes pollinisateurs par un comportement agressif ou en volant le nectar. Les fourmis et autres herbivores florales découragent les abeilles et les papillons, qui sont des pollinisateurs essentiels, en réduisant l'attrait des fleurs  suite à leur comportement agressif. L’impact que peuvent avoir les fourmis sur le pollen et sur la mise à fruit de Pereskia bleo peut avoir des implications importantes pour l'évolution, la maintenance des stratégies de reproduction et la conservation durable de cette plante.[3]

Protection[modifier | modifier le code]

Actuellement, cette espèce n'est pas menacée en raison de sa large diffusion.

Propriétés[modifier | modifier le code]

Toxicité[modifier | modifier le code]

Pereskia bleo a été traditionnellement utilisé par les habitants de la Malaisie pour le traitement de diverses affections. L'étude actuelle rapporte les résultats de l'enquête aigüe de toxicité orale de Pereskia bleo sur des souris ICR.[4] Aucune mortalité ou de preuves d'effets indésirables ont été observés chez des souris ICR après administration orale aigüe à la plus forte dose de 2500 mg / kg extraits bruts de Pereskia bleo.[4][5]

Basé sur les résultats de toxicité aigüe chez les souris expérimentales, les extraits bruts de Pereskia bleo pourraient être considérés comme surs chez les souris expérimentales. D'autres études de toxicité sur une période de temps plus longue impliquant la détection des effets sur les fonctions des organes vitaux ferait en sorte que les plantes soient sans danger pour la consommation humaine.

Utilisations[modifier | modifier le code]

Usages médicinaux[modifier | modifier le code]

En Malaisie, les feuilles sont utilisées pour traiter le cancer, l'hypertension artérielle, le diabète et les maladies associées aux rhumatismes et à l'inflammation.[2] Une décoction de feuilles est utilisée comme un bain chaud pour traiter les douleurs musculaires. Un remède préparé à partir de l'inflorescence est bu pour le soulagement des douleurs gastriques, des ulcères et pour revitaliser le corps [2, 9]. Les feuilles sont soit consommés crues ou transformés en une confection brassée à partir de feuilles fraîches [1]. 

Objectif Méthode de préparation
Détoxification et prévention du cancer Préparation de thé en faisant bouillir les feuilles et/ou le fruit, puis boire la préparation chaude ou froide.[6][7][8]
Besoins alimentaires et entretien de la santé Manger cru la feuille, la fleur et le fruit.[8]
Maintien de la santé et de revitaliser le corps Faire du jus avec les feuilles que l’on a mises dans de l’eau bouillante et en boire tous les matins.[9]
Pour soulager les douleurs musculaires Faire une décoction avec les feuilles, puis en l’utilisant comme un bain chaud pour des douleurs musculaires .[8]
Pour soulager les maux d'estomac Préparer le "na kumakalat": l'inflorescence est mélangée avec les excréments de fourmis rouges en utilisant un mortier spécial, puis humidifié avec de l'eau. La masse résultante est moulée à des objets de forme ovale qui sont séchées au soleil. Lorsque le remède est utilisé, ces balles sont frottées dans un petit récipient avec une petite quantité d'eau.[8]

Plante ornementale[modifier | modifier le code]

L'espèce est aussi utilisée comme plante ornementale dans certaines parties de son aire de répartition. En Colombie, il est utilisé comme une couverture naturelle.

Culture[modifier | modifier le code]

Taux de croissance[modifier | modifier le code]

Sa croissance est rapide, en seulement quelques années elle deviendra une merveille du paysage. C’est une plante qui a une longue durée de vie et une fois mis en place, elle restera dans sa position et dans son sol pendant des années.[1][10]

Arrosage[modifier | modifier le code]

Un arrosage régulier pendant la saison de croissance active de mars à septembre est nécessaire. Lors de l'arrosage, l'eau ne doit pas être laissée au repos autour des racines. Par contre, la plante peut être gardée presque complètement sèche en hiver. Pereskia bleo est résistante à un manque d’eau prolongé, mais les feuilles tombent pendant la sécheresse.[1][10]

Robustesse[modifier | modifier le code]

Considéré comme sensible au gel, mais étonnamment robuste au froid en plein air et aussi très résistant au soleil pour une plante succulente. Pereskia bleo aime la chaleur (une température hivernale minimale de 10 ° C est favorable).[10] Cependant, la plante conservée en milieu sec peut parfaitement survivre à de basses températures d’environ -3 ° C en faisant tomber ses feuilles comme mécanisme de défense dès que l’on descend en dessous de 4°C. Mais il est toujours préférable d’éviter des températures de congélation car en présence d'une forte humidité atmosphérique les racines sont particulièrement sensibles à la pourriture.[11]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f La Réunion Tourisme, « Pereskia bleo (Kunth) DC. », sur www.mi-aime-a-ou.com (consulté le 17 mai 2016)
  2. a et b (en) Sogand Zareisedehizadeh, Chay-Hoon Tan et Hwee-Ling Koh, « A Review of Botanical Characteristics, Traditional Usage, Chemical Components, Pharmacological Activities, and Safety of Pereskia bleo (Kunth) DC », Evidence-Based Complementary and Alternative Medicine, vol. 2014,‎ , p. 1–11 (ISSN 1741-427X et 1741-427X, PMID 24987426, PMCID 4060302, DOI 10.1155/2014/326107, lire en ligne)
  3. (en) Ashoke Bhattacharya, Kalyani Datta, « Ant-associated pollen damage in Pereskia bleo DC », Current Science, no 91,‎
  4. a et b A.M. Sri Nurestri, K.S. Sim et A.W. Norhanom, « Phytochemical and Cytotoxic Investigations of Pereskia grandifolia Haw. (Cactaceae) Leaves », Journal of Biological Sciences, vol. 9,‎ , p. 488–493 (DOI 10.3923/jbs.2009.488.493, lire en ligne)
  5. (en) Sri Nurestri AM, Norhanom AW, Hashim Y, Sim KS, Hong SL, Lee GS, « Cytotoxic activity of Pereskia bleo (Cactaceae) against selected human cell lines », International Journal of Cancer Research, no 6,‎ , p. 180-187 ([DOI:%2010.3923/ijcr.2010.180.187 lire en ligne])
  6. (en) K. Hostettmann, A. Marston, M. Maillard, and M. Hamburger, « Phytochemistry of Plants Used in Traditional Medicine », Oxford University Press,‎ , p. 373-376
  7. (en) Sri Nurestri Abdul Malek, Sim Kae Shin, Norhanom Abdul Wahab et Hashim Yaacob, « Cytotoxic Components of Pereskia bleo (Kunth) DC. (Cactaceae) Leaves », Molecules, vol. 14,‎ , p. 1713–1724 (DOI 10.3390/molecules14051713, lire en ligne)
  8. a, b, c et d (en) J. Nugent, Permaculture Plants, agaves and cacti,‎ (lire en ligne)
  9. (en) A. Rahmat, F. P. Saib, and N. A. Buslima, « Comparing the effect of Ficus benjamina extract and Pereskia saecnarosa extract on the level of micro and macro minerals in normal and induced liver cancer rats », Proceedings of the 4th International Conference on Biomedical Engineering in Vietnam,‎ , p. 208-212
  10. a, b et c « Pereskia bleo », sur www.llifle.com (consulté le 17 mai 2016)
  11. K. S. Sim, A. M. Sri Nurestri, S. K. Sinniah et K. H. Kim, « Acute oral toxicity of Pereskia bleo and Pereskia grandifolia in mice », Pharmacognosy Magazine, vol. 6,‎ , p. 67–70 (ISSN 0973-1296, PMID 20548939, PMCID 2881650, DOI 10.4103/0973-1296.59969, lire en ligne)

Erreur de référence : La balise <ref> définie dans <references> a un groupe attribué «  » qui ne figure pas dans le texte précédent.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :