Paul Devaux (graveur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Paul Devaux (homonymie).
Paul Devaux
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 54 ans)
VichyVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Paul Devaux, né à Bellerive-sur-Allier (Allier) le 28 mai 1894 et mort à Vichy le 25 mars 1949[1], est un graveur sur bois et illustrateur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils de Michel Devaux, garde des courses, et d'Anna Marie Mélanie Fromentin, son épouse, habitants de Bellerive, alors appelée Vesse. Le 24 novembre 1917, il épouse à Vichy Georgette Alphonsine Chabrier.

Il travaille d'abord chez un architecte, puis il est dessinateur lithographe à l'imprimerie Montlouis à Clermont-Ferrand. Il avait appris à dessiner sur le tas.

Pendant la Première Guerre mondiale, il est blessé. Pendant sa convalescence à Dijon, il dessine la ville[2] et il en tirera son premier album, Le vieux Dijon (1928). Mais très attaché à sa province natale, il va surtout dessiner les paysages – notamment ceux de la forêt de Tronçais – et les rues et monuments du Bourbonnais.

Il se qualifiait lui-même de « tailleur d'images ». Connu surtout comme graveur sur bois, il a pratiqué aussi le dessin à la plume, l'aquarelle, le pastel. Il a travaillé pour la presse et la publicité.

Il crée une revue (éphémère), L'Élan, et une maison d'édition. Il fonde l'Académie du Vernet avec Marcel Guillaumin, Maurice Constantin-Weyer et d'autres artistes et intellectuels bourbonnais.

Sous le pseudonyme de Jean Chapouteux, il a publié Le Penêt.

Il repose au cimetière de Vichy.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Illustration de livres
  • Charles Maurras, La Bonne Mort, conte, Paris, C. Aveline, 1926, in-8°, 55 p.
  • Valery Larbaud, Allen, orné de bois originaux en couleur par Paul Devaux, Paris, Chronique des Lettres françaises, 1929, 107 p.
  • Jacques Chevalier, La Forêt. Tronçais en Bourbonnais, Paris, Chronique des Lettres françaises, 1930, 122 p.
  • Maurice Constantin-Weyer, L'Âme du vin, avec bandeaux et culs-de-lampe de Paul Devaux, Paris, éditions Rieder, 1932, In-8°, 305 p.
  • André Chamson, Les Hommes de la route, Paris, Société des bibliophiles du papier, 1935.
Aquarelles

Expositions[modifier | modifier le code]

Il expose au Salon des indépendants de 1926 à 1937.

  • Paul Devaux, l'imagier aux 1000 facettes. Vichy, médiathèque Valery-Larbaud (16 juillet au 17 septembre 2011).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cf. acte de naissance. La notice de la BNF comporte une erreur de date de naissance et une erreur de lieu de décès.
  2. Il est révélé dès 1918 par la Revue de Bourgogne, 1917-1918, pp. 94-98.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Monique Kuntz et Georges Frélastre, Hommes et femmes célèbres de l'Allier, Paris, Bonneton, , 160 p. (ISBN 2-86253-189-8), p. 54.
  • Léo Martinez, « Paul Devaux (1894-1949). Tailleur d'images et ami de la forêt », Bulletin de la Société des amis de la forêt de Tronçais, 1981, n° 26, p. 43.
  • Fabienne Pouradier Duteil, Martine Chosson, Paul Devaux. L'imagier aux mille facettes, Vichy, Société d'histoire et d'archéologie de Vichy et des environs (Prix Achille-Allier).