Parksosaurus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Parkosaurus

Description de cette image, également commentée ci-après

Crâne de P. warreni

Classification
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Reptilia
Classe Dinosauria
Ordre Ornithischia
Sous-ordre Ornithopoda
Famille Hypsilophodontidae
Sous-famille Thescelosaurinae

Genre

Parksosaurus
Broom, 1938

Espèces de rang inférieur

Description de l'image File:Parksosaurus Steveoc86.jpg.

Reconstitution de Parksosaurus.

Parksosaurus (qui signifie «Le Lézard de William Parks») est un genre d'hypsilophodontidé datant du Maastrichtien. Ses restes ont été extraits de la Formation de Horseshoe Canyon du Crétacé supérieur dans l'état de l'Alberta au Canada. Il a été décrit à partir de plusieurs squelettes articulés ainsi que d'un crâne partiel, montrant qu'il était un petit dinosaure herbivore bipède. C'est l'un des rares ornithopodes non-hadrosauridés de la fin du Crétacé qui vivait en Amérique du Nord, il y a 70 millions d'années.

Description[modifier | modifier le code]

Taille comparative de Parksosaurus.

Parksosaurus était un petit dinosaure bipède d'une taille et d'un poids comparable aux loups actuels Cependant, les estimations explicites de la taille totale de ce dinosaure restent rares. En 2010, le paléontologiste Gregory S. Paul a estimé une longueur de 2,5 m et un poids de 45 kg[1]. Des membres postèrieurs de deux espèces, T. warreni et T.neglectus, ont été trouvés. Ceux de la première espèce mesuraient 93 cm contre 95,5 cm pour la seconde. Les jambes de ces deux espèces présentaient une différence notable: le tibia était plus court que la cuisse chez T. neglectus, et inversement pour T . warreni[2]. Comme Thescelosaurus, il possédait de minces plaques cartilagineuses partiellement osseuses (intercostales) le long des côtes[3]. Sa ceinture scapulaire est robuste. Parksosaurus possédait au moins dix-huit dents arrondies sur le maxillaire supérieur et une vingtaine sur la mâchoire inférieure. Le nombre de dents sur l'os prémaxillaire est inconnu[4].

Classification[modifier | modifier le code]

Parksosaurus est considéré comme étant un hypsilophodonte depuis sa description[2]. En 2004, David B. Norman et son équipe ont trouvé, dans le cadre d'études sur un Hypsilophodontidae paraphylétique, que Parkosaurus était le taxon frère de Thescelosaurus. En 2008, une équipe menée par Richard Butler à constaté qu'il était proche du genre Gasparinisaura originaire d'Amérique du Sud[5]. Cependant, et malgré ces études, la phylogénie basale des ornithopodes reste mal connue. Comme Thescelosaurus, Parksosaurus possédait des pattes arrières relativement robustes, ainsi qu'un crâne allongé[6].

Découverte et histoire[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références taxinomiques[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en)Gregory S. Paul, The Princeton Field Guide to Dinosaurs, Princeton University Press,‎ 2010 (ISBN 978-0691137209), p. 277
  2. a et b (en) William A Parks, « Thescelosaurus warreni, a new species of orthopodous dinosaur from the Edmonton Formation of Alberta », University of Toronto Studies (Geological Series), vol. 21,‎ 1926, p. 1–42
  3. (en) Richard J. Butler, « The 'dermal armour' of the ornithopod dinosaur Hypsilophodon from the Wealden (Early Cretaceous: Barremian) of the Isle of Wight: a reappraisal », Cretaceous Research, vol. 29, no 4,‎ 2008, p. 636–642 (DOI 10.1016/j.cretres.2008.02.002)
  4. (en) Peter M. Galton, « Redescription of the skull and mandible of Parksosaurus from the Late Cretaceous with comments on the family Hypsilophodontidae (Ornithischia) », Life Sciences Contribution, Royal Ontario Museum, vol. 89,‎ 1973, p. 1–21
  5. (en) Hans-Dieter Sues, The Dinosauria, Berkeley, University of California Press,‎ 1990 (ISBN 0-520-06727-4), p. 498–509
  6. (en) David B. Norman, The Dinosauria, Berkeley, University of California Press,‎ 2004 (ISBN 0-520-24209-2), p. 393–412