Papeton d'aubergine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Papeton d'aubergine
Image illustrative de l’article Papeton d'aubergine
Papeton d'aubergine et sa sauce tomate

Lieu d’origine Provence
Place dans le service Entrée
Température de service Froid
Ingrédients Aubergine, œuf, sauce tomates fraîche et huile d'olive
Mets similaires Caviar d'aubergine
Accompagnement vin rouge palette (AOC)

Le papeton d'aubergine est un mets spécifique de la ville d'Avignon. Il se présente sous la forme d'un flan, à base de caviar d'aubergine et d'œufs, accompagné d'un coulis de tomates fraîches.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Il a été nommé ainsi du fait qu'il était cuit dans un moule ayant la forme d'une tiare pontificale[1],[2]. Originellement, le papeton était l'épi égrainé du maïs, nommé ainsi pour sa couleur or et ses différentes couronnes qui rappelaient une tiare.

Antoine Augustin Parmentier expliquait en 1784 : « On désigne ainsi l'épi ou la fusée de maïs dépouillée de grains. Le papeton porte différens noms dans nos provinces : les Bourguignons & les Comtois l'appellent fuseau, panouille, ribeau, guilledon ; dans le haut Languedoc et dans le Béarn, il est connu sous le nom de charbon blanc. Dans quelques cantons du Royaume, le papeton sert à boucher les bouteilles ; mais il est trop poreux & point assez flexible pour contenir les liquides, sur-tout quand ils sont spiritueux. On courroit donc le risque de perdre son vin avec de pareils bouchons[3]. »

Aubergine des papes[modifier | modifier le code]

Déjà en 1970, Henri Gault et Christian Millau affirmaient : « Le papeton d'aubergines (dit aussi aubergines des papes) est l'une des recettes typiques de la ville friande de ces sombres et exquis légumes[4]. »

Ce mets est composé d'une purée d'aubergine (caviar d'aubergine) mélangée à des œufs battus. L'ensemble est cuit au four et servi ensuite froid avec une sauce de tomates fraîches. Il se déguste avec un vin de Provence (AOC palette rouge)[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michel Receveur, Provence des papes, coll. « Traditions culinaires des régions », Éd. Saint-Honoré, Books & Cooks International, Paris (ISBN 2905245247).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]