Palais de justice d'Agen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Palais de justice
Palais de justice d'Agen -2.JPG
Façade sur la place Armand-Fallières
Présentation
Destination initiale
Palais de justice
Destination actuelle
Palais de justice
Architecte
Construction
Propriétaire
Département
Patrimonialité
Localisation
Pays
Région
Commune
Adresse
Place Armand-FallièresVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte d’Aquitaine
voir sur la carte d’Aquitaine
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Lot-et-Garonne
voir sur la carte de Lot-et-Garonne
Red pog.svg

Le palais de justice est un palais de justice situé place Armand-Fallières, avenue de Lattre-de-Tassigny, à Agen dans le Lot-et-Garonne.

Historique[modifier | modifier le code]

Jusqu'au Second Empire, le palais de justice d'Agen se trouvait dans le bâtiment de l'ancien présidial, actuel hôtel de ville d'Agen.

En 1853, le conseil général décide de la construction d'un nouveau palais de justice proche de la prison. Les travaux sont confiés à Juste Lisch[1], ancien élève de Léon Vaudoyer et d'Henri Labrouste.

La première pierre est posée en 1862 par le ministre de l'intérieur Victor de Persigny. Les travaux sont terminés en 1869.

L'édifice a été inscrit au titre des monuments historiques le [2].

Description[modifier | modifier le code]

Pour montrer la grandeur de la justice, Juste Lisch a choisi de construire un bâtiment sévère inspiré par l'architecture grecque avec une façade de 63 m de longueur auquel on accède par un escalier imposant donnant accès à un portique central avec colonnes de style corinthien. De part et d'autre d'un palier coupant l'escalier, deux statues représentent la Loi et le Droit. La cour d'honneur est encadrée par deux ailes en retour et fermée par une grille en fer forgé.

Au centre se trouve la salle des pas perdus de style Napoléon III. Elle donne accès aux quatre chambres d'audience. Des pilastres encadrent des lampadaires à colonnes et des cariatides qui supportent un plafond à caissons.

La cour d'assises a conservé son décor peint d'étoiles, spirales, grecques dans le style néo-pompéien. Elle se termine en abside.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Note : À Agen, Juste Lisch a aussi assuré la restauration de l'église des Jacobins.
  2. « Palais de justice », notice no PA00084054, base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Martine Salmon-Dalas, 046 - Agen, palais de justice, p. 74, revue Le Festin, Hors série Le Lot-et-Garonne en 101 sites et monuments, année 2014 (ISBN 978-2-36062-103-3)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]