Péchés capitaux en Islam

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’islam
Cet article est une ébauche concernant l’islam.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Les Péchés capitaux en Islam ou ul-Kabâ’ir (arabe : الكبائر السبع) sont au nombre de sept[1].

Ils sont cités dans un hadith du Prophète rapporté dans les deux sahih de Mouslim et d'al-Bukhari :

Définition[modifier | modifier le code]

Les oulémas définissent le péché capital ou al-Kabira'[2] comme étant tout péché qui a l'un des caractères suivants :

  • tout péché puni par l'Enfer ;
  • tout péché qui mérite la malédiction ;
  • tout péché qui génère la colère de Dieu ;
  • tout péché dont la punition d'ici-bas est un ḥadd[3].

Divergences à propos du nombre des péchés capitaux[modifier | modifier le code]

Les avis des ouléma divergent quant au nombre des péchés capitaux en Islam même si la doctrine retient les sept cités ci-haut.

Il existe des opinions qui ont dénombré jusqu'à soixante-dix péchés capitaux[4]. Les hadiths du Prophète au sujet des péchés majeurs sont nombreux, on en cite :

  • D'après 'Abû Hurayra :

« le Prophète a dit : "Évitez les sept turpitudes!". "Quelles sont-elles, ô Envoyé d'Allah?", demandèrent les fidèles. "Ce sont, répondit-il, le polythéisme, la sorcellerie ; le meurtre qu'Allah a interdit sauf à bon droit ; l'usurpation des biens de l'orphelin ; l'usure ; la fuite du front au jour du djihad et la fausse accusation (de fornication) des femmes vertueuses, chastes et croyantes"[5]. »

  • D'après 'Abû Bakra :

« Nous étions réunis chez l'Envoyé d'Allah, quand il nous a dit : "Eh bien ! Voulez-vous que je vous informe sur les plus graves des péchés capitaux ? Ils sont au nombre de trois : le polythéisme, l'ingratitude envers ses parents et le faux témoignage – ou suivant une variante : les paroles mensongères –". Le Prophète, qui était accoudé, se mit sur son séant et ne cessa de répéter ces derniers mots au point que nous nous dîmes : "Ah ! S'il avait cessé". (Cette répétition a, en effet, jeté l'effroi dans les cœurs des fidèles)[6] »

  • D'après 'Anas :

« le Prophète a dit des péchés capitaux : "Ce sont : le polythéisme, l'ingratitude envers les parents, le meurtre et le faux témoignage"[7]. »

  • D'après `Abd-Allah ibn `Amr ibn Al-`As :

« l'Envoyé d'Allah a dit : "Parmi les péchés capitaux figure le fait qu'un homme injure ses parents". "Arrive-t-il, ô Envoyé d'Allah, qu'un homme insulte ses parents ?", s'exclama-t-on. "Oui, c'est quand on injurie le père d'un autre qui à son tour répond en insultant le père de l'injurieur et quand on injurie la mère de quelqu'un qui se venge en insultant celle de l'injurieur"[8]. »

  • D'après `Ubâda ibn As-Sâmit :

« Quand nous étions en compagnie du Prophète, il nous dit : "Prêtez-moi serment de fidélité en vous engageant à ne rien associer à Allah, à ne commettre ni la fornication, ni le vol et à ne pas tuer l’âme qu’Allah a rendue sacrée, sauf en vertu d'un droit !". "Celui d'entre vous qui sera fidèle à cet engagement, reprit le Prophète, trouvera sa récompense auprès d'Allah. Celui qui (en ce monde) aura subi un châtiment pour une infraction à ces engagements, ce châtiment lui servira d'expiation. Quant à celui qui aura commis une infraction qu'Allah aura tenue secrète, c'est à Allah qu'il appartiendra de le châtier ou de lui pardonner s'Il le veut"[9]. »

Péchés capitaux et takfîr[modifier | modifier le code]

Les ouléma salafistes sont presque unanimes quant à l'interdiction d'excommunier celui qui a commis l'un des péchés capitaux.

Selon 'Abu Ja`far at-Tahawi :

« On ne peut excommunier un musulman à cause d'un péché sauf s'il proclame sa licéité[10]. »

C'est-à-dire qu'un musulman qui a commis un péché capital, tel que la fornication par exemple, ne peut être considéré comme sorti de l'islam du fait qu'il a commis ce péché, sauf s'il conteste son caractère illicite dans l'islam.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Plus que parfait, Mohammed Filali, Editions Publibook, ISBN 2-7483-4636-X, 9782748346367
  2. arabe الكبيرة
  3. arabe حد من الحدود
  4. ad-Dahabi, « Les 70 grands péchés : " Al-Kabâir " », sur www.islamsounnah.com (consulté le 26 janvier 2016)
  5. sahih mouslim n° 129
  6. sahih mouslim n° 126
  7. sahih mouslim n° 127
  8. sahih mouslim n° 130
  9. sahih mouslim n° 3223
  10. arabe ولانكفر أحداً من أهل القبلة بذنب ما لم يستحله

Voir aussi[modifier | modifier le code]