Opisthotonos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Opisthotonos : hyperextension du dos caractéristique du tétanos due à la contracture des muscles paravertebraux
Opisthotonos chez le nouveau-né
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

L'opisthotonos (du grec opistho, vers l'arrière et tonos, tension) est une contracture généralisée prédominant sur les muscles extenseurs, de sorte que le corps est incurvé en arrière et les membres sont en extension. Il s'agit de l'un des signes classiques d'une atteinte par le tétanos, mais de nombreuses autres affections peuvent en être l'origine.

Chez l'animal de laboratoire, cette posture peut être reproduite expérimentalement par section du mésencéphale. Chez l'enfant et le nouveau-né, la posture est souvent plus accentuée que chez l'adulte. Dans les cas extrêmes, les pieds du nourrisson touchent la tête. C'est la décérébration. Alors que lors d'une décortication, on observe une flexion.

Application clinique : un patient comateux immobile en flexion est dans un stade moins évolué de coma qu'un patient immobile en extension (voir échelle de Glasgow).

Non traité par des médicaments susceptibles de relâcher la tension musculaire, l'opisthotonos peut aboutir à des troubles respiratoires entraînant une asphyxie. En cas de respiration difficile, une trachéotomie peut être envisagée.

Causes[modifier | modifier le code]

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cette section contient une ou plusieurs listes. Le texte gagnerait à être rédigé sous la forme de paragraphes synthétiques, plus agréables à la lecture.   (janvier 2016).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Nagler, Joshua. « Cyanides » Handbook of Bioterrorism and Disaster Medicine. Springer US, 2006. 177-181.

Liens externes[modifier | modifier le code]