Ophrys de la Drôme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Ophrys drumana)

Ophrys drumana, Ophrys bertolonii subsp. saratoi

L'Ophrys de la Drôme est une plante herbacée de la famille des Orchidaceae. Selon les sensibilités des botanistes, cette Ophrys est considérée comme une espèce ou une sous-espèce sous les noms scientifiques Ophrys drumana et Ophrys bartolonii subsp. saratoi ou considérée, avec les autres taxons du groupe O. bertolonii comme un hybride nommé Ophrys ×flavicans Ce groupe est défini par son labelle à la pilosité noirâtre à échancrure avant plus ou moins prononcée et à la macule plus ou moins quadrangulaire ; l'Ophrys de la Drôme se distinguant essentiellement des fleurs plus nombreuses et plus petites, par une cavité stigmatique de son gynostème ronde et par un labelle plus long à l'échancrure peu prononcée à la macule centrée. Dans sa considération spécifique, elle est endémique de Provence en France, où elle apprécie les pelouses calcicoles et la présence d'abeilles solitaires du genre Mégachiles dont elle mime la femelle afin de séduire le mâle pour une pollinisation par pseudocopulation.

Taxonomie[modifier | modifier le code]

Ophrys de la Drôme : plante en pied

Décrite en 1823 à partir de spécimens italiens, l'espèce Ophrys bertolonii définit l'ensemble des Ophrys au labelle aux poils noirs en forme de selle et à la macule plus ou moins quadrangulaire. En France, en 1868, le Niçois Jean-Baptiste Barla décrit[3] deux variétés qu'il considère comme des hybrides proches de cette espèce: O. Bertoloni var. aranifero-Bertoloni et O. Bertoloni var. bilineata, que le botaniste parisien Edmond-Gustave Camus[4] et sa fille, Aimée Antoinette Camus[5], renomment en 1893 Ophrys ×saratoi et Ophrys ×barlae[6]

L'holotype d'Ophrys bertolonii ayant été détruit pendant la seconde guerre mondiale, une définition plus stricte portant sur « le labelle en forme de selle et la cavité stigmatique étroite dépourvue de parois latérales » est mise en place dans les années 1970, ouvrant ainsi la voie à l'éclatement taxonomique et à quelques confusions[2],[7].

Participant à ce mouvement, le belge Pierre Delforge décrit en 1988 une population de l'Est de Valence qu'il nomme Ophrys drumana[1] ainsi qu'en 1989 une espèce de répartition provençale et ligurienne nommée Ophrys aurelia et considère qu'une petite population de Grasse morphologiquement proche de l'Ophrys Aurélien représente l'Ophrys saratoi de Camus & Camus[2]. En 2001, le méditerranéen Rémy Souche interprète l'Ophrys de la Drôme comme la sous-espèce saratoi d'Ophrys bartolonii, synonyme des taxons de Barla et Camus & Camus[6] alors que Marcel Bournérias approuve la définition d'Ophrys drumana de Delforge et considère O. saratoi comme une forme d'O. aurelia[8].

Aujourd'hui, les auteurs de Flora Gallica[9] soutenus par l'INPN[10] et Tela Botanica[11] approuvent la spécificité de cette population et synonymisent l'ensemble des définitions de Barla, Camus & Camus, Delforge, Souche et Bournérias en considérant O. Saratoi comme le nom correct et en ne tenant pas compte de la définition de Delforge et Bournérias ; alors que l'hybridité est actuellement préférée par les botanistes du jardin botanique de Kew qui nomment Ophrys ×flavicans indifféremment l'ensemble des taxons du groupe O. bertolonii[12].

Synonymie[modifier | modifier le code]

  • Ophrys bertolonii subsp. saratoi (E.G.Camus) R.Soca[10],[11]
  • Ophrys barlae E.G.Camus[10],[11]
  • Ophrys barlai Guétrot[10],[11]
  • Ophrys bertolonii subsp. drumana P.Delforge) Kreutz[10],[11]
  • Ophrys bilineata Barla[10],[11]
  • Ophrys drumana P. Delforge, 1988[13],[14],[10],[11]
  • Ophrys ×flavicans Vis. (1842)[12]

Étymologie et nom français[modifier | modifier le code]

L'épithète spécifique drumana (« Drôme ») est donnée par Pierre Delforge en raison du lieu de sa découverte situé le long de la rivière Drôme[1].

En français, ce taxon est désigné par son nom vulgarisé et normalisé « Ophrys de la Drôme »[11].

Description[modifier | modifier le code]

Ophrys de la Drôme
Ophrys de la Drôme

Il s'agit d'une plante élancée mesurant de 10 à 35 cm de haut, à l’épi étalé et aux fleurs petites d'une dimension maximum de 24 mm. Ces fleurs présentent trois sépales roses à médiane verte disposés en étoile ainsi que deux pétales, plus foncés, à bords ondulés. Le labelle, d'une longueur de 9 à 12 mm, est le plus souvent entier et ses bords sont rabattus, plutôt courts et droits, ce qui donne l'impression que la labelle est plus long que large. De couleur brun rouge, finement et densément pileux, il est orné d'une macule centrale bleuâtre, voire rougeâtre, dont le contour est souvent plus clair et présente parfois un ocelle. Au bout du labelle se trouve un court et large appendice jaunâtre à verdâtre. Le gynostème montre un bec court et fin et porte des pollinies jaunes[8],[6].

Confusions possibles[modifier | modifier le code]

Ophrys bertolonii, espèce proche (spécimen d'Italie)

Morphologiquement, l'Ophrys de la Drôme est proche des espèces du groupe O. bertolonii qui sont définis par leur labelle en forme de selle aux flancs rabattus, aux poils noirâtre et à l'avant échancré.

O. drumana se distingue de la sous-espèce type Ophrys bertolonii subsp. bertolonii essentiellement par la cavité stigmatique de son gynostème ronde alors qu'elle est creuse chez cette dernière. De plus, la sous-espèce type n'est pas présente en France, mais en Italie, dans les Balkans et sur l'île de Corfou.

En France, est également présente l'Ophrys Aurélien (Ophrys aurelia) qui est aussi un taxon du groupe O. bertolonii. Elle s'en différencie par un labelle d'une longueur de 9 à 12 mm, habituellement plus court que les sépales contre 13 à 17 mm pour celui d'O. drumana, par ses petites fleurs plus prolifiques (de 4 à 12 contre 3 à 6) et par sa grande macule irrégulière plus centrée sur le labelle[8],[9]

Dans sa conception en tant qu'espèce, l'Ophrys de la Drôme peut s'hybrider avec Ophrys apifera, O. fuciflora, O. insectifera, O. litigiosa, O. provincialis, O. scopolax et O. vetula[8],[6].

Biologie[modifier | modifier le code]

Mâle Megachile parietina butinant une Sauge

Il s'agit d'une Orchidée terrestre géophyte à tubercule qui fleurit de début-mai à mi-juin[9],[8].

Dans sa définition hybride, l'Ophrys drumana a pour parents Ophrys × chiesesica Kleynen, 1989 et Ophrys × samuelii Soca, 1997[13]. Cependant, le fait que sa population soit homogène et stable, que des spécimens d'Ophrys Aurélien typés côtoient des spécimens d'Ophrys de la Drôme sans présence d'intermédiaires entre les deux et que l'aire de distribution de l'Ophrys de la Drôme soit plus septentrionale que celle d'Ophrys Aurélien sans pour autant que ses populations ne soient morphologiquement différentes suggèrent fortement une spécificité propre et remettent en question son hybridité[9].

L'Ophrys de la Drôme est pollinisée par les abeilles solitaires maçonnes Megachile albonotata et Megachile parietina dont le sous-genre Chalicodoma pratique une pseudocopulation sur l'ensemble des Ophrys proches d'O. bertolonii[15],[16],[8].

Écologie et distribution[modifier | modifier le code]

L'Ophrys de la Drôme apprécie les pelouses calcicoles sèches en situation ensoleillée supportant une légère demi-ombre entre 100 et 1 200 mètres d'altitude[9],[15],[6].

Dans son acceptation en tant qu'espèce, l'Ophrys de la Drôme est endémique de la France et plus précisément de Provence, c'est-à-dire des contreforts du Massif central au massif du Vercors et dans les massifs littoraux méditerranéens[8].

O. aurelia se situe dans l'annexe B de la convention CITES, qui réglemente le commerce des espèces de faunes et de flore à l’échelon européen. En France, elle est classée « préoccupation mineure » au niveau national (sous le nom Ophrys saratoi et « quasi menacée » en Rhône-Alpes (sous le nom O. bertolonii subsp. saratoi)[10].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Pierre Delforge, « Une orchidée nouvelle dans la Drôme. », Naturalistes belges, vol. 69,‎ , p. 188 (lire en ligne)
  2. a b et c Pierre Delforge, « Le groupe d'O. bertolonii en France. 1 Les Préalpes. », L'Orchidophile, vol. 20, no 85,‎ , p. 13-21 (lire en ligne)
  3. Jean-Baptiste Barla, Flore illustrée de Nice et des Alpes-Maritimes. Iconographie des Orchidées, Nice, , 211 p. (lire en ligne).
  4. Edmond-Gustave Camus, « Monographie des Orchidées de France », Journal de Botanique, vol. 7,‎ , p. 111-276 (lire en ligne)
  5. Aimée Antoinette Camus, Edmond-Gustave Camus et Henri Lecomte, Iconographie des orchidées d'Europe et du bassin Méditerranéen, P. Lechavalier,, (DOI 10.5962/bhl.title.15263, lire en ligne)
  6. a b c d et e Sous le nom Ophrys bertolonii subsp. saratoi (E.G.Camus) Soca : Rémy Souche, Les Orchidées sauvages de France : grandeur nature, Les Créations du pélican, , 340 p. (ISBN 2-7191-0642-9 et 978-2-7191-0642-6)
  7. Pierre Delforge, « Ophrys bertolonii, Ophrys aurelia, Ophrys romolinii », Naturalistes belges, vol. 84,‎ , p. 53-60 (lire en ligne)
  8. a b c d e f et g Sous le nom Ophrys drumana P. Delforge 1988 : Bournérias, Marcel, Prat, Daniel, et al. et (Collectif de la Société française d'orchidophilie), Les orchidées de France, Belgique et Luxembourg, Biotope, coll. « Parthénope », , 504 p. (ISBN 978-2-914817-11-0)
  9. a b c d et e Sous le nom Ophrys saratoi : Société botanique de France, Bruno de Foucault, François Guiol et André Charpin, Flora Gallica, flore de France, Mèze, Biotope, , 1195 p. (ISBN 978-2-36662-012-2).
  10. a b c d e f g et h Muséum national d’Histoire naturelle [Ed]. 2003-2021. Inventaire National du Patrimoine Naturel, Site web : https://inpn.mnhn.fr., consulté le 15 janvier 2021
  11. a b c d e f g et h Bock, B. (Tela Botanica, FCBN, Ministère chargé de l'Ecologie, MNHN). Base de données des Trachéophytes de France métropolitaine, consulté le 15 janvier 2021
  12. a et b POWO (2019). Plants of the World Online. Facilitated by the Royal Botanic Gardens, Kew. Published on the Internet ; http://www.plantsoftheworldonline.org/, consulté le 15 janvier 2021
  13. a et b IPNI. International Plant Names Index. Published on the Internet http://www.ipni.org, The Royal Botanic Gardens, Kew, Harvard University Herbaria & Libraries and Australian National Botanic Gardens., consulté le 15 janvier 2021
  14. Tropicos.org. Missouri Botanical Garden., consulté le 15 janvier 2021
  15. a et b Delforge, P., « Un pollinisateur pour Ophrys drumana », Naturalistes belges, vol. 97,‎ , p. 78-88 (lire en ligne)
  16. Charles D. Michener 1918-2015., The bees of the world, Baltimore, Johns Hopkins University Press, , 972 p. (ISBN 978-0-8018-9220-2)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :