Opérationnisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la science image illustrant la philosophie
Cet article est une ébauche concernant la science et la philosophie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

L’opérationnisme[1], opérationisme[2] ou opérationnalisme[3] « consiste à définir les concepts de telle manière qu'ils puissent être établis et éprouvés en termes d'opérations concrètes et répétables, par des observateurs indépendants »[1]. Cette approche, introduite au début du XXe siècle par le physicien Percy Williams Bridgman, facilite le développement de la mécanique quantique[3]. Elle est ensuite appliquée en psychologie.

Philosophie[modifier | modifier le code]

En philosophie des sciences, l'opérationalisme « interprète la Science en tant que système d'actions humaines », vision à opposer au platonisme qui considère plutôt l'existence d'une réalité « à structure fixe »[2]. Le physicien Percy Williams Bridgman a introduit le terme « opérationisme » pour indiquer son application à la physique[2]. En 1927, il écrit : « Chaque concept que nous utilisons ne signifie rien de plus qu'un ensemble d'opérations. Si le concept est physique, comme la longueur par exemple, il s'agit alors d'opérations physiques concrètes, c'est-à-dire celles par lesquelles la longueur est mesurée. Si le concept est mental, comme celui de la continuité mathématique, il s'agira d'opérations mentales, à savoir celles par lesquelles nous déterminons si un certain aggrégat de magnitudes est continu. »[4].

Dans les années 1920, Stanley Smith Stevens publie une série d'articles sur l'opérationnalisme dans le but de l'adapter à la psychologie. Son approche a été accueillie favorablement[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Thomas Raymond, Introduction aux fondements théoriques et méthodologiques de la recherche sportive, Librairie J. Vrin, , 178 p. (lire en ligne), p. 35
  2. a, b et c Doru Todericiu, « Jürgen klüver, Operationalismus, Kritik und Geschichte einer Philosophie der exakten Wissenshcaften [L'« Opérationalisme », critique et histoire d'une philosophie des sciences exactes], Stuttgart-Bad Cannstatt, Friedrich Frommann Verlag, 1971 et 1978 (collection « Problemata », 2), 15 x 20,5, cm, 222 p. », Revue d'Histoire des Sciences, vol. XXXIV, no 3-4,‎ , p. 377-378 (lire en ligne)
  3. a et b Rival 1995, p. 26-28.
  4. a et b Philippe Vuille, « 2.1.2. La définition opérationnelle des termes utilisés en psychologie », Association for Contextual Behavioral Science,‎ (consulté le 11 janvier 2014)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]