Opération Wintergewitter

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Operation Wintergewitter
Description de cette image, également commentée ci-après
Un Tigre I allemand et un T-34 soviétique hors de combat durant l'affrontement dans le Sud de l'Union soviétique
Informations générales
Date -
Lieu Près de Stalingrad, URSS
Issue Défaite de l'Axe
Belligérants
Drapeau de l'URSS Union soviétique Drapeau de l'Allemagne nazie Reich allemand
Commandants
Aleksandr Vassilievski Erich von Manstein, Hermann Hoth
Forces en présence
Jusqu'à 150 000 soldats, 630 chars, 1 500 pièces d'artillerie Environ 100 000 soldats

Front de l'Est - Seconde Guerre mondiale

L’opération Wintergewitter (en français : « Tempête d'hiver ») était le nom de code de l'opération de la IV. Panzerarmee pour rompre l'encerclement de la VI. Armee allemande durant la bataille de Stalingrad pendant la Seconde Guerre mondiale.

L'opération débuta le . Elle parvint à mi-chemin de son objectif avant qu'un mouvement de flanc de l'Armée rouge plus au nord ne la forçât à rebrousser chemin, scellant le sort de la VI. Armee.

Contexte[modifier | modifier le code]

Le front de l'Est entre le et le .

L'opération Uranus avait entrainé l'encerclement de la VI. Armee par les troupes soviétiques, et repoussé le gros du groupe d'armées B de plus de 100 km. Alors qu'à l'ouest le XLVIII. Panzerkorps et l'Armee-Abteilung Hollidt se rétablissaient derrière la Tchir, au sud le gros de la IV. Panzerarmee avait été soit détruit soit pris dans l'encerclement de Stalingrad et seules des forces squelettiques avaient réussi à ralentir la 51e armée soviétique en route vers Kotelnikovo, terminus ferroviaire à 130 km au sud de Stalingrad.

Dans ces conditions, toute tentative pour briser l'encerclement supposait de trouver ailleurs des renforts blindés, envoyés dans ce but au Heeresgruppe Don du maréchal von Manstein, groupe d’armées formé pour l'occasion :

Les deux premières divisions furent rassemblées au sein du LVII. Panzerkorps, la troisième gardée en réserve pour le groupe d'armées et la dernière affectée au XLVIII. Panzerkorps.

Le plan[modifier | modifier le code]

Le lieu d'attaque constituait un point-clef. La tête de pont sur le Don à Verkhne-Tchirskaïa était le point plus proche de Stalingrad, mais les Soviétiques, qui en étaient conscients, avaient réduit cette position avant que les Allemands n'eussent rassemblé leurs renforts. Par ailleurs, comme le temps avait oscillé entre chutes de neige et grosses pluies entre fin et début , le Don n'était pas suffisamment gelé pour que les troupes puissent traverser en toute sécurité.

Déroulement de l'opération Wintergewitter.

En conséquence, le LVII. Panzercorps fut regroupé à Kotelnikovo, avec la VI. Panzerdivision au centre, la XVII. Panzerdivision à l'aile gauche et la XXIII. Panzerdivision à l'aile droite, plus les restes de la IVe armée roumaine qui protégeaient par un écran léger le flanc côté steppe des Kalmouks. L'offensive débuta le . Deux rivières se trouvaient sur l'axe de progression, l'Aksaï et la Mychkova.

Les progrès initiaux furent satisfaisants et l'Aksaï fut atteinte et traversée vers la fin du premier jour. Toutefois les troupes tombèrent sur un feu nourri depuis la ferme collective « 8-Mars » à Verkhne-Koumski, et autour des baraquements des ouvriers du chemin de fer, immédiatement au nord des berges de l'Aksaï. Le détachement se dirigea vers la Mychkova, consommant un temps précieux, mais ne put la traverser.

À Stalingrad même, le général Friedrich Paulus hésitait à donner l'ordre à ses troupes, épuisées et gelées, de tenter une percée vers le sud pour rejoindre les blindés du Generaloberst Hermann Hoth à Abganerovo, pour se replier ensuite vers Kotelnikovo. Sans un ordre direct d'Adolf Hitler, il ne pouvait prendre cette décision. Ce dernier obsédé par l'idée de ne pas battre en retraite refusa de donner cet ordre et Paulus ne bougea pas. Toutefois, la question reste ouverte de savoir si ses troupes gelées, manquant de carburant et de nourriture, auraient pu sortir de Stalingrad.

Poussée et contre-attaque[modifier | modifier le code]

Un bataillon de chars Tigre I fut déployé pour le groupe d'armées Don dans le but de renforcer la progression allemande dans Stalingrad.
Un Panzer III allemand employé dans le secteur sud de l'Union soviétique en .

Alors que la force de soutien effectuait sa poussée, le maréchal soviétique Gueorgui Joukov attaquait la ligne de front de l'Axe plus au nord. La VIIIe armée italienne sur le Don moyen souffrait elle aussi du froid, et sa résistance initiale acharnée fut finalement réduite par les T-34 qui écrasèrent ses positions le . Ayant écarté les Italiens, le 24e corps de tanks de la Garde se dirigea vers Tatsinskaïa, l'aérodrome le plus proche de Stalingrad à partir duquel la Luftwaffe tentait désespérément de ravitailler près d'un demi-million de soldats de la poche de Stalingrad en dépit d'une météo hasardeuse. Le jour de Noël, les chars soviétiques s'emparèrent de l'aérodrome, dans la tempête de neige, et purent à loisir détruire les avions de transport qui s'y trouvaient.

Prenant conscience que cette force se tournait sur la gauche afin de venir derrière l'armée de rescousse allemande, Erich von Manstein dut détacher la VI. Panzerdivision depuis la Mychkova pour l'envoyer en urgence soutenir les positions italiennes. Cela préservait ces dernières mais condamnait la tentative de sauvetage. De façon coordonnée la 51e armée soviétique attaqua de nouveau la force de sauvetage, la ramenant au-delà de Kotelnikovo dès le et menaçant alors Rostov-sur-le-Don et l'ensemble du groupe d'armées A et ses 400 000 hommes encore coincés sur le fleuve Terek dans le Caucase. Hitler prit la décision de retirer ce groupe d'armées, condamnant la VI. Armee à Stalingrad.

Articles connexes[modifier | modifier le code]