Omowunmi Sadik

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sadik.
Omowunmi Sadik
Omowunmi Sadik Speaker at Innovation Day 2010backlit.jpg

Omowunmi Sadik, en conférence le 23 septembre 2010 à la Chemical Heritage Foundation, à Philadelphie.

Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (53 ans)
LagosVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités

Omowunmi "Wunmi" A. Sadik (née le ) est une professeure, chimiste et inventrice nigériane travaillant à l'Université d'État de New York à Binghamton. Elle a développé une microélectrode de biocapteurs pour la détection de drogues et d'explosifs, et travaille au développement de technologies pour le recyclage des ions de métaux à partir de déchets, pour une utilisation dans des applications environnementales et industrielles. En 2012, Sadik est co-fondatrice de l'organisation à but non lucratif Sustainable Nanotechnology Organization

Jeunesse et éducation[modifier | modifier le code]

Sadik est née en 1964 à Lagos, au Nigeria. Sa famille compte un certain nombre de scientifiques, qui ont soutenu son intérêt pour la physique, la chimie et la biologie. Elle obtient son baccalauréat en chimie de l'Université de Lagos en 1985, et reçoit son diplôme de maîtrise en chimie en 1987. Sadik a ensuite fréquenté l'Université de Wollongong en Australie. En 1994, elle a obtenu son doctorat en chimie à Wollongong[1].

Carrière[modifier | modifier le code]

Omowunmi Sadik bénéficie d'une bourse de recherche postdoctorale du Conseil national de la recherche des États-Unis lui permettant de travailler en tant que chercheuse à l'Environmental Protection Agency de 1994 à 1996[1]. Elle accepte ensuite un poste de professeur adjoint de chimie à l'Université d'État de New York à Binghamton. Elle est promue professeure associée en 2002 puis professeure titulaire en 2005. À l'époque, elle devient également directrice du Centre pour les Capteurs Avancés et les Systèmes de Environnementaux (Center for Advanced Sensors & Environmental Systems, CASE) à l'université de New York-Binghamton. Elle est membre visiteuse de la faculté à la Naval Research Laboratory, l'Université Cornell et de l'Université Harvard[1].

Sadik étudie la chimie des surfaces, avec un accent particulier sur le développement de biocapteurs pour une utilisation en chimie de l'environnement[1]. Elle a constaté que les polymères conducteurs sont particulièrement prometteurs pour une utilisation dans des applications de détection[2],[3]. Elle a développé une microélectrode de biocapteurs sensible aux traces de matières organiques[4], une technologie qui peut être utilisée pour la détection de drogue et de bombes[5],[6]. Elle étudie également les mécanismes de détoxication des déchets tels que les composés organochlorés dans l'environnement, avec l'objectif de développer des technologies pour le recyclage des ions de métaux industriels et environnementaux des déchets[7]. Dans un projet, les enzymes microbiennes augmentent la conversion du chrome (VI), hautement toxique vers le chrome (III), non toxique, de 40 % à 98 %[8].

Sadik est créditée de plus de 135 documents de recherche revus par les pairs et demandes de brevet. Elle détient des brevets pour les États-Unis sur certains types de biocapteurs[1]. En 2011, elle est la présidente de la Conférence inaugurale Gordon sur la Nanotechnologie de l'Environnement[9]. En 2012, Sadik et Barbara Karn sont les co-fondatrices de Sustainable Nanotechnology Organization, une organisation à but non lucratif, professionnelle et internationale pour l'utilisation responsable de la nanotechnologie dans le monde entier[10].

Sadik est élue fellow de la Royal Society of Chemistry (2010) et de l'Institut américain pour la médecine et l'ingénierie biologique (en) (élue en 2012). Elle est également membre de l'American Chemical Society. Elle est impliquée avec l'Agence de Protection Environnementale et la National Science Foundation, et a fait partie du groupe d'Étude sur l'Instrumentation et les Systèmes de Développement au sein des Instituts Nationaux de la Santé[1]. Elle est impliquée dans des collaborations internationales avec le Centre International de la Biodynamie de l'UNESCO, à Bucarest en Roumanie, l'Ege University (en) en Turquie, et l'Université de Fukui au Japon[7].

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

  • En 2005-2006, Bourse de recherche du NSF Discovery Corps[11]
  • 2003-2004, Distinguished Radcliffe Fellowship de l'Université de Harvard[12]
  • En 2002, Chancellor's Award for Premier Inventors, de l'université de New-York[7]
  • En 2001, Chancellor's Award pour la Recherche en Sciences et en Médecine, de l'université de New-York[7]
  • 2000, bourse COBASE du Conseil National de Recherches Canada (CNRC) [13]
  • Prix du Mérite Australien

Références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Omowunmi Sadik » (voir la liste des auteurs).

  1. a, b, c, d, e et f (en) « ScienceMakers : Omowunmi Sadik », sur The History Makers (consulté le 13 novembre 2015)
  2. (en) Omowunmi A. Sadik, « Bioaffinity Sensors Based on Conducting Polymers: A Short Review », Electroanalysis, vol. 11, no 12,‎ , p. 839–844 (DOI 10.1002/(SICI)1521-4109(199908)11:12<839::AID-ELAN839>3.0.CO;2-1)
  3. (en) Omowunmi A. Sadik, Sharin Brenda, Patrick Joasil et John Lord, « Electropolymerized Conducting Polymers as Glucose Sensors », Journal of Chemical Education, vol. 76, no 7,‎ , p. 967 (DOI 10.1021/ed076p967)
  4. (en) Omowunmi A. Sadik, « JEM Spotlight: Applications of advanced nanomaterials for environmental monitoring », Journal of Environmental Monitoring, vol. 11, no 1,‎ , p. 25–26 (DOI 10.1039/B820365M)
  5. (en) « Sadik invited to give talk at NSF biochemical terrorism workshop », sur Discover-e,
  6. (en) O. A. Sadik, A. L. Zhou, S. Kikandi, N. Du, Q. Wang et K. Varner, « Sensors as tools for quantitation, nanotoxicity and nanomonitoring assessment of engineered nanomaterials », Journal of Environmental Monitoring, vol. 11, no 10,‎ , p. 1782 (DOI 10.1039/b912860c)
  7. a, b, c et d (en) « Faculty Spotlight: OMOWUNMI SADIK, Ph.D. ASSISTANT PROFESSOR, ANALYTICAL & ENVIRONMENTAL CHEMISTRY », sur Binghamton University (consulté le 13 novembre 2015)
  8. (en) Keith Farrington, « Interview: Monitoring the environment », Highlights in Chemical Technology, vol. Royal Society of Chemistry,‎ (lire en ligne)
  9. (en) « Omowunmi Sadik, SUNY-Binghamton : Nano », sur National Nanotechnology Initiative (consulté le 13 novembre 2015)
  10. (en) SNO Sustainable Nanotechnology Organization, « First Sustainable Nanotechnology Organization Conference Program », sur SNO Sustainable Nanotechnology Organization,
  11. (en) « NSF Announces New Discovery Corps Fellows », sur National Science Foundation (consulté le 13 novembre 2015)
  12. (en) « Fellow: Omowunmi A.Sadik », sur Radcliffe Institute for Advanced Study Harvard University (consulté le 13 novembre 2015)
  13. (en) « Omowunmi "Wunmi" Sadik », sur Department of Chemistry, State University of New York at Binghamton (consulté le 13 novembre 2015)

Liens externes[modifier | modifier le code]