Olorgesailie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Olorgesailie
Olorgesailie
Localisation
Pays Drapeau du Kenya Kenya
Coordonnées 1° 34′ 40″ sud, 36° 26′ 46″ est

Géolocalisation sur la carte : Kenya

(Voir situation sur carte : Kenya)
Olorgesailie
Olorgesailie
Histoire
Époque Paléolithique inférieur

Olorgesailie est un site archéologique du Paléolithique inférieur de la Rift Valley dans le sud du Kenya. Olorgesailie est remarquable pour les découvertes d'un grand nombre de bifaces acheuléens, façonnés durant des milliers d'années entre il y a 1,2 million et 490 000 ans[1], associés avec des activités de dépeçage de gros mammifères. Un os frontal attribué à Homo erectus, daté de 900 000 à 970 000 ans, y a été mis au jour[2],[3].

Historique des fouilles[modifier | modifier le code]

Les artefacts préhistoriques ont d'abord été découverts par le géologue britannique John Walter Gregory en 1919[4], mais ce n'est qu'en 1943 que les fouilles ont commencé sérieusement sous la direction de Mary et Louis Leakey, avec l'aide de prisonniers de guerre italiens en liberté conditionnelle[5]. Les travaux se sont poursuivis jusqu'en 1947. L'archéologue sud-africain Glynn Isaac a repris l'excavation dans les années 1960 pour sa thèse de doctorat[6]. Dans les années 1980, Richard Potts, travaillant à la Smithsonian Institution, a poursuivi ses recherches en collaboration avec les musées nationaux du Kenya[1].

Découvertes[modifier | modifier le code]

Bifaces retrouvés à Olorgesailie.

De très nombreux outils lithiques ont été découverts sur le site, dont des bifaces caractéristiques de la période acheuléenne qui abondent. Ces outils ont été réalisées entre 1,2 million et 490 000 ans[1] le long de ce qui était alors le rivage d'un lac maintenant asséché.

Restes fossiles d'animaux découverts sur le site.

Des fossiles de divers animaux ont également été trouvés, y compris ceux d'espèces éteintes d'hippopotame (Hippopotamus gorgops), d'éléphant (Elephas recki), de zèbre (Equus oldowayensis), de girafe et de babouin (Theropithecus oswaldi), susceptibles d'avoir été dépecés à l'aide des bifaces retrouvés[1].

En juin 2003, une équipe dirigée par Richard Potts a découvert in situ un os frontal d'hominini. D'autres parties du crâne (répertorié sur le numéro KNM-OL 45500) ont été trouvés dans les mois suivants. L'os frontal est âgé de 900 000 à 970 000 ans et a probablement appartenu à un représentant d'Homo erectus, ce qui en fait le premier fossile humain trouvé sur le site. Les restes fossiles étaient dans le même niveau stratigraphique que deux bifaces et plusieurs éclats, près de dépôts denses de bifaces[7],[3],[1].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e « Olorgesailie, Kenya », sur http://humanorigins.si.edu/ (consulté le 3 juin 2017).
  2. Richards Potts, « Olorgesailie: new excavations and findings in Early and Middle Pleistocene contexts, southern Kenya rift valley », Journal of Human evolution, vol. 18, no 5,‎ , p. 477-484 (DOI 10.1016/0047-2484(89)90076-6).
  3. a et b « First Human Fossil Found at Olorgesailie (Kenya) Field Site; Smithsonian Scientist Makes Dramatic Discovery », sur https://naturalhistory.si.edu/, .
  4. (en) Pamela R. Willoughby, The Evolution of Modern Humans in Africa: A Comprehensive Guide, AltaMira Press, (ISBN 0-7591-0119-1), p. 55.
  5. (en) Christine Stephanie Nicholls, Red Strangers: The White Tribe of Kenya, Timewell Press, (ISBN 1-85725-206-3), p. 231.
  6. (en) Roland Anthony Oliver, The African experience: from Olduvai Gorge to the 21st century, Westview Press, (ISBN 0-8133-9042-7), p. 23.
  7. (en) Richard Potts, Anna K. Behrensmeyer, Alan Deino, Peter Ditchfield et Jennifer Clark, « Small Mid-Pleistocene hominin associated with East African Acheulean technology », Science, vol. 305,‎ , p. 75-78 (DOI 10.1126/science.1097661).
(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Olorgesailie » (voir la liste des auteurs).

Liens externes[modifier | modifier le code]