Octavio Meyran

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Meyran.


Octavio Meyran est un ancien arbitre mexicain de boxe anglaise.

On se souvient de lui, pour avoir arbitré, le , à Tokio, le championnat du monde des poids lourds, entre Mike Tyson tenant du titre et le boxeur quasi inconnu James Buster Douglas. Un combat où à la surprise générale, Tyson subit sa première défaite professionnelle, par ko au 10e round. La victoire de Douglas suscita une vive polémique, certains considérant que l'arbitre avait commis une faute en ne déclarant pas le jeune boxeur Ko à 8e reprise, évoquant un décompte trop long lorsque Douglas était au tapis et estimant qu'il aurait dû être déclaré Ko et Tyson vainqueur. Finalement la victoire de James Buster Douglas fut valider et cette controverse brisa la carrière d'Octavio Meyran.

Championnat du monde des poids lourds, Tyson contre Douglas[modifier | modifier le code]

L'arbitrage de ce championnat du monde des poids lourds, entre Mike Tyson alors champion incontesté de la catégorie et un boxeur inconnu James Buster Douglas fut à l'origine d'une grosse polémique. Le combat a lieu à Tokyo au Japon le 11 février 1990. L'arbitre, Octavio Meyran, officie pour la première fois de sa carrière dans la catégorie des poids lourds. À seulement 4 secondes de la fin de la 8e reprise, Mike Tyson, bien que dominé par son challenger lors des précédents rounds, envoie sur un crochet du droit son adversaire au tapis ; le décompte commence et se poursuit durant 14 secondes (au lieu des dix fatidique qui officialise le ko). Ce lent décompte, cette erreur (selon certains), permet à Douglas de se relever et le combat se poursuit, jusqu'au 10e round où cette fois c'est Tyson qui va à terre et ne se relève (avec difficulté, n'ayant visiblement pas récupéré), qu'après le compte de Meyran. Tyson perd par Ko et Douglas devient le nouveau champion du monde des lourds.

Une victoire qui provoque la colère du promoteur américain Don King (défenseur des intérêts de Tyson), contre l'arbitrage de Meyran et qui vaut à ce dernier les foudres de son compatriote José Sulaimán, (le président de la WBC), qui décide de retirer à Meyran son statut d'arbitre de la WBC.

Cette défaite surprise de Mike Tyson a pour conséquence de faire capoter l'affrontement très attendu pour le titre unifié des poids-lourds (programmé le 18 juin 1990 au Trump Plaza à Atlantic City dans le New Jersey), entre Mike Tyson et Evander Holyfield alors challenger numéro 1 pour la WBC, la WBA et l'IBF. Holyfield était alors considéré comme le seul en capacité de battre Mike Tyson. Ce combat, si il avait eu lieu aurait dû être le premier combat entre deux boxeurs poids-lourds invaincus (depuis le précédent, en 1988, entre Mike Tyson et Michael Spinks ; affrontement remporté par Tyson à la première reprise, après 1 minute et 31 secondes de combat).

Octavio Meyran, après le combat, reconnut qu'il aurait dû accorder la victoire par ko à Tyson à ce moment-là du combat et avoua avoir simplement commis une erreur humaine à 100 % et être un homme d'honneur[1]. Un aveu qui pousse la presse mexicaine à écrire que Meyran a été forcé de dire qu'il avait fait une erreur pour évité (du moins l’espérait t'il), d'être mis à l'index par la WBC[2]. Dans une déclaration sous serment, Octavio Meyran affirme que Don King a menacé d’empêcher le paiement de sa facture d'hôtel si Meyran n'acceptait pas la protestation du promoteur.

20 ans après le combat dans une interview publiée sur le site du journal mexicain la Péninsula Deportiva le 24 février 2010, Meyran révèle qu'il aurait du recevoir pour ce match une facture de 12 000 dollars mais a été payé seulement 2 800 dollars en billets verts en raison des représailles de Don King et de José Sulaimán et qu'à son retour à Los Angeles, Sulaimán lui conseilla de prendre un blâme pour mauvais comptage ce que Meyran refusa[3].

Octovio Meyran a commencé à compter Douglas à 2 alors que le chronométreur japonais Riichi Hirano placé au bord du ring était déjà à 4 [4]. Par ailleurs, il ne demande pas à Douglas (qui c'est relevé), s'il est OK pour reprendre le combat[pas clair].

25 ans plus tard, Meyran relance la controverse et affirme que cinq minutes avant le début du combat, José Sulaimán (président de la WBC à l'époque), lui mit sa main sur son épaule et lui a dit : « Si vous voyez Tyson mal soyez gentil avec lui, mais si vous voyez Douglas mal arrêtez le combat immédiatement. » Une version vivement démentie par le fils de José Sulaimán, Mauricio[5] (successeur de son père à la tête de la WBC à la mort de ce dernier en janvier 2014).

La polémique à la suite du knock-down infligé à Douglas brise la carrière d'arbitre international d'Octavio Meyran, qui sera renvoyé dans son pays[Par qui ?][;][pas clair] où il arbitra encore 4 autres combats (dont un Championnat du monde WBO des poids mouches), avant d'être contraint de prendre sa retraite en 1991 sous la pression de la WBC[réf. nécessaire].

Carrière[modifier | modifier le code]

Au cours de sa carrière, Octavio Meyran a dirigé plus de 20 championnats du monde de boxe anglaise parmi lesquels :

  • Le combat entre Jose Napoles et John H. Stracey le 6 décembre 1975 pour le titre WBC des poids welters. victoire de Stracey par TKO au 6e round. Ce combat sera nommé surprise de l'année 1975. Napoles prendra sa retraite après ce combat.
  • le premier combat entre Marvin Hagler et le boxeur syrien Mustafa Hamsho, le 3 octobre 1981, à l'Horizon Arena de Rosemont dans l'Illinois (championnat du monde WBC et WBA des poids moyens), ; (victoire d'Hagler par KO technique au 11e round).
  • le combat entre Thomas Hearns et Wilfred Benitez au Superdome de la Nouvelle-Orléans pour le titre WBC des super-welters le 3 décembre 1982. Dans ce match, Octavio Meyran infligera un point de pénalité à Hearns à la fin de la 4e reprise pour avoir pris Benitez deux fois derrière la tête ce qui ne empêchera pas Hearns de remporter ce combat aux points par décision majoritaire, dans ce même combat, Benitez tombera à terre dans la 5e reprise et Hearns dans la 9e reprise. Ce sera le dernier championnat du monde WBC à être disputé en 15 rounds en effet à la suite de la mort du boxeur sud-coréen Deuk-Koo Kim lors d'un championnat du monde WBA des légers contre Ray Mancini à Las Vegas le 13 novembre 1982 et à une étude menée par ses conseillers médicaux qui a conclu que la plupart des boxeurs étaient blessés plus gravement dans les 13e, 14e et 15e reprises. La WBC décide le 1er janvier 1983 de réduire la durée de ses championnats du monde en les faisant passer de 15 à 12 rounds. La WBA et l'IBF feront de même en 1987 ainsi que la WBO dès sa création en 1988.
  • le championnat du monde WBC des poids-plumes entre les boxeurs porto-ricains Juan La Porte et Wilfredo Gomez à Porto Rico le 31 mars 1984 ; (victoire aux points de Gomez par décision unanime)
  • le combat entre Donald Curry et le boxeur britannique d'origine jamaïcaine Lloyd Honeyghan à Atlantic City le 27 septembre 1986 pour le titre unifié des poids welters (Abandon de Curry à l'appel de la 7e reprise) ; Ce combat sera nommé surprise de l'année 1986 par Ring Magazine.
  • Le championnat du monde WBC des super-welters entre Gianfranco Rosi et Donald Curry à San Remo en Italie, le 8 juillet 1988, (Rosi tombera 5 fois dans ce combat, une fois dans le deuxième round, une fois dans le quatrième, deux fois dans le 7e et une fois dans le 8e et abandonnera à l'appel du 10e round) (Meyran sera accusé par le journaliste Al Bernstein qui commenta ce combat pour ESPN de ne pas avoir le contrôle sur ce match et d'être vraiment confus).
  • Le championnat du monde unifié des poids lourds entre le champion incontesté de la catégorie de l'époque Mike Tyson et un boxeur inconnu James Buster Douglas à Tokyo au Japon le 11 février 1990. (Qui sera le dernier championnat du monde de boxe arbitré à l'étranger par Octavio Meyran).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. , Douglas Tyson et la boxe au tapis, article du quotidien belge le soir le 12 février 1990
  2. ANALYSIS : What They Really Meant to Say Was, article du Los Angeles Times publié le 14 février 1990.
  3. Da Meyrán su « pan » a Sulaimán : lo exhibe 20 años después del Tyson-Douglas, article publié sur le site du journal mexicain la Péninsula Deportiva le 24 février 2010
  4. (en) Referee's Count Is What Counts
  5. MIKE TYSON VS. JAMES ‘BUSTER’ DOUGLAS: AN ORAL HISTORY OF BOXING’S MOST REMARKABLE UPSET, article du journaliste Eric Reskin publié dans Playboy le 6 janvier 2015

Liens externes[modifier | modifier le code]