Nobellissime

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le titre de nobellissime, nobélissime, nobilissimus (en latin, « le plus noble ») ou nōbelissimos (en grec byzantin, νωβελίσσιμος)[1] est l'un des plus hauts titres impériaux à la fin de l'Empire romain et dans l'Empire byzantin. La forme féminine du titre est nobelissima.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le terme de nobellissime est à l'origine une épithète du titre de césar dont les détenteurs sont les héritiers présomptifs des empereurs romains et byzantins et qui sont désignés, après Publius Septimius Geta en 198, sous le titre de nobilissimus Caesar[2]. Selon l'historien Zosime, l'empereur Constantin Ier le Grand est le premier à faire du titre de nobelissime une dignité à part[1]. Elle sert à honorer certains de ses parents sans pour autant impliquer qu'ils soient des prétendants au trône impérial. Ainsi, le titre en vient à récompenser des membres de la famille impériale et est d'une importance juste inférieure à celle de césar. Il survit sous l'ère byzantine jusqu'au milieu du XIe siècle[3]. Dans le Kletorologion de Philothée écrit en 899, les insignes du titre sont décrites comme étant une tunique, une ceinture et une cape pourpre. Elles indiquent la position élevée de son détenteur. Leur octroi par l'empereur byzantin lors d'une cérémonie spéciale indique l'élévation du récipiendaire à la dignité[4].

Dès ce moment, le titre est conféré aux généraux en chef importants de l'empire. Le futur empereur Alexis IerComnène est le premier à en bénéficier. Le nombre grandissant de ses détenteurs sous l'ère Comnène conduit à la dépréciation du titre et les nouveaux titres de prōtonōbelissimos et prōtonōbelissimohypertatos sont créés au XIIe siècle[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Kazhdan 1991, vol. 3, « Nobelissimos », p. 1489.
  2. Mitthof 1993, p. 97–111.
  3. Kazhdan 1991, vol. 3, « Nobelissimos », p. 1490.
  4. Bury 1911, p. 22.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) John B. Bury, The Imperial Administrative System of the Ninth Century - With a Revised Text of the Kletorologion of Philotheos, Oxford University Publishing, .
  • (en) Alexander Kazhdan (dir.), Oxford Dictionary of Byzantium, Oxford, Oxford University Press, , 3 vol. (ISBN 978-0-19-504652-6, LCCN 90023208).
  • (de) Fritz Mitthof, « Vom ίερώτατος Καίσαρ zum έπιφανέστατος Καίσαρ. Die Ehrenprädikate in der Titulatur der Thronfolger des 3. Jh. n. Chr. nach den Papyri », Zeitschrift für Papyrologie und Epigraphik, Bonn, Dr. Rudolf Habelt GmbH, vol. 99,‎ , p. 97–111 (lire en ligne).