No bra

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Portrait d'une femme portant une robe noire laissant apparaître en transparence le fait qu'elle ne porte pas de soutien-gorge.
Gisella Marengo, actrice et productrice italienne, en 2009 à Venise, ne portant pas de soutien-gorge.

Le no bra est un mouvement consistant pour des personnes ayant une poitrine à ne volontairement pas porter de soutien-gorge, pour des raisons de confort ou féministes.

Historique[modifier | modifier le code]

Ce mouvement apparaît aux États-Unis avant de se développer en France[1], et remonterait aux années 1960[2]. En 2018, le hashtag #nobrachallenge se déploie sur plusieurs réseaux sociaux comme Facebook, Twitter et Instagram, afin d'encourager les femmes à franchir le pas d'abandonner leur soutien-gorge[1],[3].

Raisons et objectif[modifier | modifier le code]

Le développement du no bra se situe à la croisée de plusieurs revendications concernant la libération du corps féminin[1],[4],[5],[6].

Le no bra est adopté pour des raisons de confort, à travers le refus du port d'un vêtement jugé inconfortable et inutile[6] et face au constat que porter un soutien-gorge à l'extérieur, notamment en contexte professionnel, est une injonction tandis que de nombreuses femmes ne le portent pas chez elles[3],[4],[6].

Le no bra peut aussi être adopté dans un but de réappropriation[4] et d'acceptation de son corps[6]. Il relève également parfois d'un acte militant, à l'encontre de l'hypersexualisation de la poitrine des femmes[1] ainsi que de l'injonction à porter un soutien-gorge dans l'espace public[6].

Les raisons avancées par les femmes, outre le confort, un affranchissement des normes esthétiques, sont variées et incluent une remise en question du bienfondé du port du soutien-gorge pour la santé. Ainsi, certaines adeptes du no bra mettent en avant le fait que leurs problèmes de dos provoqués par leurs seins ont disparu avec l'abandon du soutien-gorge[6]. Elles avancent également le fait que l'utilité de celui-ci pour le maintien de la fermeté des seins n'est pas démontrée[6].

Envergure[modifier | modifier le code]

En France, on estime qu'entre 5 %[6] et 11 %[7] des femmes ne portent pas de soutien-gorge, alors qu'en Scandinavie ce pourcentage atteint 95 %[6].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d « « No Bra », la révolution du sans soutien-gorge est en marche », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 9 mai 2020).
  2. « Quand les femmes se passent de soutien-gorge », sur RTBF Info, (consulté le 12 mai 2020)
  3. a et b « Balance ton soutien-gorge: le #NoBraChallenge », sur RTBF Info, (consulté le 9 mai 2020).
  4. a b et c Delphine Dauvergne, « Elles ont laissé tomber le soutif et leurs seins se portent très bien », sur Slate.fr, (consulté le 9 mai 2020).
  5. « Confinées, elles osent retirer leur soutien-gorge », sur LExpress.fr, (consulté le 9 mai 2020).
  6. a b c d e f g h et i « #NoBra : pourquoi de plus en plus de femmes se débarrassent de leur soutif », sur Les Inrocks, (consulté le 9 mai 2020).
  7. « "No-Bra" : on vous dit pourquoi l'adopter pendant et post-confinement », sur Marie France, magazine féminin, (consulté le 9 mai 2020).

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]