Nikolaï Baratov

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Nikolaï Nikolaïevitch Baratov
Николай Николаевич Баратов
Nicolas Baratov à droite.
Nicolas Baratov à droite.

Naissance
Vladikavkaz
Décès
Paris, 6e arrondissement
Allégeance Drapeau de l'Empire russe Empire russe
Flag of Russia.svg
Armées blanches
Arme Cavalerie
Grade Imperial Russian Army GenBranch 1917 h.png Général
Années de service 1882-1919
Conflits Guerre russo-japonaise
Première Guerre mondiale
Guerre civile russe
Distinctions Ordre de St-Georges IVe classe Ordre de Saint-Georges
Ordre de Saint-Vladimir IIe classe Ordre de Saint-Vladimir
Ordre de Sainte-Anne IIe classe Ordre de Sainte-Anne
Ordre de Saint-Stanislas Ie classe Ordre de Saint-Stanislas
Commandeur de l'Ordre de la Légion d'honneur Légion d'honneur[1]
Autres fonctions enseignant à l'académie militaire des cadets cosaques de Stavropol
membre du Comité des blessés
membre du Comité international des blessés russes

Nikolaï Nikolaïevitch Baratov (en russe : Николай Николаевич Баратов) était un général russe, né en 1865, décédé en 1932 qui combattit durant la Première Guerre mondiale.

Carrière militaire[modifier | modifier le code]

Nikolaï Baratov naquit à Vladikavkaz dans la région de Terek alors dans l'Empire Russe et était d'ascendance géorgienne, le nom de sa famille était Baratichvili. Il a embrassé la carrière militaire en faisant l'école d'artillerie de Constantin en 1882, puis l'Académie du génie Nicolas en 1885. Il en sortit pour servir dans le premier régiment Sunza Vladikavkaz du Corps d'armée de Terek. Il a servi dans la District militaire du Caucase, après avoir étudié à l'École militaire d'état-major Nicolas en 1891. Il a été enseignant à l'académie militaire des cadets cosaques de Stavropol entre 1895 et 1897.

Guerre russo-japonaise[modifier | modifier le code]

Colonel de cavalerie en 1900 il fut nommé commandant régiment Sunza Vladikavkaz avec lequel il fit la Guerre russo-japonaise et reçu l'Ordre de Sainte-Anne (4e degrés et une épée d'or). Il passa alors chef d'état-major d'un Corps de cavalerie en août 1905, général en 1906 puis chef d'état-major du second Corps d'armée du Caucase.

le front lors de la Campagne Perse.

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Il fit le début de la guerre en tant que commandant du 1e Corps de cosaques du Caucase et fut présent à la bataille de Sarikamis. Lors de la campagne de Perse, il fut opposé aux troupes d'arrière garde de Kerim Pacha qu'il défit le 5 août 1915 à la bataille de Kara Killisse. Cette offensive avait pour but de s'opposer aux vues germano-turques en Asie et au Moyen-orient.

Le mouvement conjoint des forces russes et anglaises

La campagne commençant en octobre 1915 par la prise d'Bandar-e Anzali, puis le 3 décembre l'ancienne capitale perse de Hamadan la ville Chiite de Qom en allant jusqu'à Kermanshah. Le mouvement rejetait hors de Perse l'armée ottomane mais ne permit jamais la liaison des forces russe et anglaise. Il fut décoré de l'Ordre de Saint-Georges du quatrième degré pour ces actions en octobre 1916. Il obtint le commandement du District militaire du Caucase. Il prit le commandement du 5e Corps de l'armée du Caucase. En mars 1917, après la défaite britannique au Siège de Kut, il fut forcé de reculer sous la poussée turque.

Guerre civile[modifier | modifier le code]

Il a démobilisé en 1917 son corps d'armée et partit en exil en Inde pour une durée de cinq mois. Il a rejoint les Russes blancs avant d'aller avec Anton Ivanovitch Dénikine.

En 1919, le Gouvernement des Forces Armées du Sud de la Russie envoya Baratov en mission vers la République démocratique de Géorgie, il devait obtenir le libre passage de l'armée blanche et proposer de sécuriser la frontière nord. Il y fut blessé par un attentat le à Tiflis et dut être amputé d'une jambe. Il fut ensuite nommé ministre des affaires étrangères du gouvernement de Russie du sud de mars à avril 1920. En novembre 1920, après la chute de son gouvernement, il émigra en France.

Émigré[modifier | modifier le code]

Il a été un membre du Comité des blessés, et du Comité international des blessés russes. Le 6 septembre 1930, avec l'Union générale des combattants russes il défila à la tête des cosaques place de l'Étoile. Il décéda le 22 mars 1932 et repose dans le Cimetière russe de Sainte-Geneviève-des-Bois.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]