Nicotinamide mononucléotide

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Nicotinamide mononucléotide
Image illustrative de l’article Nicotinamide mononucléotide
Structure du nicotinamide mononucléotide
Identification
Nom UICPA 3-carbamoyl-1-[5-O-(hydroxyphosphinato)-β-D-ribofuranosyl]pyridinium
No CAS 1094-61-7
No ECHA 100.012.851
No CE 214-136-5
PubChem 14180
ChEBI 16171
SMILES
InChI
Propriétés chimiques
Formule brute C11H15N2O8P  [Isomères]
Masse molaire[1] 334,2192 ± 0,0127 g/mol
C 39,53 %, H 4,52 %, N 8,38 %, O 38,3 %, P 9,27 %,

Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

Le nicotinamide mononucléotide (NMN, β-NMN) est un nucléotide formé de ribose et de nicotinamide[2], une forme de vitamine B3. C'est un précurseur du NAD, une coenzyme très importante des réactions d'oxydoréduction, et peut être utilisé pour prévenir la pellagre[3].

La supplémentation en NMN a pour effet, chez la souris, de réduire le stress oxydant et les dysfonctionnements vasculaires liés à l'âge[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  2. (en) Pawel Bieganowski, Charles Brenner, « Discoveries of Nicotinamide Riboside as a Nutrient and Conserved NRK Genes Establish a Preiss-Handler Independent Route to NAD+ in Fungi and Humans », Cell, vol. 117, no 4,‎ , p. 495-502 (PMID 15137942, DOI 10.1016/S0092-8674(04)00416-7, lire en ligne)
  3. (en) Katrina L. Bogan et Charles Brenner, « Nicotinic Acid, Nicotinamide, and Nicotinamide Riboside: A Molecular Evaluation of NAD+ Precursor Vitamins in Human Nutrition », Annual Review of Nutrition, vol. 28,‎ , p. 115-130 (PMID 18429699, DOI 10.1146/annurev.nutr.28.061807.155443, lire en ligne)
  4. (en) Natalie E. de Picciotto, Lindsey B. Gano, Lawrence C. Johnson, Christopher R. Martens, Amy L. Sindler, Kathryn F. Mills, Shin-ichiro Imai et Douglas R. Seals, « Nicotinamide mononucleotide supplementation reverses vascular dysfunction and oxidative stress with aging in mice », Aging Cell, vol. 15, no 3,‎ , p. 522-530 (PMID 26970090, PMCID 4854911, DOI 10.1111/acel.12461, lire en ligne)