Nicolas Lévesque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Nicolas Lévesque
Profession
psychanalyste[réf. nécessaire] et écrivain
Formation
doctorat en psychologie

Nicolas Lévesque est un écrivain et éditeur canadien né en 1974.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est docteur en psychologie de l'université de Montréal[1], où il a eu des charges de cours[2]. Psychologue en privé depuis 1998[3], il est aussi éditeur au sein du Groupe Nota Bene où il édite ses livres[4],[5].

Il figure parmi les cinq finalistes au Prix littéraire du Gouverneur général du Canada en 2015[6] pour l'ouvrage coécrit avec Catherine Mavrikakis, Ce que dit l'écorce[7] et en 2017 pour Je sais trop bien ne pas exister[8], sans obtenir le prix.

En 2017, il collabore à la chronique mensuelle «Psychanalyse d'un personnage» en compagnie de Manon Dumais, à l'émission Plus on est de fous, plus on lit![9]

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il est le fils du philosophe Claude Lévesque.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Le deuil impossible nécessaire. Essai sur la perte, la trace et la culture, Québec, Éditions Nota bene, coll. « Nouveaux essais Spirale », 2005, 224 p.
  • (...) Teen Spirit. Essai sur notre époque, Québec, Éditions Nota bene, coll. «Nouveaux essais Spirale», 2009, 147 p.
  • Les rêveries de la Plaza St-Hubert, Québec, Éditions Nota bene, coll. «Nouveaux essais Spirale», 2011, 86 p.
  • Le Québec vers l'âge adulte (édition revue et augmentée de (...) Teen Spirit. Essai sur notre époque), Québec, Éditions Nota bene, 2012.
  • Ce que dit l'écorce, avec Catherine Mavrikakis, Montréal, Éditions Nota bene, coll. « Nouveaux essais Spirale », 2014, 180 p.
  • Le peuple et l'opium, Montréal, Éditions Nota bene, coll « Philosophie continentale », 2015, 154 p.
  • Je sais trop bien ne pas exister, Montréal, Éditions Varia, 2016.

Notes et références[modifier | modifier le code]