New Zealand Department of Conservation

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

41° 17′ 24″ S 174° 46′ 31″ E / -41.28993056, 174.7753

New Zealand Department of Conservation
Description de cette image, également commentée ci-après

Logo du New Zealand Department of Conservation

Création 1er avril 1987
Fondateurs David Lange
Forme juridique Établissement public
Siège social Drapeau d'Australie Conservation House 18-32 Manners Street Wellington 6011 (Australie)
Direction Hon Maggie Barry, Ministre de la Conservation
Lou Sanson, directeur général
Activité Conservation du naturel et historique.
Effectif ̩$452,465,000
Site web www.onf.fr
Logo du DOC sur un panneau à l'entrée du Parc national de Fiordland

Le New Zealand Department of Conservation (en māori Te Papa Atawhai), communément appelé par son acronyme, DOC, est le département du gouvernement de Nouvelle-Zélande qui s'occupe de la conservation de l'héritage naturel et historique du pays. Le ministre actuel est Chris Carter, qui retient ce rôle depuis les élections de 2005.

Historique[modifier | modifier le code]

L'évolution vers un organisme unique "de conservation" a commencé en novembre 1984, et acquis plus de force après une conférence nationale en 1985. A l'époque, le New Zealand Forest Service était et à la fois le protecteur et l’exploitant forestier tandis que le Department of Survey and Land Information était pris entre la protection des terres et le brulis des terres favorable à son développement, aussi bien que la gestion des parcs et réserves nationales. Forest and Bird, le Native Forest Action Council, Friends of the Earth, Maruia Society et d'autres ONG ont fait campagne pour protéger les forêts de plaines podocarpaceae à travers le pays. Pour l'exécutif de l'époque, le service public a été accablé par des objectifs mixtes, et il n'y avait pas d'approche cohérente de la conservation de la biodiversité. Ainsi, il était logique de rassembler l'ensemble de ces structures à travers le pays en une seule agence. Le New Zealand Department of Conservation a été lancée à Antrim House (Wellington), par le premier ministre David Lange le 1er avril 1987. Son premier ministre était Russell Marshall, suivi dans les trois premières années de Helen Clark et Philip Woollaston. Le personnel a été tiré de plusieurs organismes gouvernementaux, principaux gestionnaires des terres du pays ː le Department of Lands and Survey, le New Zealand Forest Service, et le Wildlife Service. Le Conservation Act est quant à lui accepté la même année[1] . Il devient alors partie plusieurs organisations :. L'acte établit également la majorité des responsabilités et rôles du département.

Le DOC administre la plupart des terres de l'état, ce qui implique presque un tiers de la superficie du pays, soit 80 000 km², tous parcs, réserves terrestres et marines, rives des rivières et fleuves, une partie de la côte, plusieurs centaines de marais, etc, confondus. La plus grande partie de ces terres sont protégées pour des raisons d'ordre scénique, scientifique, historique ou culturel ; ils peuvent également être réservés à la récréation.

Le DOC s'occupe en grande partie de maintenir et créer des équipements de récréation, dont notamment des sentiers, les zones de camping, de pique-nique, et des huttes pour ceux faisant des randonnées en terrain isolé.

Il administre également le Nature Heritage Fund et est responsable de la lutte contre les feux de forêt.

Il préserve l'héritage naturel en préservant et observant les différentes espèces biologiques, qu'elles soient animales ou végétales, et aide les propriétaires à préserver l'héritage naturel de leurs terres.

Incidents[modifier | modifier le code]

Catastrophe de Cave Creek[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Catastrophe de Cave Creek.

Éruption su l'Île Raoul[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Île Raoul.

En mars 2006, une éruption volcanique au Green Lake de l'Île Raoul, administrée par le Department of Conservation, a probablement tué Mark Kearney, un employé du DOC. Au moment même de l'irruption la victime était probablement en train de prendre des mesures des températures du lac, faisant parti d'un programme de surveillance de l'activité volcanique. Cinq autres employé du DOC, qui vivait aussi sur l'île, ont été rapatrié de force sur le continent après l'éruption. Les recherches de Mark Kearney, qui ont été entravé notamment par le caractère éloigné de l'île et le risque d'autres activités volcaniques ont échoué pour retrouvé tout signe de vie. [2]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Department of Conservation (New Zealand) » (voir la liste des auteurs).

  1. (en) Conservation Act 1987
  2. Hopes fade for missing DoC worker

Liens externes[modifier | modifier le code]