Native American Church

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Symbole de la Native American Church

La Native American Church (« Église des Amérindiens ») est un mouvement religieux syncrétique officiellement fondé dans l'Oklahoma (États-Unis) en 1918[1]. Son premier grand leader fut le Comanche Quanah Parker. Elle compte aujourd'hui environ 250 000 membres[2]. Elle est connue pour l'utilisation du peyotl, une substance hallucinogène[3]. Son usage a été rendu illégal aux États-Unis par le Comprehensive Drug Abuse Prevention and Control Act en 1970. Une dérogation autorise les membres de Native American Church à l'utiliser pour leurs sacrements. Les cérémonies ont lieu sous des tipis.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Anne Garrait-Bourrier, « Spiritualité et fois amérindiennes : résurgence d’une identité perdue », Cercles, vol. 15,‎ , p. 79 (lire en ligne).
  2. Anne Garrait-Bourrier, « Spiritualité et fois amérindiennes : résurgence d’une identité perdue », Cercles, vol. 15,‎ , p. 80 (lire en ligne).
  3. Michel Hautefeuille et Dan Véléa, Les drogues de synthèse, Presses Universitaires de France, coll. « Que sais-je ? », , 127 p. (ISBN 2-13-052059-6).

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Huston Smith et Reuben Snake, One Nation Under God : the Triumph of the Native American Church, Santa Fe, Clear Light Publishers, , 176 p. (ISBN 978-1-57416-006-2, OCLC 39899913, lire en ligne).
  • (en) Thomas Constantine Maroukis, The Peyote Road : Religious Freedom and the Native American Church, Norman, University of Oklahoma Press, , 281 p. (lire en ligne).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]