Nathalie Elgrably-Lévy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Nathalie Elgrably-Lévy est une auteure et enseignante d'économie à HEC Montréal. Elle signe une chronique dans le Journal de Montréal et est l'auteur de La face cachée des politiques publiques. Elle est membre du conseil d'administration de l'Institut économique de Montréal, ainsi que celui du Groupe TVA[1]. Elle s'intéresse surtout à l’évaluation des politiques publiques.

Formation[modifier | modifier le code]

Elle détient une maîtrise en commerce de l'École des hautes études commerciales de Montréal[2], avec un spécialisation en économie appliquée et un essai sur le déficit budgétaire fédéral.

Carrière[modifier | modifier le code]

Nathalie Elgrably-Lévy enseigne l’économie aux HEC à Montréal[2] depuis 1992. Elle a également enseigné l’économie à l’Université de Montréal et à l’UQAM[3]. Elle est économiste principale à l’Institut économique de Montréal[4]. Elle est l'auteur de La face cachée des politiques publiques[5], publié en 2006 aux Éditions Logiques, ainsi que de l'adaptation pour le Québec de Microeconomics[6] (6e édition) de Pyndick et Rubinfeld. Nathalie Elgrably-Lévy est également chroniqueuse au Journal de Montréal[7] et au Journal de Québec. En 2008, elle a été économiste principale à l’Institut Fraser[8].

Elle siège sur le Conseil d'administration de TVA[9].

Prises de position et controverses[modifier | modifier le code]

Dans ses chroniques, Nathalie Elgrably-Lévy met en doute le réchauffement climatique et défend les climato-sceptiques qui font les frais, selon elle, du dogmatisme ambiant : « L'environnementalisme est devenu la religion du XXIe siècle ! Comme il est impossible de faire des prédictions scientifiques, il faut avoir la foi et ne jamais questionner les dogmes »[10]

Au sujet de la répartition du revenu, Nathalie Elgrably-Lévy a accusé Statistique Canada de publier des « informations tendancieuses » qui sous-estiment, selon elle, le revenu des familles canadiennes pauvres, cela afin de justifier des politiques de redistribution[11]. Le Statisticien en chef adjoint du Canada, Richard Barnabé, lui a répliqué qu’elle s’est trompée : l’étude qu’elle avait critiquée rend bien compte de toutes les sources de revenu des familles[12]. Suivant cette mise au point, Nathalie Elgrably reconnaît son erreur et fait son mea culpa[13].

Elle condamne les subventions aux artistes et aux entreprises culturelles, affirmant : « Il n'existe que deux raisons pour lesquelles un artiste vit dans la misère. La première est que son talent n'est peut-être pas en demande. La deuxième est qu'il est peut-être tout simplement dépourvu de talent. Dans un cas comme dans l'autre, le public n'est pas disposé à consacrer son argent à l'achat du produit culturel proposé. Ainsi, pourquoi y mettre l'argent du contribuable ? »[14]

Elle dénonce aussi les orientations politiques des syndicats[15], les campagnes d'encouragement pour inciter les électeurs à aller voter[16]. Elle dénonce les associations étudiantes qui rejettent l'augmentation des droits de scolarité[17], le principe de la retraite par répartition[18] et le Code du travail[19].

Citations[modifier | modifier le code]

« L'histoire a montré qu'on peut convaincre l'être humain de commettre les pires abominations au nom d'une cause. Les artisans de l'hystérie écolo-démographique ont déclaré la guerre à l'espèce humaine. Qui sait de quoi ils pourront être capables[20] ? »

« L'être humain s'est battu pendant des siècles pour sa liberté. Aujourd'hui, l'ONU propose de remplacer la liberté par la servitude et d'imposer un collectivisme planétaire. C'est le retour au Moyen Âge et aux méthodes totalitaires[21]. »

Publications[modifier | modifier le code]

Monographie
  • Nathalie Elgrably-Lévy, La face cachée des politiques publiques, Éditions Logiques,‎ (présentation en ligne).
Articles et autres publications
  • « Aide internationale : comment encourager le développement des pays pauvres ? », Institut économique de Montréal, février 2008. [1]
  • « Le salaire minimum et la flexibilité du marché du travail », Institut économique de Montréal, décembre 2006. [2]
  • « Les subventions aux entreprises sont-elles efficaces ? », Institut économique de Montréal, juin 2006. [3]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.fraserinstitute.org/author.aspx?id=14730&txID=2632
  2. a et b http://www.hec.ca/profs/nathalie.elgrably.html
  3. https://www.app.uqam.ca/Application/Repertoire/detail_E.aspx?P1=22534
  4. http://www.iedm.org/main/personal_fr.php?authors_type=3&authors_id=134
  5. http://www.iedm.org/main/show_publications_fr.php?publications_id=132
  6. http://www.sceco.umontreal.ca/publications/econolien/econolien11.pdf
  7. http://www.iedm.org/main/edit_mon_fr.php
  8. http://www.marketwire.com/press-release/Economist-Nathalie-Elgrably-Levy-Joins-the-Fraser-Institutes-Montreal-office-866923.htm
  9. http://tva.canoe.ca/groupetva/direction_conseil.html
  10. «La terre se rechauffe, restons-calme», Journal de Québec et Journal de Montréal, 19/04/2007
  11. «Sensationnalisme et tromperie», Journal de Québec et Journal de Montréal, 08/05/2008
  12. «On réagit à Statistique Canada», Journal de Montréal, 12/05/2008
  13. «Une histoire fumante», Journal de Montréal, 15/05/2008
  14. «Non au mécénat public», Journal de Québec et Journal de Montréal, 05/05/2011
  15. «Corruption électorale», Journal de Québec et Journal de Montréal, 21/04/2011
  16. «Pollution électorale», Journal de Québec et Journal de Montréal, 14/04/2011
  17. «L'incohérence des étudiants», 24/03/2011
  18. «De bons conseils», 24/02/2011
  19. «Endosser l'injustice», 20/01/2011
  20. http://lejournaldemontreal.canoe.ca/journaldemontreal/chroniques/nathalieelgrablylevy/archives/2011/07/20110707-083200.html
  21. http://lejournaldemontreal.canoe.ca/journaldemontreal/chroniques/nathalieelgrablylevy/archives/2011/07/20110714-073600.html

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]