Myotis brandtii

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

le Murin de Brandt ou Vespertilion de Brandt (Myotis brandtii) est une espèce de chauves-souris très proche du murin à moustaches. Il est connu pour sa longévité exceptionnelle, d'environ 40 ans, rare pour un mammifère de cette taille.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le murin de Brandt est nommé en référence au biologiste allemand du XIXe siècle Johann Friedrich von Brandt. Un synonyme parfois utilisé est vespertilion de Brandt.

Description[modifier | modifier le code]

Le murin de Brandt fait partie du groupe des myotis à museau noir. La différenciation avec des espèces proches (murin à moustaches ou murin d'Alcathoe) nécessite une identification rigoureuse. Comme celle-ci n'est pas toujours possible, certains naturalistes regroupent les observations des trois espèces [1][2] .

  • Longueur de la tête et du corps : 39-51 mm
  • Longueur de l'avant bras : 33-39 mm
  • Longueur des oreilles : 13-17 mm
  • Envergure 190-240 mm
  • Poids 4,3 à 9,5 g

Distribution[modifier | modifier le code]

Le murin de Brandt est présent en Europe de l'Angleterre et la Scandinavie (jusqu'au 65°N en Finlande) à la Bulgarie et l'Oural. Dans les Balkans, sa présence reste mal définie faute de prospection. En France, on a longtemps pensé que sa présence se limitait au Nord-Est du pays : Lorraine, Champagne, Île-de-France, Alsace et Franche-Comté. Selon des observations récentes, réalisées grâce à des détecteurs à ultra-sons, elle a été localisée à l'Ouest du massif central, localement dans le Centre et jusqu'en Charente Maritime en 2011[3]. En Suisse, le murin de Brandt est commun dans le Jura et rare dans les autres cantons où la répartition de l'espèce reste mal documentée[2]. En Belgique, l'espèce est connue dans les régions de Namur, au Luxembourg belge et dans la région de Liège[4].

Cette espèce est également signalée dans le Caucase, en Sibérie Occidentale, Centrale et Orientale, en Mandchourie et sur l'île d'Hokkaïdo au Japon[5].

Sous espèces[2][modifier | modifier le code]

On connait au murin de Brandt deux sous-espèces :

  • Myostis brandtii brandtii (seule sous-espèce présente en Europe et en Sibérie Occidentale) ;
  • Myostis brandtii gracilis (présente en Asie, de la Sibérie centrale au Japon).

Habitat et écologie[modifier | modifier le code]

Le murin de Brandt est une espèce sédentaire dont les déplacements ne dépassent pas en général les 40 km. En France, cette espèce est inféodée aux milieux forestiers humides (forêts denses, forêts alluviales ou forêt de montagnes au-delà de 1 500 m). Il affectionne également les bosquets et les haies comme couloirs de transit. En Europe du Nord, il fréquente des habitats plus variés[2].

Menaces et protection[modifier | modifier le code]

Le murin de Brandt est protégé par la convention de Berne et par la directives Habitats. En France et en Belgique, il est protégé sur l'ensemble du territoire national.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://biodiversite.wallonie.be/fr/myotis-brandtii.html?IDC=325&IDD=50333767
  2. a, b, c et d ANDRE A, BRAND C & CAPBER F. (coord), Atlas de la répartition des mammifères d'Alsace, Strasbourg, GEPMA,‎ , 744 p.
  3. http://www.vienne-nature.asso.fr/news/377/169/Murin-de-Brandt/d,DetailEspeces.html
  4. http://biodiversite.wallonie.be/fr/myotis-brandtii.html?IDC=325&IDD=50333767
  5. (en) « Myostis brandtii », sur The UICN red list of threatened species (consulté le 3 janvier 2016)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]