Muş

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article ayant un titre homophone, voir mouche.
Icône de paronymie Cet article possède un paronyme ; voir : Mus.
Muş
Administration
Pays Drapeau de la Turquie Turquie
Région Anatolie orientale
Province Muş
District Muş
Maire
Mandat
Necmettin Dede, AKP
2004
Indicatif téléphonique international +(90)
Plaque minéralogique 49
Démographie
Population 64 088 hab.
Géographie
Coordonnées 38° 45′ nord, 41° 30′ est
Localisation
Districts de la province de Muş
Districts de la province de Muş

Géolocalisation sur la carte : Turquie

Voir la carte administrative de Turquie
City locator 14.svg
Muş

Géolocalisation sur la carte : Turquie

Voir la carte topographique de Turquie
City locator 14.svg
Muş
Liens
Site de la mairie http://www.mus.bel.tr
Site de la province http://www.mus.gov.tr
Sources
« Index Mundi/Turquie »

Muş (Mouch), (en arménien Մուշ; en kurde Mûş) est une ville de Turquie, préfecture de la province du même nom.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire antique de la ville est peu connue ; son nom pourrait trouver son origine dans les « Mouchki », le nom que les Assyriens donnaient aux Phrygiens[1].

Au sein du royaume d'Arménie, Mouch est située au centre de la plaine principale du Taron, dans la province de Tôroubéran[2]. À la disparition de celui-ci en 428, elle passe, comme le reste du haut-plateau arménien, aux mains des Sassanides, des Byzantins puis des Arabes. Au Xe siècle, elle fait partie de la principauté bagratide du Taron[3], laquelle est annexée par les Byzantins en 968[4].

Après la bataille de Manzikert, elle fait partie de la principauté arménienne autonome du Sassoun[5], puis passe aux Ayyoubides[6], aux Mongols[7], aux Qara Qoyunlu[8], et enfin aux Ottomans[9].

À la veille du génocide arménien, sa région est majoritairement peuplée d'Arméniens[10] : plus de 140 000 Arméniens vivent dans le sandjak, dans 234 localités[11] ; la ville est cependant majoritairement musulmane[12]. Les Arméniens de la plaine de Mouch en sont éradiqués en juillet 1915[13], malgré une résistance dans la ville même[14].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Richard G. Hovannisian (dir.), Armenian Baghesh/Bitlis and Taron/Mush, Mazda Publishers, Costa Mesa, 2001 (ISBN 978-1568591360), p. 52.
  2. (en) Richard G. Hovannisian (dir.), op. cit., p. 52.
  3. Claude Mutafian et Éric Van Lauwe, Atlas historique de l'Arménie, Autrement, coll. « Atlas / Mémoires », 2005 (ISBN 978-2746701007), p. 46-47.
  4. Jean-Claude Cheynet (dir.), Le monde byzantin, vol. II : L'Empire byzantin (641-1204), coll. « Nouvelle Clio — L'histoire et ses problèmes », Presses universitaires de France, Paris, 2006 (ISBN 978-2-13-052007-8), p. 33.
  5. Claude Mutafian et Éric Van Lauwe, op. cit., p. 52-53.
  6. Claude Mutafian et Éric Van Lauwe, op. cit., p. 54-55.
  7. Claude Mutafian et Éric Van Lauwe, op. cit., p. 56-57.
  8. Claude Mutafian et Éric Van Lauwe, op. cit., p. 58-59.
  9. Claude Mutafian et Éric Van Lauwe, op. cit., p. 62-63.
  10. Raymond Haroutioun Kévorkian, Le Génocide des Arméniens, Odile Jacob, Paris, 2006 (ISBN 2-7381-1830-5), p. 293.
  11. Raymond Haroutioun Kévorkian, op. cit., p. 421.
  12. Raymond Haroutioun Kévorkian, op. cit., p. 425.
  13. Raymond Haroutioun Kévorkian, op. cit., p. 422.
  14. Raymond Haroutioun Kévorkian, op. cit., p. 424.

Lien externe[modifier | modifier le code]