Monica la mitraille (comédie musicale)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Monica la mitraille.

Monica la mitraille est une comédie musicale de Michel Conte créée en 1968 et basée sur des faits vécus, ce qui lui vaut, ainsi qu’à l’artiste tenant le rôle-titre, des démêlés avec la famille de la criminelle[1] décédée qui se résolvent par un intéressement de la parenté dans les fruits du spectacle.

Trame[modifier | modifier le code]

L’œuvre raconte de manière romancée la vie mouvementée de Monica Proietti, dite « Monica la mitraille », une criminelle notoire braqueuse de banques qui sévit à Montréal à la fin des années cinquante et durant les années soixante et culmine sur sa fin tragique en 1967[2], année de l’Exposition universelle de Montréal, à la suite du braquage réussi d’une banque qui sera son dernier. Elle est tragiquement abattue par balles après une poursuite policière effrénée en voiture dans les rues de la ville.

Écriture, direction d’orchestre et production[modifier | modifier le code]

  • Livret de Robert Gauthier et Michel Conte
  • Dialogues de Robert Gauthier
  • Musique de Michel Conte
  • Arrangements et direction d’orchestre de Léon Bernier
  • Production de Samuel Gesser

Distribution[modifier | modifier le code]

Distribution de Monica la mitraille
Monica Denyse Filiatrault
James Philippe Arnaud
Thérèse Andrée Boucher
Rosaire Gilbert Chénier
Laurent Jean Perraud
Tony Yvon Thiboutot
Stie Jean-Louis Millette
La mère Juliette Pétrie
Bouboule Michel Boudot
Danseuse/cliente Barbara Boudot
Une caissière Véronique Le Flaguais
Ti-Cul Michel Martin
Tutut Normand Morin
Policier/client Gilles Renaud
Policier/client Paul Renaud

Titres[modifier | modifier le code]

Suivent les titres de la comédie musicale Monica la mitraille et leur description ou le nom de leurs interprètes, selon le cas. Le chœur demeure anonyme sauf peut-être pour le nom de Monique Lacasse, qui apparaît au dernier numéro Monica est morte mais qui ne figure pas dans la distribution, selon la source consultée[3].

  • Ouverture, orchestre
  • Chanson pour la Mama, en chœur
  • Enfin, t’es là, duo de Denyse Filiatrault dans le rôle-titre de « Monica » et Philippe Arnaud dans celui de « James »
  • Mais qu’est-ce qu’on a ?, les choristes
  • L’amitié, interprétée par Andrée Boucher (Thérèse)
  • Monica la mitraille, Denyse Filiatrault soutenue par un chœur de voix
  • T’es là, prends-moi, Denyse Filiatrault et Jean Perraud dans le rôle de Laurent
  • « Le kik », Yvon Thiboutot dans le rôle de Tony
  • Je les ai tous, Denyse Filiatrault
  • Fret, net, sec, Gilbert Chénier personnifiant Rosaire
  • Monica, un solo de Jean Perraud
  • Mort de Monica, le chœur
  • Monica est morte, Monique Lacasse et la chorale

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Monica Proietti, braqueuse, Montréal, Québec, 1940-1967. Source : Le Petit Journal, 24 septembre 1967
  2. Monica la mitraille, Monica Proietti, connue aussi en anglais sous le nom de Machine Gun Molly, est « morte le 19 septembre 1967 sous les balles d’un policier suite à son dernier braquage de banque. » — cf. Souvenirs de Monica, Michel Beaudry, chroniqueur, Club Culture.
    On trouvera une référence historique à Monica « la mitraille » Proietti dans la collection numérique des exemplaires du « Petit Journal » à la Bibliothèque nationale du Québec. — Le Petit Journal, 24 septembre 1967
  3. cf. verso de la pochette du disque analogique stéréo Polydor 542.501, Montréal, 1968.

Lien interne[modifier | modifier le code]