Moise Mbiye

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Moise Mbiye
Surnom La Réserve de l'Eternel
Naissance (36 ans)
Matete, Drapeau de la république démocratique du Congo République démocratique du Congo
Activité principale Chanteur, auteur, pasteur
Activités annexes Entrepreneur
Genre musical Gospel, Soukous, rumba congolaise, Slow
Instruments Piano
Années actives 1995 en musique
Labels MMP (Moise Mbiye Production) / Bibomba Music
Site officiel « moisembiyeministries.com »

Moise Mbiye, aussi écrit Moïse Mbiye (la Réserve de l’Éternel), né le à Matete, est un musicien, auteur congolais (RDC) également pasteur de l’église Cité Bethel.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né le 9 septembre 1983 à Kinshasa, issue d’une famille chrétienne, il est le cinquième d’une fratrie de neuf enfants[1].

À 6 mois, son père, l’Apôtre Emmanuel Mbiye Mulaya, fervent évangéliste de renommé international le consacre comme offrande à Dieu. Un geste qui posa les bases d’une carrière pastorale qu’il débutera pourtant plusieurs années plus tard.

Il fait partie de célébrités de la nouvelle génération d’hommes d’église qui s’essayent aussi dans les affaires.

Très extravertie Moise Mbiye a prôné l’œcuménisme (le quoi ?) chrétien qui consacre l’acceptation de la différence, trait caractéristique du monde religieux qu’il conquiert chaque année au regard du nombre croissant des fidèles attirés par la qualité de ses prédications axée sur la société et le développement humain par la connaissance de Dieu et l’application des principes Bibliques.

Début[modifier | modifier le code]

Musique[modifier | modifier le code]

À 10 ans, Moise Mbiye fait ses premiers pas au sein du Groupe d’adoration junior[2]. Un groupe d’enfants encadrés par la sœur Fidélise Mampouya où il apprit le b.a.-ba de l’art du chant et ne tardera pas à se démarquer.

Lorsque Moise Mbiye à 13 ans, son père sollicite un professeur de l’INA (Institut National des Arts) afin de lui donner des cours de piano à domicile[2].

Trois ans plus tard il intègre le groupe Les Etoiles de louange en tant que claviériste et chanteur par intermittence[2]. Il participe activement à l’enregistrement du 1er album du groupe intitulé « Litatoli » avec Charles Mombaya comme directeur artistique. Et le 2e album « Nzambe Na Ngai » Moise Mbiye s'impose et est compté parmi les leaders du groupe, il fait son 1er featuring avec le frère Mike Kalambay et sa sœur Lydie Mbiye dans la chanson Alléluia composée par l’apôtre Emmanuel Mbiye. L’album connaitra un réel succès. À la sortie de l’album « PLUS QUE CRISTAL » deuxième opus du groupe étoile avec un groupe totalement rajeuni Moise Mbiye occupe le poste du directeur artistique.

En 2018 il écrit et produit une œuvre intitulée Loboko ya Nzambe (La main de l’Éternel) chantée par Trina Fukiau[3].

Ministère Pastoral[modifier | modifier le code]

Alors qu’il suivait les formations en prédication à l’église Cité Bethel cellule de bonhomme que dirigeait à l’époque le pasteur Ignace Ndumi, l’un de ses précurseurs cité et Moise Mbiye intègre une école de théologie (IBK) Pendant ce temps il gravit tous les échelons au sein des mouvements des jeunes de l’Église et devient coordonnateur (président) de la jeunesse de la cite Bethel JMC « jeunesse missionnaire pour Christ;. Diplômé de théologie avec la mention distinction, Moise Mbiye continue son ministère pastoral et devient prédicateur à la Cite Bethel Assemblée Centrale.

Succès international[modifier | modifier le code]

Plus que Christal fut l'album qui ouvrira à Moise Mbiye la voie vers une carrière solo[incompréhensible] il se decide alors de quitter le groupe les Etoiles des Louanges et lance son 1er album solo intitulé « Influence » avec des chansons à succès tel que Tuna Nga Nini, Me Voici, Bibomba Bomba, Influence et tant d’autres. Son 2e album fut« Le Cœur de l’Agneau[2]» aussi un tabac énorme ; l'album fut plus vendu grâce aux chansons phares comme Na Ndimi, Zala Na Ngai et d’autres.

En décembre 2013 sort l'album Champion[4], qui connait un succès dépassant les frontières nationales avec plus de 100.000 exemplaires vendus en 12 mois

Chaque année l’église Cité Béthel organise des campagnes d’évangélisation, de prières, d’enseignements Bibliques, des cultes d’adoration connues sous les noms de « Siloe, CONVEX (convention de l’excellence) et Total Adoration » pour distillé la parole de Dieu devant des foules venant de divers horizons témoins des miracles de tout genre qui se produisent au cours de ces événements.[réf. nécessaire]

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums[modifier | modifier le code]

  • Influence[2]
  • Le Cœur de l’Agneau[2]
  • 2013 : Champion[4]
  • 2017 : Héros[5],[6]
  • 2020 : Triomphe

Maxi-single[modifier | modifier le code]

  • 2019 : Je t’aime[7]
    • Je t’aime
    • Lumbaji
    • Ye oyo[8],[9]
    • Nako zonga te

Chansons[modifier | modifier le code]

Concerts[modifier | modifier le code]

  • 2017 : Shark Club, Gombe-Kinshasa[11]

Publication[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Biographie: Parcours d'un artiste: Pasteur Moise Mbiye », sur kasaflo.net (consulté le 8 avril 2019).
  2. a b c d e et f Carole G, « Moise Mbiye : Un conteur des œuvres de l’Eternel », sur abidjanshow.com, (consulté le 8 avril 2019).
  3. « Chanson chrétienne : le pasteur Moïse Mbiye lance Trina Fukiau dans « Couronnée » », sur digitalcongo.net, (consulté le 8 avril 2019).
  4. a et b « Dans la chanson Tango na ye, pourquoi Moïse Mbiye crie : « Sors au nom de Gégé » ? », sur mediacongo.net, (consulté le 8 avril 2019).
  5. « Affaire « Guegue » : Moïse Mbiye sort de son silence ! », sur mediacongo.net, (consulté le 8 avril 2019).
  6. « Pasteur Moïse Mbiye : Au centre d’une polémique à l’arsenic », sur geopolismagazine.com, (consulté le 8 avril 2019).
  7. « Moïse Mbiye prépare « Je t’aime », un opus 100% mariage », sur congoactuel.com, (consulté le 8 avril 2019).
  8. « L'artiste musicien Moïse Mbiye vient de lancer le clip de la chanson Ye oyo », sur mediacongo.net, (consulté le 8 avril 2019).
  9. « A peine largué, YE OYO de Moïse Mbiye fait déjà du buzz à Kinshasa », sur digitalcongo.net, (consulté le 8 avril 2019).
  10. a b c et d « Affaire Moïse Mbiye: Une affaire de jalousie pour détruire l’artiste ? », sur africa243.com, (consulté le 8 avril 2019).
  11. « Avec son concert au Shark Club ce dimanche. Musique – Moïse Mbiye va chanter sort au nom de Jésus  », sur lecongolais.cd, (consulté le 8 avril 2019).

Liens externes[modifier | modifier le code]