Modestin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Modestin (en latin Herennius Modestinus) est un juriste romain de la première moitié du IIIe siècle, dont l'œuvre abondante acquit une grande autorité : en 426, il est compté par la Loi des citations parmi les cinq juristes de référence dont les opinions avaient un poids particulier[1] .

Il fut l'élève d'Ulpien[2]. Comme il est le seul des juristes romains cités dans le Digeste à avoir écrit une partie de son œuvre en grec[3], on suppose qu'il était originaire d'une province hellénophone (de la partie orientale de l'Empire romain). Une inscription d'environ 228 le mentionne comme præfectus vigilum de la ville de Rome[4]. Selon une indication de l'Histoire Auguste, de valeur incertaine, il aurait été le professeur de droit de Maximin le Jeune, fils de Maximin le Thrace[5]. Un rescrit de Gordien III de l'an 239[6] le cite comme un « jurisconsulte d'une autorité non négligeable » qui aurait déjà délivré un responsum à l'auteur de la requête.

345 citations de son œuvre sont faites dans le Digeste et les Institutes. Il était l'auteur des ouvrages suivants :

  • un recueil de Responsa en 19 livres ;
  • des Pandectæ en 12 livres (auxquelles se réfère visiblement un rescrit de Gordien III, Cod. Just. 7.72.3) ;
  • un recueil de Regulæ en 10 livres ;
  • un ouvrage intitulé Differentiæ en neuf livres ;
  • un traité sur les Excusationes, en grec, en six livres ;
  • un Liber singularis de enucleatis casibus ;
  • un Liber singularis de heurematicis ;
  • un De pœnis en 4 livres ;
  • un De præscriptionibus en au moins 4 livres ;
  • un Liber singularis de præscriptionibus ;
  • un Liber singularis de differentia dotis ;
  • un Liber singularis de ritu nuptiarum ;
  • un De inofficioso testamento ;
  • un De manumissionibus ;
  • un De legatis et fideicommissis ;
  • un De testamentis.
  • des Libri ad Quintum Mucium (les livres 14 et 31 sont cités en Dig. 41.1.53 et 54)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'une des dix statues de jurisconsultes qui ornent la façade du Palais de justice de Rome le représente. C'est l'un des quatre qui sont représentés assis (les trois autres étant Lucius Licinius Crassus, Julien et Gaius).
  2. « Herennio Modestino studioso meo de Dalmatia consulenti rescripsi » (Dig. 47.2.53, § 20, citation d'Ulpien). La suite ne permet pas de préciser le rapport de Modestin avec la Dalmatie (une fonction exercée dans cette province?)
  3. Notamment la Παραίτησις ἐπιτροπῆς καὶ κουρατορίας (en latin Excusationes) en six livres, dont le début est cité dans le Digeste en 27.1. Cependant ce pouvait être la langue des destinataires du texte.
  4. CIL, VI, 266.
  5. Vita Maximini, 27, 5.
  6. Cod. Just. 3.42.5.