Mimausa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

MIMAUSA (acronyme de Mémoire et impact des mines d'uranium : synthèse et archives) est une base de données française développée depuis 2003 par l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire, visant à recenser les anciens sites liés à l'exploitation de l'uranium en France. Demandé par le Ministère de l'Écologie, l'inventaire a été rendu accessible en ligne en 2009[1],[2].

Mimausa correspond précisément à un programme composé de deux volets, dont l'un constitue la base de données, et l'autre l'ensemble des travaux de terrain visant à actualiser les données répertoriées, se traduisant notamment en rapports consacrés à un territoire spécifique[3]. Les enquêtes de terrain constituent l'occasion de réaliser des relevés et des prélèvements qui permettent de contrôler les données produites par Areva.

La base de données a fait l'objet d'une importante mise à jour en 2017[3]. Elle propose au grand public des informations relatives aux 250 sites miniers d'uranium répertoriés sur le territoire de France métropolitaine, actifs entre 1950 et 2001[3] (localisation, géologie, historique, points d'eau, surveillance...).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Emmanuel Perrin, « Mise en ligne du premier inventaire des anciens sites miniers d'uranium en France », sur maxisciences.com, (consulté le 28 mai 2018).
  2. Jean-Luc Goudet, « Enfin une carte des mines d'uranium en France », sur Futura-Sciences, (consulté le 28 mai 2018).
  3. a b et c « Mise à jour de la base de données MIMAUSA relative aux anciens sites miniers d’uranium français », sur IRSN, (consulté le 28 mai 2018).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]