Miguel Layún

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Miguel Layún
Image illustrative de l’article Miguel Layún
Miguel Layún en 2018
Situation actuelle
Équipe Club América
Numéro 29
Biographie
Nom Miguel Arturo Layún Prado
Nationalité Mexicain
Espagnol
Nat. sportive Mexicain
Naissance (34 ans)
Córdoba
Taille 1,78 m (5 10)
Poste Arrière droit / Milieu droit
Pied fort Ambidextre
Parcours professionnel1
AnnéesClub 0M.0(B.)
2007-2009 CD Veracruz048 0(1)
2009-2010 Atalanta002 0(0)
2010-2015 Club América 161 (18)
2015-2016 Watford FC021 0(1)
2015-2016 FC Porto040 0(6)
2016-2018 FC Porto039 0(5)
2018 Séville FC018 0(2)
2018-2019 Villarreal CF015 0(0)
2019-2021 CF Monterrey089 0(7)
2021- Club América020 0(0)
Sélections en équipe nationale2
AnnéesÉquipe 0M.0(B.)
2013- Mexique 071 0(6)[1]
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels (amicaux validés par la FIFA compris).
Dernière mise à jour : 27 février 2022

Miguel Arturo Layún Prado, né le à Córdoba, est un footballeur international mexicain. Il évolue au poste de latéral gauche ou droit et éventuellement milieu au sein du club mexicain du Club América.

Biographie[modifier | modifier le code]

Miguel Layún est un footballeur professionnel mexico-espagnol d’origine libanaise. Il est le fils de l'Espagnole Maribel Prado, et d'Arturo Layún, originaire du village de Beit Mallat au Akkar (Nord), qui a fui le pays du Cèdre durant la guerre civile.

Miguel Layún commence sa carrière au CD Veracruz. En 2009, il quitte le Mexique et rejoint le club italien de l'Atalanta. Ce transfert n'est pas concluant puisque Layún ne dispute que deux matchs en Serie A.

Layún retourne ainsi en 2010 au Mexique en s'engageant avec le Club América. Avec cette équipe, il remporte le Tournoi de clôture du championnat du Mexique en 2013.

Miguel Layún est par ailleurs demi-finaliste de la Gold Cup 2013 avec l'équipe du Mexique.

Le , Layún est prêté pour une saison au FC Porto avec option d'achat[2],[3]. Le , il débute en Liga NOS contre le FC Arouca. En , Layún marque son premier but lors d'une victoire 3-1 contre le Maccabi Tel-Aviv en Ligue des champions. Sa première saison portugaise est une réussite et le joueur est sacré meilleur passeur passeur du championnat avec quinze passes décisives. En , Porto achète Layún pour six millions d'euros.

La saison suivante est moins aboutie pour Layún qui doit composer avec de nombreuses blessures. Il se montre décisif en début d'exercice, délivrant quatre passes lors de ses sept premiers matchs de championnat. Layún est annoncé sur le départ à l'été 2017 mais reste finalement à Porto.

En , Layún est prêté au Séville FC avec option d'achat[4]. Le , il est titulaire pour son premier match en Liga qui se solde par une lourde défaite contre le SD Eibar (5-1)[5].

Le , Layún quitte le FC Porto pour s'engager avec Villarreal pour un contrat de trois ans contre quatre millions d'euros[6].

En , Layún rejoint le CF Monterrey.

Statistiques[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

Maladie[modifier | modifier le code]

En mai 2019, Miguel Layun apprend qu'il est atteint d'un cancer au niveau de l'abdomen. Soigné, cet épisode va considérablement modifier son rapport au sport et à la vie en générale.[7],[8]

Activités connexes[modifier | modifier le code]

Interviewé par Caviar Magazine[8], Miguel Layun explique avoir lancé sa propre marque de café intitulée Café 19.

Il y explique également s'être lancé sur la plateforme de streaming Twitch où il se filme en train de jouer aux jeux vidéos.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Fiche de Miguel Layún », sur national-football-teams.com
  2. « Layun prêté à Porto », sur lequipe.fr, L'Équipe,
  3. « Les Mexicains Corona (Twente) et Layun (Watford) au FC Porto », sur rtbf.be,
  4. « Miguel Layun (Porto) transféré à Séville », sur lequipe.fr, L'Équipe,
  5. (es) Óscar García, « El rodillo armero hace pagar la novatada al Sevilla », sur marca.com, Marca,
  6. « Villarreal recrute Miguel Layun (Porto) », sur lequipe.fr, L'Équipe, (consulté le ).
  7. Quentin Ballue, « Je me dis que je serai là pour toujours, puis je regarde ma cicatrice », sur SoFoot,
  8. a et b Quentin Ballue, « On sous-estime le pouvoir de la parole », Caviar Magazine,‎ , Pages 64 à 67

Liens externes[modifier | modifier le code]