Microcebus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le genre Microcebus, les microcèbes, regroupe des primates lémuriformes parmi les plus petites espèces de lémuriens.

Certaines des espèces du genre Mirza portent également ce nom vernaculaire.

Description[modifier | modifier le code]

Ils sont les plus petits ou presque des lémuriens au monde : ils mesurent 12 cm sans la queue, qui elle mesure 15 cm. Ils pèsent au maximum 90 grammes.

Mode de vie[modifier | modifier le code]

Leurs gros yeux possèdent une rétine hypersensible et leur ouïe est excellente. Ils chassent généralement seuls la nuit et se nourrissent d'insectes (scarabées etc.), de fruits, de miel et de nectar qu'ils trouvent dans les arbres ou au sol.

Durant la journée, ils restent en petits groupes dans des arbres creux ou des nids de feuilles.

Classification / évolution[modifier | modifier le code]

Ces animaux sont les petits lémuriens connus. Ils sont nocturnes et endémiques de la grande île de Madagascar

Les naturalistes ont d'abord pensé qu'ils étaient la forme survivante la plus archaïques de tous les primates[1]. Cette hypothèse n'a pas été confirmée ni par l'étude des fossiles disponibles, ni par les données génétiques et phylogénétiques[1].

Une autre hypothèse est que leurs ancêtres étaient plus grands et qu'ils ont subi à plusieurs reprises une évolution dans le sens du nanisme, fréquemment constatée dans les îles (« nanisme insulaire ») ou lieux écologiquement isolés, ou dans certaines zones caractérisées par des sécheresses périodiques et imprévisibles (généralement liées aux conséquences de El Niño[1].

Selon Gould, ce type de nanisme pourrait être expliqué et induit par des conditions hypervariables entrainant une accélération de l’histoire de vie.
Ainsi les Cheirogaleidés auraient au cours de leur évolution subi plusieurs phases de nanification (trois semble-t-il) ce qui n'a pas été le cas de leurs cousins Lépilémuridés (Lepilemur)[1]. Cette évolution pourrait dans le monde des mammifères être récente (relativement aux temps géologiques et de l'Histoire du Vivant.

Liste d'espèces[modifier | modifier le code]

Ce genre comprend au moins les 24 espèces suivantes :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Fabien Génin et Judith C Masters (2011) Le mythe du microcèbe primitif / The myth of the primitive mouse lemur, Revue de Primatologie, 3 | : Varia Dossier Madagascar
  2. a, b et c (en) Scott Hotaling, Mary E. Foley, Nicolette M. Lawrence et Jose Bocanegra, « Species discovery and validation in a cryptic radiation of endangered primates: coalescent-based species delimitation in Madagascar's mouse lemurs », Molecular Ecology,‎ , n/a–n/a (ISSN 1365-294X, DOI 10.1111/mec.13604, lire en ligne)
  3. a et b Rasoloarison, R., Weisrock, D., Yoder, A., Rakotondravony, D., and Kappeler, P. (2013). Two New Species of Mouse Lemurs (Cheirogaleidae: Microcebus) from Eastern Madagascar. International Journal of Primatology 1–15.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références taxonomiques[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Atsalis S (2008). A natural history of the Brown Mouse Lemur.In Primate Field Studies (Sussman R, Vsey E, éditors). Upper Saddle River: Pearson Education.