Michel-Rolph Trouillot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Trouillot.
Michel-Rolph Trouillot
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 62 ans)
Pseudonyme
RolphVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Anthropologue, universitaire, enseignantVoir et modifier les données sur Wikidata
Parentèle
Autres informations
A travaillé pour
Distinction

Michel-Rolph Trouillot (1949-2012; PhD, Johns Hopkins, 1985) est un universitaire et un anthropologue haïtien. Il a été professeur d'anthropologie et de sciences sociales à l'Université de Chicago[1],[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Rolph (comme on l'appelait familièrement) était le fils d'Ernest Trouillot et d'Anne-Marie Morisset, deux intellectuels noirs de Port-au-Prince. Son père était avocat et son oncle, Henock Trouillot, professeur (il a travaillé aux Archives nationales d'Haïti). Hénock était un influent historien « noiriste » et un romancier. Rolph a un frère, Lyonel Trouillot, écrivain, romancier et poète; ainsi que deux sœurs, Jocelyne Trouillot, devenue rectrice de l'Université Caraïbe à Port-au-Prince et auteure de livres pédagogiques et de livres de littérature jeunesse, principalement en créole haïtien et Évelyne Trouillot, écrivaine, poète et romancière.

Rolph fréquenta le Petit Séminaire Collège Saint-Martial, avant d'entrer à l'École Normale Supérieure. Cependant, face à la répression menée par le régime Duvalier en 1968, Trouillot se joignit à un exode massif d'étudiants qui trouvèrent refuge à New York.

En 2011, Trouillot a reçu le Frantz Fanon Lifetime Achievement Award, décerné chaque année par l'Association philosophique des Caraïbes pour reconnaitre un travail d'un intérêt particulier sur la pensée des Caraïbes.

En 1977 a été publié son premier livre Ti dife boule sou Istwa Ayiti sur les origines de la révolution des esclaves d'Haïti. On l'a qualifié de « première monographie de la longueur du livre écrit en créole haïtien[3]. ». En juillet 2012, les Presses de l'Université Caraïbe ont réimprimé cette œuvre magistrale. Pendant toute la durée de sa vie de travail Trouillot a présenté une façon de voir en anthropologie et en sciences sociales, fondée sur une profonde connaissance historique et un examen empirique des sociétés caraïbes[4].

Il est mort le 5 juillet 2012[5].

Œuvres choisies[modifier | modifier le code]

  • 1977 : Ti difé boulé sou Istoua Ayiti New York: Koléksion Lakansièl.
  • 1988 : Peasants and Capital: Dominica in the World Economy Johns Hopkins University Press.
  • 1990 : Haiti: State against Nation. The Origins and Legacy of Duvalierism Monthly Review Press.
  • 1995 : Silencing the Past: Power and the Production of History Beacon Press (en).
  • 2003 : Global Transformations: Anthropology and the Modern World Palgrave

Références[modifier | modifier le code]