Mont Meru

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Meru)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Meru (homonymie).
Ne pas confondre avec le mont Méru, un volcan du Nord de la Tanzanie.
Ne pas confondre avec le pic Meru, un sommet du Nord de l'Inde.
Le mont Kailash, vénéré des hindous, bouddhistes, jaïns et böns.

Le mont Meru est la montagne mythique considérée comme l'axe du monde dans les mythologies persane, bouddhique, jaïne[1] et surtout hindoue[2].

Description[modifier | modifier le code]

Il serait haut de 80 000 lieues (450 000 km). Le mont Meru serait situé au centre de la Terre, dans le Jambudvipa, un des continents dans la mythologie indienne. Il est considéré comme le séjour des dieux ou deva. Au-dessus se trouvent les cieux, en dessous les enfers, et tout autour s'étend le monde visible. C'est autour de lui que le soleil tourne.

Identification[modifier | modifier le code]

Le Semeru à Java.

Le mont Meru correspondrait, peut-être, à une montagne sur la rive occidentale du lac Manasarovar, qu'on appelle aujourd'hui le mont Kailash (son nom en sanskrit est Meru ou Sumeru).

Le volcan Semeru (Sumeru, avec le préfixe honorifique sanskrit su-, équivalent du préfixe grec eu-), dans l'est de l'île indonésienne de Java, est nommé d'après le Meru.

Un autre volcan de Java oriental, le mont Penanggungan, est aussi considéré par les Javanais comme une représentation du Meru.

Dans la religion[modifier | modifier le code]

Certaines légendes racontent que le mont Meru et Vâyou le dieu du vent, étaient bons amis. Pourtant, le sage Nârada s'approcha de Vâyou et l'incita à humilier la montagne. Vâyou souffla à pleine force pendant un an mais Meru ne se soumit pas. Au bout d'un an, Meru relâcha ses efforts pendant quelques instants. Vâyou en profita et augmenta la force de son souffle. Alors le sommet de la montagne se détacha et tomba dans la mer où il forma une île, l'actuel Sri Lanka.

L'architecture des toitures des temples hindous et des pyatthats birmans symbolise cette montagne sacrée (les étages du temple sont toujours en nombre impair : 3, 5, 7…).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Kristi L. Wiley, The A to Z of Jainism, Vision Books (en) (ISBN 8170946816), page 148
  2. B.M. Sullivan, The A to Z of Hinduism, Vision Books (ISBN 8170945216), page 134

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :