Melchiorre Gafà

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Melchiorre Gafà
Melchiorre cafà, papa alessandro VII, 1667.JPG
Buste en bronze du pape Alexandre VII par Melchiorre Gafà au Metropolitan Museum of Art
Naissance
Décès
Nom de naissance
Marcello Gafà
Autres noms
Cafà, Caffà, Gafa, Gaffar, Gafar, Le Maltais
Nationalité
Maltaise
Activité
Maître
Mouvement
Mécènes
Influencé par
Œuvres principales

Melchiorre Gafà, avec de nombreuses orthographes de son patronyme : Cafà, Caffà, Gafa, Gaffar ou encore Gafar, parfois surnommé Le Maltais[1] (Birgu, 21 janvier 1636 - Rome, 4 septembre 1667) est un sculpteur maltais, actif à Rome entre 1658 et 1667 où il fut l'un des principaux sculpteurs baroque de son temps aux côtés de Gian Lorenzo Bernini, avant de mourir prématurément des suites d'un accident de travail.

Biographie[modifier | modifier le code]

Cinquième fils de Marco et Veronica Gafà[2], il est baptisé à Birgu le 21 janvier 1636 sous le prénom de Marcello (ce n'est qu'après son départ à Rome vers 1658 qu'il se fera appeler Melchiore) [3],[4]. Il est le frère de l'architecte maltais Lorenzo Gafà.

Son enfance est mal connue, de même que les débuts de sa vocation. Il est probable qu'il ait été protégé par un haut personnage à Malte, chevalier ou religieux, mais il n'en a jamais été trouvé d'indice[4]. À moins de 16 ans, il réalise quelques sculptures pour la cathédrale de Syracuse. Il poursuit sa formation dans l'atelier d'Ercole Ferrata. C'est avec son mentor que Gafà s'installe à Rome en 1658. Sa renommée est rapide puisque moins de deux ans après son arrivée (à moins de 24 ans), il reçoit sa première commande importante par Camillo Pamphili, figure importante de l'aristocratie romaine : il s'agit d'un retable du martyre de Saint Eustache, réalisé en bas-relief sur marbre, pour l'église Sainte-Agnès-en-Agone de la Piazza Navona. Dès 1662, il est considéré comme un maître sculpteur. Les Dominicains lui passent commande pour un retable à la gloire de Sainte Catherine de Sienne.

Sa carrière est désormais lancée. Quand Camillo Pamphili lui commande en 1663 une Charité de Saint Thomas de Villanova, il devient l'un des sculpteurs les plus en vue de Rome[4]. Très inspiré par le travail de Gian Lorenzo Bernini, Gafà se hausse au niveau de son illustre prédécesseur. Vers 1665, l'ambassadeur de l'Ordre de Malte à Rome affirme même que Gafà est le seul sculpteur que craint Bernini[5].

En 1666, il retourne à Malte, où il passe quatre mois. L'occasion de revoir sa famille, et en particulier son frère Lorenzo, mais aussi d'obtenir quelques commandes[4].

Le 4 septembre 1667, alors qu'il est en train de travailler dans un atelier de fonderie sur le maître-autel destiné à la Co-cathédrale Saint-Jean de La Valette, il est tué par la chute d'un morceau du modèle[6].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Melchiorre Caffa », sur Data BNF (consulté le 26 juillet 2015)
  2. (en) « Lorenzo Gafa », sur Birgu local (consulté le 26 juillet 2015)
  3. (en) « Melchiorre Gafa », sur Birgu local (consulté le 26 juillet 2015)
  4. a b c et d (en) John H. Micallef, « Book reviews, Melchiorre Cafà: Maltese Genius of the Roman Baroque. Edited by Dr Keith Sciberras; pp. 293; published by Midsea Publications, 2006 », Malta Historica, vol. 14, no 3,‎ , p. 345-351 (lire en ligne)
  5. a b et c (en) Peter Mayo, « Review of Melchiorre Cafa` Maltese Genius of the Roman Baroque, edited by Keith Sciberras », Journal of Mediterranean Studies, vol. 18, no 2,‎ , p. 440-442 (lire en ligne)
  6. (it) Rudolf Preimesberger, « CAFÀ, Melchiorre », sur Treccani, (consulté le 26 juillet 2015)