Medjool

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Medjoul, Mejhoul

Datte mejhoul du Maroc
Datte mejhoul avant maturité

Le medjoul, medjool ou mejhoul (مجهول) (inconnu ou inexploré) est une variété de datte originaire du Tafilalet dans l'est du Maroc.

Description[modifier | modifier le code]

De couleur brune orangé à brune foncé, de très grosse taille, ronde à ovale, elle est charnue, moelleuse et très sucrée ; sa saveur et consistance rappelle le miel et la confiture de marrons.

Cette variété provient originellement des palmeraies de la région d'Errachidia. La variété produit des fruits trois fois plus gros en moyenne[1] et est présentée comme la reine des dattes[2].

A la suite d' une épidémie dévastatrice au XIXe siècle, la fusariose (maladie du Bayoud), plusieurs millions de plants ont été perdus et la variété s'est retrouvée menacée.

Le mejhoul fut alors introduit aux États-Unis en 1927 par un cultivateur américain qui avait sillonné le Maroc à la recherche du meilleur plant à importer en Californie. C'est ainsi que onze ramifications de dattes ont été importées à partir de la région de Boudnib, dans la province d’Errachidia, vers la Californie. Les ramifications importées ont été soigneusement sélectionnées, et en particulier choisies d'après leur provenance de lieux qui n’ont jamais été touchés par la fusariose[3]. De plus une déformation du nom s'est produite lors de la traversée de l'Atlantique qui est devenu « madjool » en américain.

En 87 ans d’existence, les palmiers dattiers de Californie n’ont jamais été touchés par le Bayoud et continuent de prospérer et d’évoluer. Aujourd'hui, le mejhoul californien concurrence celui du Maroc. Dans les années 1970, l'Agence juive en a importé quelques uns pour les planter dans la vallée de la Arabah. Ils ont fait prospérer la reine des dattes et ont commencé à l'exporter en Europe à partir des années 1990[4].

En 2009, au Maroc, la zone de production couvrait 17 communes rurales avec 110 000 palmiers dont 61 212 en production, avec une production moyenne de 1850 T/an selon le ministère de l'agriculture Marocain. Cependant la production est depuis en constante évolution.


Utilisation[modifier | modifier le code]

Presentation de datte mejhoul lors d'un mariage
Cérémonie de mariage, rite des dattes mejhoul accompagnées de lait

Très apprécié lors de fêtes et autres cérémonies de mariages au Maroc et chez la diaspora marocaine, le mejhoul est souvent servi fourré aux amandes ou à la pâte d'amandes douces colorée ou non.

Il est également très apprécié lors de la rupture du jeûne pendant le mois sacré de ramadan.

Par ailleurs lors des cérémonies officielles, en guise de bienvenue, l’hôte présente souvent, à l'accueil des invités, un verre de lait avec des dattes mejhoul.

Étant la plus chère des dattes et également perçue comme la plus prestigieuse surtout lors de la période de sa raréfaction, elle est aujourd’hui présente dans tous les étals de marchés et toutes les cérémonies marocaines.

Son prix est d'environ 150 dirhams le kilogramme au Maroc (autour de 13 euros)[Quand ?].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Alors que les autres variétés de dattes font de 6 à 11 grammes pièce, la datte medjoul pèse entre 20 et 40 grammes.
  2. http://lesillonfruitsec.fr/produits/dattes-medjool-israel/
  3. Sara El Majhad, « Dattes Mejhoul: Des palmeraies de Boudnib au désert de Californie », Aujourd'hui le Maroc,‎ (lire en ligne, consulté le 7 juin 2017)
  4. FRANCE ISRAEL AMITIES ECHANGES, « Les dattes Medjoul d'Israël, les plus riches et les meilleures de toutes. », sur Le blog de FRANCE ISRAEL AMITIES ECHANGES (consulté le 6 décembre 2019)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • E.-L. Bertherand, Le noyau de dattes au point de vue des propriétés alimentaires, thérapeutiques et industrielles notamment de la falsification du café, P. Fontana, 1882
  • Guillaume Crouzet, « La délicate datte Mejhoul », Le Monde, 29 mai 2002

Liens externes[modifier | modifier le code]