Maurice Pinot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pinot.
Maurice Pinot
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 73 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Distinction

Maurice Pinot-de Périgord de Villechenon dit Maurice Pinot, né le 1er mars 1907 à Paris et mort le 4 décembre 1980 dans cette même ville, est un haut fonctionnaire, homme d'affaires et résistant français, co-fondateur du Rassemblement national des prisonniers de guerre qui fut directeur des parfums de la maison Carven.

Éléments biographiques[modifier | modifier le code]

Né le 1er mars 1907 à Paris, Maurice Pinot est le troisième des quatre enfants de l'ingénieur et juriste Robert Pinot et de Marie-Anne-Clémence Périgord de Villechenon. Secrétaire général du Comité des forges jusqu'en 1924, Robert Pinot est à l'origine de l'Union des industries métallurgiques et minières (UIMM), dont il est le premier président[1].

Maurice Pinot a été Commissaire National aux Prisonniers de Guerre de 1940 à 1943, sous le régime de Vichy. En novembre 1942, à la suite du débarquement américain en Afrique du Nord, il vient trouver Pierre Laval et lui conseille de quitter le pouvoir[2]. Il fut remplacé par André Masson en janvier 1943 par Pierre Laval. Maurice Pinot fut anti-Laval, pétainiste, mais pas collaborateur. Il favorisa l'évasion de plusieurs prisonniers. Il prit sous sa protection un jeune contractuel, François Mitterrand qui démissionna en janvier 1943, lors du départ de Pinot. Pinot entra dans la Résistance en cofondant avec Mitterrand, le Rassemblement national des prisonniers de guerre.

Au lendemain de la guerre, dès 1946, il est, avec Georges Baud, ancien dirigeant des parfums Renoir et Jean Prodhon, l'un des co-fondateur la marque des parfums Carven[3] dont il sera le directeur et où il embauche Jean Védrine[4] qui en deviendra le directeur adjoint, lui permettant de développer le Centre d'études et de documentation qui œuvre à l'émancipation du Maroc[5].

Décorations[modifier | modifier le code]

Il est titulaire de la croix de guerre et de la médaille de la résistance.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Jean Védrine, Dossier PG-Rapatriés, 1940-1945, 1987 recueil de témoignages, d'informations et de commentaires sur les activités des prisonniers de guerre évadés

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références et notes[modifier | modifier le code]

  1. « Notice biographique : Robert Pinot (1862-1926) », Revue de la métallurgie, no 5,‎ , p. 315-316 (lire en ligne)
  2. Laval Parle page 86
  3. Jean de Faucon, De galas en galops, Del Duca, (lire en ligne), p. 27
  4. Daniel Rivet, Le comité France-Maghreb: réseaux intellectuel et d'influence face à la crise marocaine (1952-1955), Institut d'Histoire du Temps Présent, (lire en ligne), p. 40
  5. Charles André Julien, Le Maroc face aux impérialismes: 1415-1956, Éditions J.A., (ISBN 9782852580978, lire en ligne), p. 382