Maurice Blain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Blain (homonymie).
Maurice Blain
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité

Maurice Blain (1925 - 1996) est un écrivain, un scénariste et un notaire québécois. Membre fondateur et premier président du Mouvement laïque de langue française[1], il fait beaucoup pour introduire le concept de laïcité au Québec.

Il fait ses études classiques au Collège Sainte-Croix (1943-1946), étudie le droit à l'Université de Montréal, puis devient notaire en 1949. Il collabore à plusieurs revues intellectuelles dont Cité libre, dont il est membre fondateur, Esprit, Liberté ainsi qu'à la section Arts et Lettres du Devoir et publie quelques ouvrages[2],[3]. Il côtoie Pierre-Elliot Trudeau lors de la fondation du groupe Cité libre[4],[5] et entretient une relation avec Pierre Vallières du Front de libération du Québec. Il est conseiller juridique auprès de l'Université de Montréal et membre de l'Association des cadres et professionnels de l'Université de Montréal. Il meurt en 1996, laissant dans le deuil ses quatre filles et son unique fils[6].

« L'intellectuel n'a-t-il pas le devoir de créer autour de sa vie spirituelle un climat irrespirable à ces passions de l'esprit qui, aux autres, paraissent les plus légitimes ? » Cette phrase, que j'emprunte à ce grand esprit qu'est René Garneau, il me semble que Maurice Blain aurait pu l'écrire, tant elle le définit bien. L'intellectuel n'a-t-il pas le devoir de créer autour de sa vie spirituelle un climat irrespirable à ces passions de l'esprit qui, aux autres, paraissent les plus légitimes ? » Un intellectuel, voilà bien ce qu'il est : l'un des rares hommes qui, dans notre milieu, réussissent à concilier une vie professionnelle — celle de notaire — et une participation très active et féconde à la vie de l'esprit. Et les essais politiques et littéraires qu'il réunit dans « Approximations », essais parus, entre 1952 et 1966, dans Cité libre, Esprit ou Liberté, témoignent presque tous de ce « devoir » que Garneau attribue à l'intellectuel : celui de remettre en question les valeurs acquises, d'inquiéter et de préparer, peut-être, un ordre nouveau », écrit Jean-Cléo Godin dans son compte rendu[7] de l’ouvrage de Maurice Blain, « Approximations »[8],[9].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Maurice Blain, Approximations (Essais), Montréal, H.M.H., , chap. 11
  • Maurice Blain, Les Mûres sauvages, GALATÉE, , 166 p. (ISBN 9782980415005)
  • Louise Ducharme, La force de nos rêves, à la mémoire de Maurice Blain, Éditions Francine Breton inc., (lire en ligne)
  • Maurice Blain, Maintenant vue de l’extérieur ou la fin d’une illusion, (lire en ligne), p. 4-6
  • Jean-Cléo Godin, Approximations, vol. 4 (compte rendu), (lire en ligne [PDF]), chap. 4, p. 432-435
  • Nicolas Tessier, Le mouvement laïque de langue française : laïcité et identité québécoise dans les années 1960 (mémoire de maîtrise en histoire, UQAM), Université du Québec à Montréal, (lire en ligne [PDF])
  • Yvan Lamonde, Cité Libre, une anthologie, Montréal: Les Éditions internationales Alain Stanké, , 415 p. (lire en ligne)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Tessier 2008
  2. « Blain, Maurice », sur Lîle, L’infocentre littéraire des écrivains québécois (consulté le 23 octobre 2014)
  3. « Blain, Maurice 1925-1996 - Fonds Maurice Blain 1960-1999 », sur Université de Montréal, Catalogue des archives (consulté le 23 octobre 2014)
  4. Lamonde 1991
  5. « Fondation de la revue Cité Libre », sur Bilan du siècle (Université de Sherbrooke)
  6. Ducharme 1998
  7. Godin 1968
  8. Blain 1967
  9. Sur l’intellectuel québécois René Garneau, cité dans le compte rendu de Godin, on peut trouver quelques notes dans Yvan Cloutier, Philosophie et marketing : Sartre à Montréal, mars 1946, (lire en ligne), chap. 1, p. 169-190