Mary Gay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Mary Gay
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 55 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Enfant
Parentèle

Marie-Françoise Gay, née le 3 décembre 1765 à Lyon et morte à Paris le 8 janvier 1821, est une romancière et traductrice française

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle est née le 3 décembre 1765 à Lyon. Ses parents, Joseph Gay, négociant, anobli et devenu baron de Lupigny (Savoie), et Marie Gaby, fille d'un négociant, meurent en 1783[1]. Orpheline à dix-huit ans, elle quitte Chambéry avec son frère et sa sœur Anna-Sophie ; à Paris elle fréquenta Marie-Joseph Chénier. Elle est la tante de Delphine Gay, fille de son frère Sigismond[2]. Elle épouse Gabriel Allart[3] ; c'est à Milan que naît leur fille Hortense Allart[4]. Une seconde fille Sophie naît en 1804[5],[6]. Leur père meurt, ruiné, en 1817. Pour gagner sa vie et celle de ses filles, Marie-Françoise Allart, sous le pseudonyme de Mary Gay, traduit de l'anglais les romans gothiques d’Ann Radcliffe. Elle meurt à Paris le 8 janvier 1821, laissant ses enfants démunies.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Traductions[modifier | modifier le code]

  • Family secrets de Samuel Jackson Pratt : les Secrets de Famille, Paris, Lepetit, 1799.
  • The Italian d’Ann Radcliffe : Éléonore de Rosalba ou Le confessionnal des pénitents noirs, Paris, Lepetit ; Genève, J.-J. Paschoud, 1797.
    Le choix de ce titre s'explique par les faits historiques : « Le roman a pour titre en anglais The Italian et peut-être l’auteur a voulu faire entendre par là qu’on y trouverait une peinture fidèle du caractère italien. Mais ce titre devenait pour toute une nation une injure » (campagnes italiennes de Bonaparte).

Jugement[modifier | modifier le code]

  • Chénier parle avec éloge dans son Tableau de la littérature depuis 1789 (Paris, 1797) de la traduction d'Éléonore de Rosalba
  • Si des travaux frivoles, quand ils ne sont pas dangereux, peuvent avoir un mérite, il est permis de dire que les romans de Mme Allart sont écrits avec élégance. (François-Xavier de Feller, Dictionnaire historique ou biographie universelle)
  • « L'invraisemblance des incidens, un manque de connaissance des replis du cœur humain, et des longueurs, déparent l'original ; mais les talens et le goût du traducteur ont fait disparaître presque tous ces défauts » (Fortunée Briquet, à propos de Secrets de famille dans son Dictionnaire historique littéraire et bibliographique des Françaises…)

Souvenir[modifier | modifier le code]

L'album de Marie-Gay Allart, recueil d'autographes, conservé à la BNF (département des manuscrits) Notice

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]