Mary Dyer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Mary Dyer
Mary dyer being led.jpg
Mary Dyer conduite au Boston Common pour être pendue.
Biographie
Naissance
Décès
Activité
Conjoint
William Dyer (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Distinctions
Rhode Island Heritage Hall of Fame Women inductee (en)
National Women's Hall of Fame ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Mary Barrett Dyer (née Marie Barrett) (1611? - 1er juin 1660) est une puritaine anglaise et une coloniale américaine devenue quaker qui fut pendue à Boston, dans la colonie de la baie du Massachusetts, pour avoir bravé à plusieurs reprises une loi puritaine qui bannissait les quakers de la colonie. Elle fait partie des quatre quakers exécutés et connus sous le nom de martyrs de Boston.

Biographie[modifier | modifier le code]

On ignore le lieu de sa naissance, mais on sait qu’en 1633 elle épousa à Londres William Dyer, un chapelier. Mary et William étaient des puritains qui cherchaient à réformer de l’intérieur l’Église anglicane mais sans la quitter. Comme le roi d’Angleterre avait renforcé la pression sur les Puritains, ceux-ci quittèrent l’Angleterre par milliers pour émigrer en Nouvelle-Angleterre au début des années 1630. Mary et William arrivèrent à Boston en 1635 et se joignirent à l’Église de Boston en décembre de la même année. Comme la plupart des membres de cette Église, ils participèrent bientôt à la controverse antinomienne, une crise théologique qui dura de 1636 à 1638. Dans cette controverse Mary et William étaient d’ardents défenseurs d’Anne Hutchinson et de John Wheelwright et, pour cette raison, William fut privé de ses droits, dont celui de porter les armes, pour avoir soutenu des « hérétiques » et avoir lui-même abrité des opinions hérétiques. Par la suite, ils quittèrent le Massachusetts avec beaucoup d’autres pour établir une nouvelle colonie sur l’ile d’Aquidneck (la future Rhode Island) dans la baie de Narraganset.

Avant de quitter Boston, Mary avait donné naissance à un enfant mort-né et présentant de graves malformations. En raison des implications théologiques d’une telle naissance, le bébé fut enterré secrètement. Lorsque les autorités du Massachusetts apprirent cette naissance, ce malheur devint public, et dans l’esprit des pasteurs et des magistrats de la colonie, une telle naissance monstrueuse ne pouvait être que la conséquence des opinions religieuses « monstrueuses » de la mère. Plus d’une décennie plus tard, à la fin de 1651, Mary Dyer s’embarqua pour l’Angleterre et y resta pendant plus de cinq ans, devenant une fervente adepte du quakerisme, doctrine religieuse établie par George Fox plusieurs années auparavant. Du fait que les Quakers étaient considérés par les Puritains comme faisant partie des pires hérétiques, le Massachusetts promulgua contre eux plusieurs lois et, lorsque Mary Dyer revint d’Angleterre à Boston, elle fut immédiatement jetée en prison puis bannie. Comme elle avait bravé cette décision de bannissement, elle fut à nouveau bannie, cette fois avec menace de mort si elle récidivait. Décidée à mourir en martyr si les lois contre les Quakers n’étaient pas abrogées, elle revint encore une fois à Boston et fut envoyée à la potence en 1659, la corde autour du cou avant qu’on lui annonçât qu’elle était graciée. N’acceptant pas cette grâce, elle revint encore à Boston l’année suivante et fut pendue, devenant ainsi la troisième des quatre martyrs quakers. Elle est considérée comme la seule femme exécutée pour avoir soutenu la liberté de religion sur le territoire des futurs États-Unis.

Hommage[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Horatio Rogers, Mary Dyer, the Quaker Martyr, Providence, 1896.
  • Rufus M. Jones, The Quakers in the American Colonies, New York, 1911.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]